Archives par mot-clé : développement personnel

Redonner du sens à votre vie

Vous vivez régulièrement des périodes charnières dans votre vie : fin d’un contrat de travail ou départ d’un poste, déménagement, séparation, décès d’un être cher etc.

Tout peut être finalement le sujet à une remise en question, une remise à plat de votre vie. Et parfois cette remise en question est tellement difficile que vous vous demandez bien quel peut être le sens de la perte d’une situation ou d’un être cher, surtout quand tout semblait aller si bien.

Cet article vous propose de vous donner quelques éléments de réflexion pour redonner du sens à votre vie : de l’acceptation de la phase du deuil, au fait de donner du sens à l’ancien, avant de donner du sens au renouveau, pour terminer sur un éclairage par le tarot de Marseille.

Accepter de vivre le deuil

Le deuil est une étape que vous vivez à de nombreuses reprises dans votre vie. C’est une étape de transition nécessaire et indispensable à chaque passage de votre vie.

Pour rappel sur le sujet voir : https://emilie-m.net/comment-vivre-un-deuil-et-en-sortir-grandi/

Je rappelle qu’il concerne toute sorte de « fin » (travail, relation, départ d’un être cher etc.).

Afin de pouvoir redonner du sens à votre vie, la première étape est de vous autoriser à vivre votre deuil. Cette étape est de la durée nécessaire pour vous. Évitez de comparer avec votre voisin. Chacun d’entre vous peut buter à un moment sur l’une des phases de deuil.

Ce qui importe c’est bien finalement de vivre toutes les étapes de votre deuil.

Donner du sens à l’ancien

L’une de ces étapes consiste à donner du sens à l’ancien. Quels sont les enseignements que vous avez reçus au cours de votre expérience passée avec telle personne ou dans telle entreprise ? Soyez constructif et lucide sur vous-même et votre expérience.

Quels sont les enseignements qui restent utiles aujourd’hui pour vous ?

Ce qui est passé peut pour vous de bases au renouveau.

Ancien ne signifie pas oublié ou à jeter à la poubelle. Cela signifie juste passé. Donner du sens à ce qui a fait partie de votre quotidien : votre animal qui est parti vous a montré que vous pouviez sortir marcher tous les jours ? Il vous a montré que vous pouviez avoir de l’autorité ? Ou simplement que vous existiez, puisque vous étiez tout pour lui !

Prenez le temps d’écrire sur une feuille tous ces enseignements. Faites-le de préférence lorsque votre deuil est déjà bien avancé et pour vous aider dans votre reconstruction.

Pour donner du sens au renouveau

Quels sont les enseignements que vous avez reçus de la situation précédente ? A présent, quelle direction voulez-vous prendre ? Regardez autour de vous les opportunités qui s’offrent à vous ? Un bilan professionnel ? Plus de temps à vous consacrer dans votre quotidien ?

Ce passage est l’occasion de vous recentrer sur vous-même et d’essayer de nouvelles choses. Le renouveau se met en place progressivement. Faites-vous accompagner si besoin pour achever votre deuil sereinement et retrouver en vous l’envie d’être là et d’avancer.

Parfois aussi l’étape de renouveau et de recherche de sens de cette période de votre vie se fait parallèlement sur le passé et le présent. Soyez patient avec vous-même. Donnez-vous du temps à cette intériorisation tout en accueillant les opportunités qui s’offrent à vous.

Expérimenter est la première chose pour laquelle vous êtes venu. Autorisez-vous à essayer, notamment essayer le renouveau. Il peut être et il doit être en partie différent de l’expérience que vous venez de vivre.

Le sens de l’arcane sans nom

Le tarot de Marseille abrite une carte qui se prête tout à fait à cette thématique de renouvellement que je vous propose aujourd’hui : il s’agit de la carte sans nom, autrement appelée la Mort.

Le tarot de Marseille constitue un outil très puissant d’évolution et c’est en ce sens que je m’appuie sur celui-ci aujourd’hui.

Rappel sur le rôle de la cartomancie : https://emilie-m.net/le-tarot-un-outil-devolution/

Dans un tirage, cette carte peut avoir plusieurs significations parmi lesquelles : circulation éternelle de la vie au travers de la mort et de la renaissance. Transformation. Mobilité. Fluidité éternelle des choses. Élimination du passé.

Elle vous rappelle ainsi que la vie est un éternel recommencement. Acceptez-le, voyez ses enseignements et elle sera plus douce pour vous.

Si la carte sans nom devait parler, elle vous dirait notamment :

« Si tu te presses, tu me rattraperas. Si tu ralentis, je te rattraperai. Si tu marches tranquille, je t’accompagnerai. Si tu te mets à tourner, je danserai avec toi. Puisque notre rencontre est inéluctable, fais-moi face tout de suite ! Je suis ton ombre intérieure, celle qui rit derrière l’illusion que tu appelles réalité. Patiente comme une araignée, enchâssée comme un bijou dans chacun de tes instants, tu partages ta vie avec moi – ou si tu t’y refuses, tu ne vivras pas dans la vérité. Tu pourrais fuir à l’autre bout du monde, je serais toujours à tes côtés. Depuis que tu es né, je suis la mère qui ne cesse de te mettre au monde. Réjouis-toi donc ! Ce n’est que lorsque tu me conçois que la vie prend son sens. L’insensé qui ne me reconnaît pas s’accroche aux choses sans voir qu’elles sont toutes à moi. Il n’en est aucune qui ne porte mon sceau. Permanente impermanence, je suis le secret des sages : ils savent qu’ils ne peuvent avancer que sur mon chemin. Ceux qui m’assimilent deviennent des esprits puissants. Ceux qui me nient, en cherchant vainement à s’échapper, perdent  les délices de l’éphémère : tout en étant, ils ne savent pas être. Tout en agonisant, ils ne savent pas vivre. […]

Grâce  à moi, tout devient poussière et tout s’effondre. Mais ne pense pas que c’est une tragédie. Je fais de la destruction un processus d’une splendeur extrême. J’attends que la vie se manifeste jusqu’à atteindre sa plus grande beauté, puis j’apparais pour l’éliminer avec la même beauté. Lorsqu’elle parvient à la limite de sa croissance, je commence à la détruire avec le même amour qui a été employé pour la construire. Quelle joie ! Quelle incommensurable joie ! Ma destruction permanente ouvre la voie à la création constante. S’il n’y a pas de fin, il n’y a pas de commencement. Je suis au service de l’éternité, de ton éternité. Si tu te donnes à la transformation, tu deviens le maître du moment éphémère, car tu le vis dans son intensité infinie.

