Réflexion éthique

cascade_herisson2Aujourd’hui je vous propose de partager avec vous ma vision d’une partie de mon éthique. Je me rends compte que certaines personnes venant voir des énergéticiens peuvent rapidement les mettre sur un piédestal. Et si ce professionnel n’y prend pas garde, il peut vite se prendre pour un gourou au sens péjoratif et occidental du terme.

Une personne en chemin

Or, la première chose à comprendre et dont il est nécessaire de prendre conscience est que la personne (thérapeute) que vous allez voir est un être humain, comme vous et moi, une personne en chemin. Je veux dire par là que ce praticien peut aussi avoir ses problématiques personnelles, se mettre en colère parfois etc. Il n’est pas au-dessus des autres. Il n’est pas supérieur à vous parce qu’il pratique telle ou telle discipline.

Et pour ma part, je considère qu’un praticien a le devoir de poursuivre son travail sur lui-même afin de pouvoir accompagner au mieux autrui.

Une éthique au service de tous

Ce travail sur soi constant permet ainsi non seulement de prendre du recul sur son propre travail, mais aussi sur sa posture en tant que praticien du mieux-être et formateur si tel est  le cas. Ce travail sur soi consiste d’abord en l’application des outils sur soi que l’on développe pour autrui. Également cela consiste à consulter d’autres collègues afin d’avancer sur son chemin.

En outre, les échanges réguliers  au sein d’associations de professionnels avec des collègues d’autres disciplines sont d’un grand enrichissement non seulement pour mettre à jour ses compétences et aussi pour enrichir ses pratiques.

Je sais que d’autres praticiens peuvent se rencontrer autour d’un repas sans chercher à formaliser ces rencontres via la création d’une association. Toutefois le but est bien le même : enrichir ses connaissances, prendre du recul sur ses pratiques et avoir les moyens de conseiller autrui si besoin est.

Un praticien doit connaître ses limites

L’éthique d’un praticien passe aussi, selon moi, par la connaissance de ses limites en termes de connaissances et de ce qu’il peut ou non faire d’un point de vue moral. A plusieurs reprises, j’ai eu le cas d’une personne me demandant si je faisais des massages. Insistante, cette personne m’a demandé à plusieurs reprises « pouvez-vous le faire? » J’ai répondu « Non ».

Autre cas de figure : on me demande de réaliser une séance à distance sur une personne en pleine capacité de réaliser elle-même ce choix. J’ai donc répondu « non » et qu’il fallait en parler à cette personne. C’était à elle de me contacter.

On peut être tenté de se prendre pour les « sauveurs de l’humanité ». Toutefois, la réalité nous rappelle que l’humilité est indispensable dans nos pratiques comme dans tant d’autres. Chacun réagit à sa manière à nos spécialités. Et cela est imprévisible. Aussi lorsque vous souhaitez contacter un praticien du mieux-être, essayez d’avoir tout cela à l’esprit.

Nous sommes des êtres humains faisant de notre mieux pour vous accompagner. C’est en tout cas ce que je pense pour ma part. On peut se tromper. Et les résultats peuvent ne pas être à la hauteur de ce que vous attendez.

C’est un devoir de vous le dire, afin que vous passiez la porte de nos cabinets en pleine conscience.

J’ai à cœur de mettre la morale et l’honnêteté au centre d mes pratiques professionnelles. Je connais de nombreux autres collègues qui en font tout autant.

Je vous souhaite de les rencontrer sur votre chemin.

Bien à vous,

Émilie Laure

le-creusot-venez-vous-detendre-avec-la-journee-bien-etre-dans-le-parc-de-la-verrerie-350019

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.