Je respecte la vie autour de moi

Juste pour aujourd’hui, je respecte la vie autour de moi sous toute forme !

Nous voici arrivés au dernier idéal du Reiki Usui. Comment respecte-t-on quotidiennement la vie autour de nous ? Quelles sont les différentes formes de vie ?

Depuis ma rencontre avec le Reiki, je prends conscience que l’intégration de cet idéal dans ma vie a été progressive. Je croyais être respectueuse de la vie. Mais quand je mangeais encore de la viande ou du poisson, est-ce que je respectais la vie ?

Est-ce à dire que ceux qui ne sont pas végétariens ne respectent pas la vie ?

En vérité, nous sommes des êtres ambivalents. Certains d’entre nous ne peuvent se passer de viande. Alors si on a besoin de manger de viande, mangeons-en. Mais pas n’importe comment, pas à n’importe quel prix. Faisons-le en étant conscient de la vie de l’être que nous mangeons et remercions-le, bénissons-le. Certains d’entre eux n’ont vécu que quelques mois pour nous nourrir quand ils peuvent vivre des années à l’état naturel.

Dans ce sens, je me dis que nourrir une culture intensive et un élevage intensif est à l’inverse du respect de la vie. La vie prend son temps. Ne la forçons pas à vouloir aller plus vite. Trop de scandales sanitaires ont montré et montreront encore les excès vers lesquels nous mènent de telles pratiques.

Dans le même sens, je respecte les insectes. Mais clairement, je n’apprécie pas le moustique qui essaie de me sucer mon sang. Plutôt que de chercher à l’écraser contre le mur, je préfère chercher à le mettre dehors. Il a le droit de vivre.

Un jour, j’ai eu une véritable question : des insectes étaient en train de dévorer un meuble de famille. Et là, je veux bien respecter la vie, mais aussi respecter mon meuble de famille !

Je suis alors rentrée en communication avec l’esprit de ces insectes, car j’étais obligée d’utiliser des produits très forts pour les déloger et les tuer. Cela me faisait mal au cœur. Je les ai remerciés de leur compréhension. Et en échange, j’ai mis en place un compost afin que d’autres insectes puissent y vivre, en accord avec eux.

Toujours dans cette idée du respect de la vie, j’utilise aujourd’hui le moins de produits chimiques possibles et je réapprends à utiliser des produits naturels et pourtant très efficace afin de nettoyer ma maison, mon linge etc. Et au-delà du respect du petit insecte, je me respecte aussi. Car ce qui est autour de moi fais aussi partie de moi, c’est ce que m’enseigne cet idéal.

Et puis il y a aussi ce qui vit dans l’invisible. Tous ces êtres, défunts ou non, non incarnés, font partie de l’invisible. Pendant de longues années, je les ai craints. J’en ai eu peur, jusqu’où jour où j’ai commencé à comprendre leurs motivations. En écoutant et en comprenant leur motivation (ce qui ne signifie pas que j’y adhère), j’apprends à mieux cerner la vie sous toutes ses formes. Si je la cerne mieux, je me dirige vers un plus grand respect de celle-ci.

Et au quotidien avec autrui ? Respecter la vie sous toute forme, c’est aussi être capable de dire non, de mettre des limites. Pour bien respecter autrui, il faut se respecter soi-même.

Alors chaque jour, je fais de mon mieux pour respecter la vie sous toute forme, avoir de la gratitude pour chaque rencontre, quelle que soit sa nature. Et je dis Oui à la vie sous toutes ses manifestations.

Merci à la vie.