[…]

Comprends-le : en mon extrême noirceur, je suis l’œil de cet impensable que tu pourrais appeler Dieu. Je suis aussi Sa volonté. Grâce à moi tu reviens à Lui. Je suis la porte divine : qui entre sur mon territoire est un sage, et qui ne peut franchir mon seuil consciemment est un enfant peureux caparaçonné dans ses détritus. En moi il faut entrer pur : défais-toi de tout, défais-toi même du détachement, annihile-toi. Ce n’est que lorsque tu disparais que Dieu apparaît. »

« Tu veux la force ? En m’acceptant tu es le plus fort. Tu veux la sagesse ? En m’acceptant tu es le plus sage. Tu veux le courage ? En m’acceptant tu es le plus courageux. Dis-moi ce que tu veux ! Si tu deviens mon amant, je te le donnerai. Lorsque tu sens que je fais partie de ton corps, je transforme la conception que tu as de toi-même, je te rends mort en vie et je t’accorde le regard pur des morts : deux trous sans attaches par lesquels seul Dieu regarde. L’instant, alors, devient terrible, tout se transforme en miroir et tu te vois en tout être, en tout forme, en tout processus. Ce que tu appelles « la vie » devient une danse d’illusions. Il n’y a plus de différence entre la matière et la rêve. »

« Ne tremble pas, ne crains pas, réjouis-toi ! La vie, quoique irréelle et éphémère, dans l’instant révèle sa plus grande beauté. En me donnant ton regard tu comprendras enfin que c’est un miracle d’être en vie. »

Source : La Voie du Tarot, Alexandro Jodorowsky

En conclusion, redonner du sens à sa vie prend du temps, du temps que vous vous offrez : de l’acceptation du deuil, à l’étape de donner du sens à l’ancien, avant de pouvoir donner du sens au renouveau. La symbolique via notamment le tarot de Marseille vous apporte un éclairage supplémentaire dans ces étapes souvent vécues avec peine et détresse, et pourtant qui constituent de véritables rites de passage dans votre vie.

Vous avez encore des questions ou des remarques sur cet article ? Posez-les en commentaires, j’y répondrai avec plaisir.

Bien à vous,

Émilie Laure

Abonnez-vous à ma page Facebook pour suivre la publication d’articles sur le blog, les annonces d’atelier, de formation, de vente sur les salons : www.facebook.com/emilie.reiki/

Accompagner son enfant, se regarder soi

Vous êtes de plus en plus nombreux à réfléchir autrement l’accompagnement de votre enfant vers son bien-être en passant par d’autres pratiques que celles plus conventionnelles.

Ainsi je reçois régulièrement des enfants et leurs parents pour des troubles du comportement ou des problèmes de peau par exemple.

Et certains d’entre vous, en tant que parents, se sentent démunis, cherchant un « sauveur » qui réglerait la situation définitivement. Pour autant est-ce qu’une personne peut-elle réellement faire cela ? Quels sont les liens entre les enfants et leur entourage ?

Comment accompagner votre enfant vers son mieux-être ?

Les traitements énergétiques pour vos enfants

De plus en plus de spécialités ont développé une partie de leurs pratiques à destination des enfants. C’est le cas de la sophrologie, de la kinésiologie, également du Reiki etc.

Pour rappel sur le sujet voir : https://emilie-m.net/le-reiki-pour-les-enfants/

Vous avez souvent recours à ces techniques pour limiter voire éviter les traitements médicamenteux. Et dans de nombreux cas, cela peut effectivement être pertinent.

Pour autant, si votre enfant suit un traitement au moment d’une consultation avec un praticien du mieux-être, il est impératif de poursuivre ce traitement. Seul un médecin peut vous dire s’il est possible d’arrêter un traitement médical.

Votre rôle de parent dans l’équilibre de votre enfant

Pour des troubles qui sont plus durables, il peut vous être utile de vous interroger sur votre lien avec votre enfant.

C’est d’autant plus le cas pour les plus jeunes enfants qui vivent dans les énergies de leurs parents.

Autrement dit, l’enfant peut devenir un véritable révélateur de votre propre mal-être.

Objectivement, interrogez-vous sur les débuts des troubles de votre enfant, les moments où ils se sont aggravés et ce que cela cause chez vous en termes de comportements et de sentiments.

Rétablir l’équilibre de votre enfant en réglant votre mal-être

Vous serez alors sans doute prêt à venir recevoir un traitement en même temps que votre enfant, voire même à la place de votre enfant. Parfois il s’agit juste de travailler sur vous-même pour que le comportement de votre enfant puisse évoluer. Parfois, il vous travailler sur vous deux en même temps.

Je me rappelle ainsi une maman d’un jeune garçon de 5 ans qui dormait encore avec la couche. Il n’arrivait pas encore à être propre au lit. Elle était prête à travailler sur elle-même. Et c’est donc le duo mère-enfant qui a reçu le traitement. La mère m’a indiqué quelques mois plus tard que la séance avait apporté les bénéfices souhaités pour l’enfant, à savoir qu’il avait arrêté de porter sa couche pour dormir et qu’il était totalement propre.

Parfois plusieurs séances peuvent être nécessaire pour votre enfant et vous-même en fonction de votre avancement dans votre travail personnel. Il est en tout cas clair, que la piste de la relation entre votre enfant et vous-même est à explorer pour améliorer votre bine-être à tous les deux.

Accompagner votre enfant sur sa propre voie

En faisant appel à des disciplines hors du cadre médical, vous montrez aussi à votre enfant d’autres voies pour qu’il puisse se prendre en main. Vous pouvez aussi lui permettre de trouver des disciplines qui lui permettront de trouver sa voie.

Il peut s’agir de la méditation, de la sophrologie, du Reiki, du Qi gong ou du yoga.

Aujourd’hui de nombreuses disciplines sont ouvertes à votre enfant qu’il soit accompagné ou non et en fonction de son âge.

L’accompagner dès son plus jeune âge peut vous et lui permettre des clés de connaissance de lui-même et l’aider à mieux gérer ses émotions et certains troubles.

Pour rappel, il existe des techniques de méditation en mouvement par exemple : https://emilie-m.net/mediter-en-mouvement/

En conclusion, les techniques énergétiques à destination des enfants sont de plus en plus nombreuses et proposent des exercices plus spécifiques pour une meilleure prise en compte de leurs besoins. Pour autant, il peut être nécessaire que vous accompagniez votre enfant en cherchant chez vous-même ce qui cause les troubles de votre enfant. Celui-ci se comporte souvent comme un véritable révélateur de votre mal-être ou de votre bien-être. En cherchant à rétablir votre propre équilibre, vous donnez plus de chances à votre enfant de rétablir son propre équilibre.

Enfin et dès son plus jeune âge, vous pouvez aussi lui proposer des initiations à différentes techniques de développement personnel afin que votre enfant puisse apprendre à être acteur de sa vie pleinement en gérant mieux ses émotions et l’équilibre de sa vie.

Vous avez encore des questions ou des remarques sur cet article ? Posez-les en commentaires, j’y répondrai avec plaisir.

Bien à vous,

Émilie Laure

Abonnez-vous à ma page Facebook pour suivre la publication d’articles sur le blog, les annonces d’atelier, de formation, de vente sur les salons : www.facebook.com/emilie.reiki/

Comment vivre un deuil et en sortir grandi ?

Je me rappelle avoir abordé pour la première fois ce thème lors d’une conférence sur le végétarisme en 2018. Et je vous propose aujourd’hui de mieux comprendre le deuil et ses différentes phases pour vous permettre de mieux vous reconstruire après celui-ci.

En préambule, il est nécessaire de rappeler que ces phases de deuil s’appliquent aussi bien à la perte d’un être cher (humain, animal) qu’à la perte d’un emploi, un changement brutal de situation (l’après-Covid?) ou encore une rupture sentimentale.

Les 5 étapes du deuil selon le Docteur Kübler-Ross

Le docteur Elizabeth Kübler-Ross (décédée en 2004) était une psychologue et spécialiste du comportement. Elle a présenté les étapes ou phases du deuil (déni, colère, marchandage, dépression et acceptation).

Ce travail de deuil est possible non seulement au niveau de la perte d’un de vos proches, mais il est transposable dans le domaine sentimental, lors d’une rupture et dans le domaine professionnel, lorsque vous arrivez à la fin d’un contrat, ou lors d’un licenciement.

Étape 0 du deuil – l’ignorance

L’étape de l’ignorance peut aussi être appelée étape d’innocence : étymologiquement qui fait souffrir sans conscience. Vous ne savez pas.

Avec mon ami Fabrice Tissier, nous avions ajouté cette étape s’agissant de l’alimentation. En effet rapporté à ce champ, vous pouvez souffrir de ce que vous mangez. Tels les exemples nombreux des enfants mangeant des aliments qui les rendent davantage nerveux par exemple.

Il peut s’agir aussi de ce moment où vous accompagnez vos proches en sachant qu’ils sont malades et que leur maladie est incurable.

Étape 1 du deuil – le choc

C’est une phase courte. Vous vous sentez anesthésié et détaché. Vous pouvez aussi vous sentir exclu de la vie normale et du monde des vivants. Certains d’entre vous refusent de croire ce qui arrive et vont continuer à planifier des activités avec le disparu.

Le terme de sidération peut tout à fait convenir pour qualifier la réaction de la personne face à l’information transmise. Dans un autre champ, face à un scandale sanitaire ou face à des images de mutilations d’animaux, vous prenez conscience que vous avez un être dans votre assiette.

Étape 2 du deuille déni

C’est le refus de croire l’information. Sont utilisés des arguments et la contestation. Le rejet de l’information fait place à une discussion intérieure ou/et extérieure. Il ne faut cependant pas croire que la brièveté de cette phase signifie qu’elle n’est pas importante. Certains d’entre vous s’enferment dans cet état de déni, de refuge.

Étape 3 du deuilla colère et le marchandage

Vous êtes confronté avec les faits, ce qui va engendrer une attitude de révolte, tournée vers soi et vers les autres. C’est aussi une phase de marchandage qui peut prendre une tournure « magico-religieuse ». Vous promettez à une « entité invisible » de ne plus faire telle ou telle chose si la situation originelle pouvait revenir. Les intensités peuvent être variables, selon votre maturité affective.

Votre pensée s’alimente de fortes contradictions. Vous pouvez vous emporter ou vous enfermer dans le plus grand mutisme. Des pulsions de vengeance peuvent ainsi vous pousser à avoir des comportements que vous ne comprenez pas vous-même.

En fait, vous êtes confronté à l’impossibilité d’un retour à la situation première. Vous devez faire le deuil, et vous passez par de nombreuses émotions : reproches, remords, ressentiments, dégoûts, de la répulsion, séduction ou agression.

Pour mieux comprendre ce sentiment de colère, voir aussi : https://emilie-m.net/juste-pour-aujourdhui-je-me-libere-de-toute-colere/

Dans le marchandage, vous voulez retrouver votre vie normale, votre vie « d’avant » et vous êtes prêt à changer pour que cela arrive. Il s’agit d’une autre forme de déni de la réalité. Bien que vous ne croyez pas réellement au retour du défunt ou de la situation que vous avez perdue. Vous imaginez que si vous aviez agi autrement lors de tel ou tel événement, le décès n’aurait pas eu lieu. La culpabilité fait aussi partie de cette étape.

Étape 4 du deuil – la tristesse

C’est un état de désespérance. La réalité vous rattrape. Vous comprenez que vous ne reverrez plus jamais la personne décédée, ou ne retrouverez pas votre situation. Vous réalisez que des rêves et des projets communs ne se réaliseront jamais. La tristesse vous submerge et fait parfois place à la dépression.

Étape 5 du deuil – la résignation

Il s’agit aussi d’une étape que nous avons ajouté avec mon ami Fabrice et qui s’applique très bien par exemple à un changement alimentaire ou de vie notable.

C’est l’abandon de cette lutte au cours de laquelle vous pouvez avoir le sentiment d’avoir tout essayé pour revenir à la situation perdue. Vous n’avez aucune visibilité de ce que vous pouvez faire. Vous agissez au gré des circonstances. Cette résignation peut aussi se composer de rejet. Exemple : Chez vous, vous mangez ce que vous voulez. Chez les autres, vous faites un « effort » et mangez comme « tout le monde ».

Étape 6 du deuill‘acceptation

Dans cette étape, vous acceptez la perte (de l’ancien). En l’acceptant, vous êtes capable de garder les beaux moments mais aussi les moins bons. Vous commencez à avoir plus confiance en vous, vous vous sentez mieux et l’avenir ne semble pas aussi noir qu’avant. Exemple : « J’y pense encore parfois, mais je m’en sors ! ».

Étape 7 du deuil – la reconstruction joyeuse

L’acceptation seule ne suffit pas. Il faut vous reconstruire progressivement. Vous reconstruire amène à mieux vous connaître, à découvrir vos ressources personnelles et à prendre conscience de votre existence. Cette démarche développe la confiance en vous-même. Le sentiment de vulnérabilité fait place à une nouvelle énergie et la joie du moment présent.

La transition demande également parfois un remodelage socio-familial, si ce n’est professionnel.

La vie est par essence impermanente, donc elle nécessite une perpétuelle adaptation qui se nomme souffrance dans l’immobilisme et conscience dans l’évolution.

C’est aussi l’occasion de mieux comprendre votre voie spirituelle. Pour rappel sur ce sujet, voir : https://emilie-m.net/trouver-votre-voie-spirituelle/

En conclusion, un deuil se vit en plusieurs étapes. Acceptez de vivre toutes les étapes. Parfois vous pouvez rester bloqué à une étape. Il reste primordial d’achever pleinement votre deuil par une reconstruction. Pour cela, il peut être parfois nécessaire de vous faire accompagner par un professionnel et de vous centrer sur vous-même et les moyens de vous reconstruire grâce aux ressources que vous avez découvertes en vous au cours de votre deuil.

Vous avez encore des questions ou des remarques sur cet article ? Posez-les en commentaires, j’y répondrai avec plaisir.

Bien à vous,

Émilie Laure

Abonnez-vous à ma page Facebook pour suivre la publication d’articles sur le blog, les annonces d’atelier, de formation, de vente sur les salons : www.facebook.com/emilie.reiki/

Trouver votre voie spirituelle

Vous êtes de plus en plus nombreux à chercher votre voie, votre chemin, à découvrir de nombreuses spécialités de développement personnel et à vous poser la question : comment trouver votre voie spirituelle ?

Cette question me semble d’autant plus juste que peut-être certains amis ou membres de votre famille peuvent vous conseiller telle ou telle pratique sans véritable certitude que celle-ci puisse réellement vous correspondre. Dans cet article, je vous propose de vous apporter quelques éléments de réponses à cette question, mieux comprendre aussi en quoi consiste le fait de trouver de sa voie spirituelle.

Votre voie spirituelle, un chemin de vie

Tout d’abord cet article porte bien sur la spiritualité et pas la religion ou le spiritisme.

Pour rappel sur la différence entre le spiritisme et la spiritualité, je vous renvoie à cet article précédent : https://emilie-m.net/spiritisme-ou-spiritualite/

Une voie spirituelle est unique. Votre voie spirituelle, celle donc de votre esprit, est la vôtre. Cela paraît simple. C’est tout de même mieux de l’indiquer. En outre, elle correspond à celle ou celui que vous êtes aujourd’hui dans cette incarnation. Et elle est votre chemin de vie.

Cela signifie donc que même sans le savoir vous suivez une voie spirituelle.

Pour autant, si vous lisez cet article, c’est que vous cherchez à la suivre en conscience et avoir prise dessus.

Votre voie spirituelle, un chemin avec des virages

Dans votre désir de contrôle de votre vie et souvent de mieux-être, vous souhaitez une vie qui se déroulerait simplement, paisiblement comme sur une petite route de campagne ou pour certains sur une autoroute.

En réalité, force est de constater que ce chemin connaît bien des virages, y compris les plus inattendus, même pour ceux travaillant sur eux-mêmes.

Votre voie spirituelle vous propose de nombreuses surprises et si vous comprenez les différents messages qu’elle vous apporte progressivement, vous pouvez ainsi apprendre à maîtriser vos émotions, vos réactions, vous-même et plus à contrôler.

Chercher à contrôler la vie, c’est se fermer à de nombreuses opportunités, c’est aussi à coup sûr se créer des frustrations.

Rappelez-vous que vous voyez si peu de la réalité.

Pour rappel sur le sujet, voir aussi : https://emilie-m.net/que-savons-nous-de-la-realite/

Votre voie spirituelle, celle de l’expérimentation

Suivre votre voie spirituelle consiste ainsi à expérimenter la vie. Et comme vous êtes incarné ici sur Terre, il s’agit donc d’expérimenter une incarnation ici, tout en vous reliant à votre esprit et non pas se confondre seulement avec la matière.

En effet, dans la confusion et l’attachement à la matière, vous en oubliez souvent que vous êtes des êtres spirituels, de lumière.

Vous êtes venus expérimenter la matière, les relations avec autrui dans la matière et la reconnexion à soi à partir d’une dimension matérielle.

De nombreux outils et techniques peuvent vous y aider.

C’est le cas du tambour. Pour en savoir plus, voir aussi : https://emilie-m.net/le-tambour-pour-se-connecter-a-soi/

Votre voie spirituelle, celle des choix

La voie spirituelle que vous suivez tous est jalonnée de règles du jeu. Parmi celles-ci, on retrouve le libre-arbitre. Cela signifie que face aux expériences qui sont les autres, vous avez à faire des choix.

Cela me fait penser à ces livres où l’histoire est écrite par morceau d’avance. Lorsque vous faites un choix, on vous renvoie à telle page. Vous vous rendez à telle page, puis de choix en choix, parfois plusieurs chapitres plus tard, vous revenez à un choix que vous aviez déjà rencontré.

Alors se pose la question de savoir si vous aviez fait le ou les bons choix auparavant. D’une certaine manière, vos choix sont forcément bons pour vous. S’il vous est nécessaire de faire dix fois le tour d’une piste pour en comprendre le parcours, faites-le dix fois. Et si vous comprenez plus vite et trouvez la sortie du circuit plus rapidement ? Tant mieux !

Vous pourrez alors passer à la leçon suivante !

Votre voie spirituelle, celle des enseignements et de la progression

En effet, votre voie spirituelle est une voie d’enseignements et de progression à condition bien sûr que vous la suiviez et cherchiez à la suivre en conscience. Qu’est-ce que cela veut dire ? Cela veut dire qu’il devient indispensable pour vous de trouver le sens de votre vie, votre rôle, votre place et le moyen de la prendre progressivement.

C’est un chemin qui se fait progressivement comme l’enseignent certaines voies de développement personnel tel le Reiki Usui par exemple.

Voici cet article pour rappel sur le sujet : https://emilie-m.net/le-chemin-reiki/

Le chamanisme en est un autre. Et bien d’autres techniques et spécialités peuvent vous conduire à progresser sur votre chemin personnel au cours duquel vous pouvez partager certains enseignements avec des amis et des proches et parfois vous différencier d’eux en suivant vos chemins.

En résumé, votre voie spirituelle constitue votre chemin de vie. Celui-ci peut comporter des virages, parfois, des impasses et des retours en arrière. C’est ce qui fait qu’il est unique, à votre image.

Avant tout, autorisez-vous à expérimenter car c’est la véritable raison d’être de votre chemin de vie et de votre voie spirituelle. Expérimentez et vivez !

Faites des choix ! Et rappelez-vous que la vie est une école au cours de laquelle vous recevez des enseignements pour progresser et aller vers la lumière, votre lumière. Donnez donc du sens à votre vie et vous trouverez ainsi progressivement votre voie spirituelle. Elle vous révélera alors son véritable visage.

Vous avez encore des questions ou des remarques sur cet article ? Posez-les en commentaires, j’y répondrai avec plaisir.

Bien à vous,

Émilie Laure

Abonnez-vous à ma page Facebook pour suivre la publication d’articles sur le blog, les annonces d’atelier, de formation, de vente sur les salons : www.facebook.com/emilie.reiki/

La communication non violente, pour désactiver les conflits

Avec cet article, je souhaite partager avec vous une technique de communication qui permet de désactiver les conflits tout en vous respectant vous-même. Il est dommage que vous ne puissiez la recevoir actuellement lors de vos formations académiques, car elle permettrait de rendre la vie personnelle et professionnelle nettement plus harmonieuse. Au lieu de cela, et je le sais d’autant plus que je fournis des formations en communication, expression écrite et orale, les programmes actuels demandent seulement la transmission de connaissances et savoir-faire en argumentation. Elles ne font pas le lien entre la communication et la résolution pacifique de conflits.

Aussi et m’appuyant sur le travail réalisé par Pierre Pellissier, je vous fournis ici quelques clés qui vous donneront peut-être envie d’aller plus loin avec cette technique de communication non violente.

Calmer notre émotion

Globalement et comme le rappelle l’auteur, souvenez-vous que le rapport de force est contre-productif. En effet, même si vous obtenez un « oui » de force, vous laisserez une véritable frustration chez l’autre personne et l’objectif majeur de la communication non violente est que chacun ressorte satisfait et apaisé de l’échange. Donc vos premiers pas passent par la nécessité de calmer vos émotions. Plusieurs méthodes peuvent vous être utiles pour ce faire : la correction de l’erreur de représentation, le report de l’attention sur la respiration, encaisser les coups sans renvoyer, ou toute autre technique que vous maîtrisez et qui vous permet de rester calme.

Rappel sur une technique simple de méditation, en travaillant sur sa respiration : https://emilie-m.net/mediter-respirer/

Calmer les émotions de l’autre

L’autre personne vous voyant calme peut déjà commencer à se calmer. Et si dans l’échange vous percevez que vous recommencez à sentir la colère monter, revenez à la première étape.

C’est ensuite au tour de la personne en face. Comment la calmer ? Eh bien en ne faisant rien ou presque rien. Remettre de l’huile sur le feu, même si vos arguments sont valables est très énervant avouez-le.

L’idée est de ne pas contrer ni juger. En prononçant un mot comme : oui, bon, bien, d’accord. Ces mots envoient le message : « Vous avez sûrement une bonne raison de dire ce que vous dites et de le dire comme vous le dites. Je suis prêt à en parler avec vous. »

Cette étape dure le temps nécessaire, le temps qu’il faut pour dire « oui ».

Les empathes savent bien aller facilement jusqu’à cette étape.

Quand les émotions des deux protagonistes sont stabilisées, vous pouvez passer à l’étape suivante.

Comprendre plutôt que de se faire comprendre

Troisième étape : celle de comprendre l’autre. Comment devez-vous faire ? En posant des questions ! Par exemple : « pourquoi n’êtes-vous pas d’accord ? ». Écoutez la réponse de votre interlocuteur avec l’intention de voir les choses comme il les voit, voire de les ressentir comme il les ressent. Cherchez à être convaincu plutôt que de convaincre.

Son « oui » futur est dans les arguments mêmes qu’il vous oppose.

Soyez sincère dans votre écoute et réellement intéressé car là réside la solution qui vous permettra de résoudre votre conflit.

Faites-lui comprendre que vous l’avez compris en reformulant ses propos

Écouter est déjà une étape importante. A présent, prouvez à votre interlocuteur que vous avez compris ce qu’il vous a dit. Pour cela utilisez la reformulation. Redites avec vos mots ce que vous avez compris en finissant votre propos par une phrase du type « c’est bien cela ? ».

S’il dit oui, vous êtes toujours sur le bon chemin, sinon posez de nouveau les questions nécessaires pour bien comprendre votre interlocuteur. S’il se sait compris, votre interlocuteur sera prêt à vous écouter.

Juxtaposer votre point de vue au sein plutôt que de l’opposer

La cinquième étape consiste à juxtaposer votre point de vue au sein grâce à l’aide de mots-clés comme « de mon côté », « pour moi », « en même temps », « de mon point de vue ». Évitez à tout prix le « oui mais » qui signifie « NON ».

Ensuite observez les deux points de vue en cherchant à trouver une solution qui puisse convenir aux deux. Ce sont alors deux cerveaux qui réfléchissent en même temps à résoudre l’équation.

Proposer une solution

Vous pouvez alors passer à l’étape suivante ! Dès qu’une solution gagnant-gagnant apparaît, proposez-la. Si vous ne la voyez pas, demandez à votre interlocuteur s’il voit une solution. Et parlez-en ensemble. Éventuellement si aucune solution gagnant-gagnant n’apparaît, cherchez un compromis. Ce dernier a de grandes chances d’être accepté, car la relation est devenue une relation de coopération.

Si jamais la solution n’a pas encore été trouvée, on peut se donner un temps supplémentaire de réflexion. Chacun des protagonistes y réfléchira de son côté.

En résumé, l’attitude générale consiste à comprendre que le rapport de force est contre-productif. Résistez à la tentation d’utiliser les arguments, les menaces et les attaques personnelles.

Pensez à traiter les émotions avant de traiter le problème : vos émotions et celles de votre interlocuteur. Questionnez pour comprendre, reformulez et juxtaposez les points de vue. Enfin proposez une solution gagnant-gagnant.

Pour en savoir plus : http://www.letaoduconflit.fr/

Vous avez encore des questions ou des remarques sur la communication non violente ? Posez-les en commentaires, j’y répondrai avec plaisir.

Bien à vous,

Émilie Laure

Abonnez-vous à ma page Facebook pour suivre la publication d’articles sur le blog, les annonces d’atelier, de formation, de vente sur les salons : www.facebook.com/emilie.reiki/

Il est temps d’entrer dans l’action, dans le cœur en traversant la couronne

Dans cet article, je vous propose de poser quelques éléments de réflexion sur la situation que nous vivons actuellement grâce à l’aide des symboles du tarot de Marseille.

Pour ce faire, j’ai réalisé un tirage (le 23 juin 2020) qui a laissé apparaître 4 cartes : le chariot, le 10 de coupe, l’as d’épée et le 7 de deniers.

Découvrez ce que ces cartes vous disent aujourd’hui d’un point de vue universelle du quotidien que vous vivez et du contexte vous êtes amené à évoluer collectivement.

Le chariot, carte n°7, représente l’action par excellence

Comme le rappelle A. Jodorowsky, le chariot sait parfaitement où il va. Regardez la carte : deux chevaux, un véhicule et le conducteur (portant une couronne, il peut être identifié comme un prince).

Le symbole est troublant car le chariot est planté dans la terre. Cela peut donc vous indiquer qu’il ne peut pas avancer. En réalité, il ne fait qu’un avec la terre et avance avec elle, à son rythme.

Sans passer en détail la carte dans cet article, j’attire votre attention sur le personnage du chariot qui est complet, il agit sur trois plans à la fois (matériel, spirituel, galactique). Dans sa main droite, on distingue la courbure d’une boule ou d’un œuf blanc que l’on a déjà aperçu sous l’aisselle du Mat. C’est un secret qu’il garde, une sphère de perfection secrète.

Pour rappel sur le symbole de l’œuf, voir aussi : https://emilie-m.net/le-symbole-de-loeuf-du-point-de-vue-de-a-jodorowsky-suite/

Le chariot représente un personnage qui s’avance vers le succès. Toutefois ses seuls dangers sont l’imprudence et l’inflexibilité du conquérant qui ne doute pas du bien-fondé de sa quête. Le chariot incite à vous questionner sur les moyens d’action dans le monde que l’on met en œuvre et la façon dont vous dirigez votre vie.

Carte particulièrement intéressante dans le contexte mondial actuel où votre rapport à la terre, à l’environnement, la santé, l’économie, les liens sociaux etc. sont remis en question. Et où tout peut renaître.

Le 10 de coupe, fin d’un cycle

Le 10 désigne la fin d’un cycle. L’arcane 10 de coupe montre 9 coupes ouvertes et une dixième, qui ayant tout reçu, est scellée. Les 9 coupes ouvertes ont 5 subdivisions ou tranches, qui correspondent aux 5 sens alors que la dixième a sept tranches qui correspondent aux 7 centres nerveux ou chakras. La demande émotionnelle – avec son ombre, la rancune – s’arrête. Le cœur plein devient puissance d’action. On s’approche de l’idéal de la sainteté : « Rien pour moi qui ne soit pour les autres ». Dans des termes chrétiens, on pourrait dire que le calice est plein du sang divin : la communion s’est réalisée. On trouve ici un parallèle avec la Roue de la fortune, car dans cet état de don potentiel, le cœur attend d’être employé à une œuvre.

Pour rappel sur la roue de la fortune, voir aussi : https://emilie-m.net/la-roue-de-la-fortune-selon-a-jodorowski/

Autrement dit, après le chariot qui nous montre l’action qui suit le rythme de la terre, le 10 de coupe vous invite pleinement à l’action, à sa mise en œuvre en partant du cœur. Elle induit aussi la fin du cycle à l’issue duquel vos prises de conscience doivent vous apporter le regard nécessaire aux choix des actions à mettre en œuvre.

L’as d’épée traverse la couronne

L’épée symbolise le verbe et l’action intellectuelle. L’as d’épée est entouré de flammèches d’énergie. Elle est manipulée par une main surgie d’un demi-cercle lumineux bleu foncé parcouru par une onde bleu ciel , signe d’une puissante activité créatrice. L’épée bien que son manche soit vert (initialement organique) se transforme ensuite en un objet que l’on doit façonner. On ne reçoit pas l’intellect tout fait, c’est une partie de soi-même que l’on doit travailler, comme le forgeron façonne une épée, la rendant forte et flexible à la fois.

De même qu’on trempe l’acier d’une lame pour en éprouver la perfection, le mental doit se tremper dans l’expérience et la souffrance émotionnelle (la lame est rouge) qui l’éprouve.

Pour arriver à sa réalisation, l’épée traverse la couronne, elle ne reste pas enfermée dans le mental individuel régi par la notion de pouvoir.

Les deux rameaux qui poussent de la couronne symbolisent les deux plus grandes finalités du mental : la palme ouverte, réceptive, représente l’espace et l’infini et le gui aux fruits verts représente le temps et l’éternité. En devenant éternel et infini, le mental découvre la conscience cosmique.

Jodorowsky résume la carte ainsi : « le but du mental est de vaincre le passé en se dépassant pour arriver à l’origine. »

Avez-vous remarqué la couronne que l’épée traverse ? Et le monde actuellement traverse une épidémie de Coronavirus (virus de la couronne). Les cartes sont extraordinaires et la symbolique également.

Pour rappel sur le symbolisme du coronavirus, voir aussi : https://emilie-m.net/le-symbolisme-pour-depasser-le-coronavirus/

Autrement dit, il est temps de mettre le mental au service de l’unité et d’aller en direction de la conscience cosmique. Vous savez à quel point ces dernières semaines et derniers mois ont pu être éprouvants émotionnellement et aussi mentalement, remettant en cause vos schémas de pensée hérités du passé.

Le 7 de deniers

Vous finissez ce tirage avec le 7 avec lequel vous avez commencé, 7 que vous retrouvez donc dans la carte du chariot. A. Jodorowsky rappelle que le 7 est le chiffre impair le plus actif, le nombre premier le plus puissant de 1 à 10.

Au centre de la carte vous trouvez trois cercles disposés en triangle, pointe vers le haut, entourés de quatre autre deniers disposés aux quatre coins de la carte. On pourrait y voir, géométriquement, le triangle inscrit dans une figure quadrangulaire, carré ou rectangle. Ces formes symbolisent l’esprit (triangle) en gestation au centre de la matière (carré). Nous pouvons conclure que l’action extrême dans le monde matériel est la gestation de l’esprit, un idéal interne : ce triangle finira par envahir tout le carré, exactement comme le Christ entre en gestation dans le ventre d’un être humain, Marie pour naître d’elle et la convertir en divinité. On pourrait aussi dire que dans le 7 de deniers, on assiste à l’action de la conscience au cœur de la cellule.

Autrement dit, une première action est entamée, celle de l’expansion de la conscience en chacun de nous. Rien ne pourra arrêter ce mouvement à présent.

Accompagnez cette conscience, accompagnez le mouvement de la Terre. Il y a déjà quelques temps qu’elle vous avait indiqué son évolution. Au lieu de contrer son énergie, accompagnez-la et profitez de ses enseignements pour vibrer au cœur de vous-même et transmutez le mental. Traversez la couronne et reliez-vous à l’énergie cosmique. Tels sont les messages du tirage de ce jour.

Vous avez encore des questions ou des remarques sur ce tirage ? Laissez-les en commentaire et j’y répondrai avec grand plaisir.

Prenez bien soin de vous.

Émilie Laure

« Juste pour aujourd’hui, je vis ma vie honnêtement », « je respecte la vie sous toute forme »

Avec cet article, je vous propose de poursuivre votre voyage spirituel au cœur des idéaux du Reiki. Je vous fais découvrir les deux derniers idéaux du Reiki. D’abord, « Juste pour aujourd’hui, je vis ma vie honnêtement », constitue le quatrième idéal transmis par Mikao Usui à ses élèves.

Pour reprendre la découverte des idéaux du début, commencez ici : https://emilie-m.net/les-ideaux-du-reiki-pan-spirituel-de-la-technique-japonaise/

Il paraît sans doute évident pour certains d’entre vous d’appliquer quotidiennement cet idéal de vivre votre vie honnêtement. Mais à vrai dire, c’est quoi l’honnêteté ? S’agit-il de celle qui vous conduit à payer toutes vos factures à l’heure et à éviter à tout prix de dépasser la limitation de vitesse ? Ou s’agit-il d’autre chose ?

Vivre sa vie honnêtement en suivant sa voie

S’agirait-il d’un sentiment particulier que vous ressentez lorsque vous suivez vos valeurs  ? S’agit-il de se dire « je ne suis pas d’accord » ? Je le dis paisiblement, même si tout le monde autour de moi est en désaccord avec moi. Peut-être bien qu’il s’agit de ce qu’on appelle une certaine « force de conviction » que vous suivez, d’une confiance en vous aussi, d’un amour de soi et d’un respect pour vous-même. Et cela vous conduit chaque soir à être en paix avec vous-même.

En effet, combien de fois dans votre vie avez-vous dit à des amis, des connaissances « oui oui je te comprends, je suis d’accord… » en niant votre propre opinion ? Peut-être avez-vous réalisé des actes avec lesquels vous étiez profondément en désaccord. Mais vous l’avez fait quand même. « Vous étiez obligé « . Ah bon ? Vraiment ?

Les mensonges répétés qui sont les vôtres vous sclérosent.

Des petits mensonges

Pour autant, des « petits mensonges » sont encore possibles pour la bonne cause. Je m’autorise par exemple à faire un petit mensonge pour préparer une belle surprise pour l’anniversaire de ma Maman. C’est un mensonge sans conséquence négative. Au contraire ! Quelle joie de sentir et de voir le sourire de la petite fille gâtée et épanouie sur le visage de ma Maman. Ces petits mensonges-là, c’est sûr, je continuerai d’en faire. Et j’ai bien suivi ma voie en faisant cela. J’ai suivi mes valeurs, mes convictions.

Et je m’appliquerai quotidiennement à vivre ma vie dans le respect de ma personne, de ma liberté et de mes valeurs.

« Juste pour aujourd’hui, je respecte la vie autour de moi sous toute forme ! »

Vous voici arrivés au dernier idéal du Reiki Usui. Comment respectez-vous quotidiennement la vie autour de vous ? Quelles sont les différentes formes de vie ?

Depuis ma rencontre avec le Reiki, je prends conscience que l’intégration de cet idéal dans ma vie a été progressive. Je croyais être respectueuse de la vie. Mais quand je mangeais encore de la viande ou du poisson, est-ce que je respectais la vie ?

Est-ce à dire que ceux qui ne sont pas végétariens ne respectent pas la vie ?

En vérité, nous sommes des êtres ambivalents. Certains d’entre vous ne peuvent pas se passer de viande. Alors si vous avez besoin de manger de viande, mangez-en. Mais pas n’importe comment, pas à n’importe quel prix. Faites-le en étant conscient de la vie de l’être que vous mangez et remerciez-le, bénissez-le. Certains d’entre eux n’ont vécu que quelques mois pour vous nourrir quand ils peuvent vivre des années à l’état naturel.

Dans ce sens, nourrir une culture intensive et un élevage intensif est à l’inverse du respect de la vie. La vie prend son temps. Ne la forçez pas à vouloir aller plus vite. Trop de scandales sanitaires ont montré et montreront encore les excès vers lesquels nous mènent de telles pratiques.

