Pourquoi nos morts sont toujours vivants ?

Le mois d’octobre est une période privilégiée pour fleurir les tombes de nos défunts. Les morts…

Nos amis partis trop tôt, notre famille, nos ancêtres etc.

Mais qui sont les morts en réalité ? Et qu’est-ce que la mort ?

De quoi parle-t-on ?

Dans de nombreuses religions, il existe une croyance répandue que la vie est ce qui se passe lors de notre incarnation. Et à l’issue de celle-ci, nous sommes morts. Nous retournons au néant. Le vide…

Pourtant d’autres religions font aussi état d’un lieu où nous nous rendons à l’issue de notre incarnation, le paradis ! Si on le mérite évidemment. Et nous nous y rendons parce que nous sommes morts. D’ailleurs on parle de la demeure de notre ultime repos.

Pourtant, il semble bien qu’il s’y passe quelque chose.

Alors qu’est-ce que la mort ?

Il y a maintenant 7 ans, la meilleure amie de ma Maman est partie. J’étais très proche d’elle. Quelques heures après qu’elle ait rendu son dernier souffle, elle est venue me voir. Je l’ai su avant même que ma maman en soit avisée. Et le soir après avoir contacté la famille de son amie, elle me confirmait la nouvelle.

Toutefois l’histoire ne s’arrête pas là. Comme nous étions très proches, la veille de ses obsèques, j’ai fait un voyage astral dont le souvenir d’une partie m’est restée. Plus exactement, j’ai accompagné la meilleure amie de ma maman. Elle arrivait dans un lieu où beaucoup de « personnes » l’attendaient. C’est en tout cas l’impression que cela m’a donné, car j’ai entendu beaucoup de monde autour d’elle, comme un brouhaha.

Et j’ai alors pris conscience que je l’avais accompagnée jusqu’à l’ultime limite où je pouvais me rendre en tant qu’être incarné.

Toutefois ce premier voyage à l’époque m’a laissé plutôt le sentiment d’une vie après l’incarnation ou plus exactement de la continuité d’un chemin. Certes j’étais triste, mais je savais qu’elle n’était pas seule, car ces autres qui l’avaient accueillie, je les avais entendus.

En 2004, c’est une amie qui s’est tuée dans un accident de voiture. Elle avait alors 20 ans. Il y a environ un an, je suis passée non loin de la ville où elle habitait. Au passage, j’ai ressenti une immense chaleur. Je savais que c’était elle. Et il y a quelques semaines, je me demandais ce qu’elle devenait. Je l’ai donc contactée. Elle a expliqué lors de la communication qu’elle travaillait dans une sorte de bibliothèque ou d’école afin de poursuivre son évolution. Et j’étais juste heureuse d’avoir de ses nouvelles, comme s’il s’agissait d’un simple coup de téléphone. Je la sentais bien, fraîche comme je l’ai connue et rayonnante.

Il n’y avait absolument pas ce parfum de tristesse de ma part ni de la sienne que l’on rattache dans nos cultures à ce qui est appelé communément la mort.

cascade_herisson8

Est-ce vraiment cela la mort ?

J’ai eu d’autres contacts avec d’autres « défunts » y compris la meilleure amie de ma maman que  j‘ai trouvé aussi rayonnante, rajeunie, libre.

Tout cela est emprunt d’une grande gaieté.

Et je ne peux donc pas rattaché le mot mort à cet état dans lequel ces êtres vivent. Ils sont même à mes yeux et à ma conscience plus vivants que jamais. Ils sont.

Leur conscience est ouverte sur la réalité dans toutes ses dimensions.

Mais nous ? Sommes-nous réellement ouverts à la réalité ? Le sommes-nous vraiment ? Tant que nos yeux sont fermés, nous sommes aveugles. Tant que nous suivons un ordre bien établi sans conscience, sans réfléchir à nos actes, comme des robots, il me semble bien que nous sommes morts. Oui c’est cela pour moi la mort, cet état dans lequel une majorité d’entre nous vit. C’est cela la mort : croire que la vie consiste en une répétition d’actes communs. Certains attendent même la retraite pour vivre !

Et alors à quel moment sommes-nous vivants ? Dites-moi à quel moment ?

C’est une tribu de zombie qui vit à la surface de la planète et nous sommes parmi eux. A n’importe quel moment, nous pouvons choisir de basculer et de revenir dans le royaume des vivants. Nous pouvons le faire et gravir les marches qui peu à peu nous ramènent dans cet espace de quiétude que nous recherchons trop souvent à l’extérieur de nous-mêmes.

Car la vie est en nous. Nous sommes la vie. Et cette flamme ne demande qu’à rejaillir. Chaque jour je découvre un nouvel espace de la vie, une nouvelle dimension. Et je m’en amuse.

Que nous sommes si ignorants de la vie !

Aujourd’hui je continue à me rendre certes sur les tombes des miens. Mais je ne suis pas triste. C’est le temple qu’ils ont choisi afin que nous puissions les honorer. Et je suis heureuse de pouvoir m’y rendre afin de rendre honneur à mes lignées. J’aime les miens et je sais aujourd’hui qu’ils vivent dans un espace de bienveillance où je peux les contacter si besoin. Ils nous observent. Ils nous laissent avancer. Ils participent parfois à notre chemin… si nous les écoutons.

Ils ne sont donc pas morts ! Loin s’en faut ! Et surtout ils sont loin de se reposer. Ils restent actifs, ils restent VIVANTS, plus que jamais.

Et vous, où en êtes-vous ?

Bien à vous,

Émilie Laure

14 réflexions au sujet de « Pourquoi nos morts sont toujours vivants ? »

  1. Laetitia Létrange

    Merci pour ce message en ces jours de Samain !
    Il est vrai que cette année, j’ai fêté mes ancêtres d’une façon plus positive !
    Et j’ai ressenti leurs chaleurs, leur amour, et j’ai bien vu qu’ils étaient heureux de me voir comprendre ou reconnaître leur être .
    Tu as raison, la vie est partout, il suffit d’ouvrir les yeux !!! 🙂
    Pleins de bisous à vous…

    Répondre
  2. philippe

    bonsoir Emilie
    Les Ames qui restent trop près des vivants,voir dans leurs auras parfois, les perturbes ,mais certainement pas par hazard, la fin de vie devrait un moment où l on se libère de tous les poids,
    Vaste prise de conscience collective
    Amitié
    Philippe

    Répondre
    1. Émilie Laure Mondoloni Auteur de l’article

      Bonjour Philippe,
      Effectivement une frontière reste nécessaire entre nos défunts et nous. Et surtout, il est primordial de les laisser vivre la suite de leur plan d’évolution. Comme tu le dis, il y a toutefois toujours un sens à ce que certaines âmes restent auprès de nous. Le trouver, c’est leur permettre et nous permettre de nous libérer conjointement d’un poids. Merci de ton partage.
      Amitié,
      Émilie

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *