Archives par mot-clé : développement personnel

Le tarot, un outil d’évolution

J’ai découvert la cartomancie à mes 20 ans. Je me rappelle de cette soirée comme si c’était hier. Je faisais les vendanges dans le mâconnais. A l’occasion d’une soirée avec le groupe de vendangeurs, l’un d’entre eux a sorti un jeu de cartes qu’il avait et nous a proposé de nous faire des tirages.

J’étais curieuse de voir ce qu’il allait trouver. Son jeu de cartes était un oracle avec lequel il disait voir dans l’avenir. En préambule du tirage, il m’a indiqué que les cartes ne mentent jamais, mais que c’est leur interprétation qui peut être erronée.

Et c’est effectivement ce qui s’est passé ! Il m’a indiqué notamment que j’allais être cambriolée. Avec un aplomb qui m’a étonnée ce jour-là, je lui ai répondu « non, je ne serai jamais cambriolée de ma vie ». C’était une certitude. Pourquoi ? Je ne sais pas. Mais c’était bien une certitude. Je lui ai alors demandé quelles étaient les autres significations de la carte. Il m’a alors indiqué la perte d’un objet précieux.

Pour la petite histoire, quelques semaines plus tard, j’attendais la réponse de l’université de Grenoble pour intégrer un DEA. Lorsque j’ai appelé la secrétaire… elle avait perdu mon dossier de candidature. Or, à mes yeux, cet objet était précieux ! Grâce aux encouragements de l’un de mes frères, j’ai pris la copie du dossier que j’avais gardé et j’ai pris le premier train pour Grenoble. J’ai intégré la formation quelques jours plus tard, à temps, le jour de la rentrée !

Les cartes, des symboles

A partir de ce moment, je me suis achetée mon premier jeu de cartes : un tarot de Marseille. J’ai appris toute seule à l’utiliser en suivant les conseils du manuel. Avec le temps j’ai compris l’importance de rentrer en relation avec les cartes et parfois se détacher des informations et significations établies par l’auteur du jeu. Il s’agit de laisser les cartes et leurs symboles s’exprimer.

Autrement dit, la carte est un support à notre intuition et à notre lien avec les mondes subtils.

C’est grâce à des amis isérois que j’ai développé davantage l’utilisation du tarot de Marseille. C’est dans un groupe sécurisé que j’ai appris à développer ma confiance dans les tirages.

Pour en savoir plus sur d’autres symboles, voir : https://emilie-m.net/le-soleil-et-la-lune-des-symboles/

Le tarot, pour lire l’avenir ?

Avec le temps, j’ai fait l’acquisition d’autres jeux de cartes. Et j’ai appris que tous les jeux de cartes ne jouent pas le même rôle. Quoiqu’il en soit, un jeu de carte utilisé en cartomancie est un outil de connaissance de soi. L’avenir vous appartient. Certes, parfois certains itinéraires sont incontournables. En revanche, votre manière de vivre ces itinéraires changent l’intégration de ces expériences.

Et c’est là où la cartomancie peut jouer un rôle important : non pas en vous disant basiquement ce qu’il va se passer, mais en vous indiquant vos forces sur lesquelles vous pouvez vous appuyer et vos faiblesses à travailler pour vous prémunir de ressentis désagréables.

Autrement dit, la cartomancie et le tarot en particulier est un outil de connaissance de soi et de développement personnel.

Vous êtes acteur de votre vie !

Jusqu’à présent, il était plutôt rare que je tire les cartes pour autrui car la plupart des personnes intéressées par cette discipline ont une vision partielle du rôle de la cartomancie. Et je refuse de dire aux personnes ce qu’elles ont à faire. En revanche, si la personne vient dans l’idée de comprendre ce qui bloque certaines situations, l’approche est différente.

A mon sens, elle souhaite reprendre sa vie en main et être pleinement actrice de sa vie.

Et pour moi, cette démarche répond pleinement au rôle de la cartomancie.

Pour mieux comprendre en quoi vous êtes acteur de votre vie, voir aussi : https://emilie-m.net/memoire_cellulaire_fatalite/

Un héritage familial

Les dernières années de la vie de ma grand-mère paternelle, j’ai découvert que sa propre mère tirait les cartes. Je ne l’avais jamais su avant. Et j’avais surpris ma grand-mère à faire des tirages afin de connaître les tendances du moment et mieux s’y préparer. Malheureusement, elle n’a jamais utilisé les jeux de carte de sa Maman. Elle m’avait indiqué ne pas savoir où ils se trouvaient.

Lorsqu’elle est décédée, dès les premiers jours suivant son départ, mes tantes ont retrouvé les jeux de carte de mon arrière grand-mère. Elles me les ont mis de côté. Quelle émotion de tenir entre mes mains ces jeux de carte emplis de l’énergie de mon ancêtre ! Je les remercie de m’avoir remis entre les mains ce trésor.

C’est sans savoir que je possédais cet héritage que j’ai débuté l’utilisation du tarot de Marseille, puisque j’ai reçu ces jeux de cartes près de 13 ans après avoir découvert la cartomancie.

Des oracles abordables pour tous

Il existe de nombreux jeux de carte pouvant être utilisés en cartomancie : tarots et oracles. Le plus important est d’être attiré par le jeu de cartes. Ne cherchez pas à acquérir un jeu de cartes parce qu’une amie / un ami vous l’a conseillé. Encore une fois, la relation avec le jeu de cartes est primordiale à mon sens. Vous devez entrer en relation avec le jeu de cartes. Pour cette raison, je déconseille plutôt de prêter votre jeu de cartes. Il faut vraiment très bien connaître la personne à qui vous souhaitez prêter votre jeu de cartes. Et même avec cela, vous avez le droit de refuser de prêter votre jeu de cartes.

Il existe des jeux de cartes plus ou moins complexes à interpréter. D’autres en revanche sont très abordables, je pense notamment aux jeux de cartes créés par Doreen Virtue et qui sont de bons conseils pour avancer.

Pour aller davantage dans le détail, il faudra utiliser des oracles plus complexes (celui de Madame Lenormand par exemple) ou des tarots (Marseille ou égyptien par exemple).

Gardez en tête que vous êtes l’acteur/actrice de votre vie et que la cartomancie est un outil de connaissance de soi primordial pour avancer en conscience. Dans ce sens, elle peut être un outil formidable dans notre vie. Évitez les pièges de la cartomancie : passez d’un cartomancien à un autre pour entendre ce qui vous intéresse.

Certes, ce n’est pas toujours confortable d’entendre certaines informations. Rappelez-vous toujours que vous avez le pouvoir de changer les choses !

Prenez bien soin de vous.

Bien à vous,

Émilie Laure

Le sens de la vie sur Terre

La vie est un terme que nous définissons tous à notre manière. Et pour beaucoup d’entre vous, celle-ci comporte des limites : un début et une fin. Et pourtant le doute aussi s’installe en vous. Se peut-il qu’il y ait autre chose après ? De quoi s’agirait-il ? Et peut-on se réincarner ?

Les limites de l’incarnation

La majorité d’entre vous s’accorde pour reconnaître les limites de l’incarnation ou de ce que vous appelez « la vie ». Donc votre temps est compté sur terre. Et vous constatez au quotidien que le temps passé en incarnation est différent d’une personne à une autre.

Chez certains d’entre vous cela peut d’ailleurs générer un véritable sentiment d’injustice lorsque vous voyez vos proches partir avant vous.

Cela serait dû davantage à une mission de votre âme et à des engagements pris avant de venir en incarnation.

La vie se poursuit après la mort

De nombreuses traditions spirituelles ou religieuses décrivent un « après ». Elles s’accordent sur ce point : une forme de conscience ou de vie se poursuit après la fin de l’incarnation, à la fin de vie de notre enveloppe physique.

Également de plus en plus de témoignages de personnes étant revenues d’une expérience de NDE (Near Death Experience) tendent à montrer qu’il y a un après, sans pouvoir toujours le définir d’une manière identique.

Voir un des nombreux témoignages du médecin-anesthésiste Jean-Jacques Charbonnier : www.larevuedelaudela.com/nos-collaborateurs/dr-jean-jacques-charbonier.htm

Enfin de plus en plus de scientifiques non seulement s’interrogent sur le sujet et surtout rejettent l’hypothèse d’une fin de vie « tout court » au moment de la mort du corps.

Le repos éternel ou la poursuite de notre élévation ?

Suivant certaines traditions, qu’elles soient occidentales ou issues d’autres pays, la mort laisserait place au repos éternel. Lorsque vous venez me demander des nouvelles de vos défunts, ceux-ci sont amenés à expliquer aussi le « quotidien » de ce qu’ils vivent de « l’autre côté ». Ce quotidien ne consiste pas nécessairement à se « reposer ».

Pour certains, il s’agit de comprendre les leçons de ces années passées en incarnation sur terre, alors que d’autres se construisent une sorte de quotidien assez proche de ce qu’ils vivaient incarnés. De la sorte, vos proches ne se préparent alors pas vraiment à une incarnation prochaine (voir aussi les écrits de Daniel Meurois sur le sujet).

Voir aussi : https://emilie-m.net/pourquoi-nos-morts-sont-toujours-vivants/

Pour d’autres, il s’agit de poursuivre leur évolution. C’est en comprenant les leçons acquises lors de la dernière incarnation, qu’ils peuvent mieux préparer la prochaine si celle-ci s’avère nécessaire. Parallèlement certains d’entre eux peuvent avoir choisi de devenir vos guides dans votre incarnation présente.

Pourquoi retourner en incarnation ?

Votre incarnation est loin d’être une punition. Elle répond à un choix, le vôtre, de pouvoir avancer dans votre évolution. Et de nombreux êtres de lumière expliquent qu’il est parfois plus « aisé » d’avancer dans son évolution en étant incarné qu’en ne l’étant pas.

Certes l’incarnation vous contraint à vivre la densité de la matière et aussi la dualité.

Pour certains d’entre vous, elle peut être d’autant plus difficile que vous avez connu une vraie difficulté à venir vous incarner.

Je rencontre régulièrement certains d’entre vous portant encore leurs ailes et qui ne veulent pas les lâcher. Pourtant votre incarnation sera nettement plus confortable si vous acceptez cette étape.

Un cycle d’incarnation sans fin ?

Se pose aussi la question, laquelle s’appuie aussi sur des croyances et certaines traditions spirituelles, d’un cycle d’incarnation sans fin. Comment pouvez-vous en sortir ? Devez-vous forcément subir des réincarnations ?

Je ne le crois pas. La vie sur Terre correspond à un passage à l’école. Si vous obtenez votre « diplôme », vous passez à la classe suivante. Le but de votre incarnation est bien loin d’être la souffrance. Il s’agit plutôt pour vous de vous rappeler d’abord que vous êtes un être de lumière venu expérimenter la densité et la dualité. Ensuite il convient également pour vous de dépasser les événements, les peurs, les angoisses que vous vivez et d’en tirer des enseignements.

Si vous arrivez à vous « extirper » de ceux-là, vous vous élevez. Et c’est bien l’un des objectifs qui nous relie tous en vivant une incarnation sur Terre : s’élever.

En résumé, une incarnation sur Terre peut sembler limitée dans le temps. Elle l’est selon les « engagements » que votre âme a pris juste avant votre incarnation. Et ensuite, la vie continue à sa manière et non pas sous un aspect matériel, mais elle continue bien. Les réalités de cette vie sont décrites de différentes manières selon les témoignages de personnes ayant vécu une NDE ou selon différentes traditions spirituelles.

Retourner en incarnation si cela s’avère nécessaire correspond donc à un choix, un choix pour évoluer davantage. A mon avis, ce cycle de réincarnation peut prendre fin et c’est bien notre objectif commun : mettre fin au cycle de réincarnation.

Vous avez encore des questions ou des remarques au sujet de cet article ? Posez-les en commentaires, j’y répondrai avec plaisir.

Bien à vous,

Émilie Laure

Abonnez-vous à ma page Facebook pour suivre la publication d’articles sur le blog, les annonces d’atelier, de formation, de vente sur les salons : www.facebook.com/emilie.reiki/

Et à tout moment, inscrivez-vous à l’une des journées thématiques du cursus de médiumnité : communiquer avec les êtres de lumière ou avec vos amis les animaux ? Retrouvez toutes les dates ici !