Appliquer un idéal, c’est donner du sens à votre vie

Dans le même sens, je respecte les insectes. Mais clairement, je n’apprécie pas le moustique qui essaie de me sucer mon sang. Plutôt que de chercher à l’écraser contre le mur, je préfère chercher à le mettre dehors. Il a le droit de vivre.

Un jour, j’ai eu une véritable question : des insectes étaient en train de dévorer un meuble de famille. Et là, je veux bien respecter la vie, mais aussi respecter mon meuble de famille !

Je suis alors rentrée en communication avec l’esprit de ces insectes, car j’étais obligée d’utiliser des produits très forts pour les déloger et les tuer. Cela me faisait mal au cœur. Je les ai remerciés de leur compréhension. Et en échange, j’ai mis en place un compost afin que d’autres insectes puissent y vivre, en accord avec eux.

Toujours dans cette idée du respect de la vie, j’utilise aujourd’hui le moins de produits chimiques possibles et je réapprends à utiliser des produits naturels et pourtant très efficace afin de nettoyer ma maison, mon linge etc.

Un tel exemple montre par le changement de vos pratiques qu’au-delà du respect du petit insecte, vous vous respectez ainsi aussi. Car ce qui est autour de vous fais aussi partie de vous, c’est ce que vous enseigne cet idéal.

La vie dans l’invisible

Et puis il y a aussi ce qui vit dans l’invisible. Tous ces êtres, défunts ou non, non incarnés, font partie de l’invisible. Pendant de longues années, je les ai craints. J’en ai eu peur, jusqu’où jour où j’ai commencé à comprendre leurs motivations. En écoutant et en comprenant leur motivation (ce qui ne signifie pas que j’y adhère), j’apprends à mieux cerner la vie sous toutes ses formes. Si je la cerne mieux, je me dirige vers un plus grand respect de celle-ci.

Voir aussi l’idéal lié à la gratitude et aux bénédictions : https://emilie-m.net/je-rends-grace-pour-mes-nombreuses-benedictions/

Et au quotidien avec autrui ? Respecter la vie sous toute forme, c’est aussi être capable de dire non, de mettre des limites. Pour bien respecter autrui, il faut vous respecter vous-même.

Alors chaque jour, faites de votre mieux pour respecter la vie sous toute forme, avoir de la gratitude pour chaque rencontre, quelle que soit sa nature. Et dites Oui à la vie sous toutes ses manifestations.

En résumé, les idéaux du Reiki constitue 50 % de la pratique du Reiki. Plus qu’une simple technique énergétique, le Reiki Usui est aussi et surtout un outil de développement personnel qui peut vous aider à régler des schémas erronés de pensée dans votre vie vous conduisant vers un quotidien plus épanouissant.

Vous avez encore des questions ou des remarques sur ces idéaux ? Laissez-les en commentaire et j’y répondrai avec grand plaisir.

Prenez bien soin de vous,

Émilie Laure

Je rends grâce pour mes nombreuses bénédictions

Cet article vous propose aujourd’hui d’approfondir votre connaissance et découverte du Reiki à travers ce que l’on appelle les idéaux du Reiki.

Précédemment vous avez déjà pu découvrir les deux premiers idéaux du Reiki proposés par Mikao Usui Senseï, le fondateur de cette méthode de développement personnel et de traitement énergétique.

Pour rappel, voir : https://emilie-m.net/les-ideaux-du-reiki-pan-spirituel-de-la-technique-japonaise/

Et aussi pour le deuxième idéal du Reiki : https://emilie-m.net/juste-pour-aujourdhui-je-me-libere-de-toute-colere/

Mikao Usui Senseï

« Juste pour aujourd’hui, je rends grâce pour mes nombreuses bénédictions, j’honore mes parents, mes professeurs et mes aïeux. »

Le troisième idéal du Reiki Usui est souvent mal compris en France, sans doute d’abord du fait d’un écart culturel entre la France et le Japon.

La culture nippone donne une part importante au respect des siens. Evidemment il peut vous être difficile de comprendre cette culture souvent perçue comme très fermée.

Essayez un instant de comprendre l’essence de cet idéal.

« Je rends grâce pour mes nombreuses bénédictions. »

Le respect passe d’abord par les mots que l’on prononce en direction de quelqu’un. Dire de bonnes choses au sujet de quelqu’un, c’est le bénir. « Bénédictions » vient du latin benedictio issu de bene dicere, bénir. Il s’agit de l’action de bénir par la parole et/ou le geste. La signification du mot, « le fait de dire du bien » est un synonyme de louange mais également d’un bienfait accordé.

Alors bien sûr, remerciez à votre tour ceux qui vous bénissent : amis, familles, proches et même inconnus. Ayez de la gratitude pour vos nombreuses bénédictions qu’elles soient incarnées par la parole ou par les gestes en votre direction. Remerciez pour cela.

« J’honore mes parents, mes professeurs et mes aïeux. »

Pour de nombreuses personnes séparées ou éloignées (physiquement ou émotionnellement) d’un ou de leurs deux parents pour des raisons de désaccords, appliquer cet idéal semble devenir impossible. Toutefois, honorer ses parents peut d’abord passer par une première étape, celle de gratitude : je vous remercie de me permettre d’exister, d’avoir les comportements qui sont les vôtres et qui me permettent d’avancer sur mon chemin. S’ils n’avaient pas été là, vous ne seriez pas incarné après tout !

Quels que soient les comportements de vos parents, de vos professeurs ou de vos aïeux, pensez-vous réellement que vous seriez le ou la même s’ils avaient été différents ?

Rappelez-vous enfin que vos professeurs prennent des visages bien variés : enseignants à l’école, en club certes, mais aussi animaux, personnes croisées dans certaines situations de vie et qui par leur comportement vous enseignent. Il y a autour de vous bien plus d’enseignants que vous ne le pensez. La vie est une école et vous devenez finalement tous à chaque instant les enseignants les uns des autres.

Cet idéal vous invite donc à honorer ces êtres qui font partie de vous pleinement et à leur dire MERCI ! Cet idéal vous rappelle et vous enseigne que nous ne faisons qu’un. En honorant chaque partie de vous-même quotidiennement, c’est un peu plus de vous-même que vous honorez quotidiennement.

Alors « Juste pour aujourd’hui, je rends grâce pour mes nombreuses bénédictions, j’honore mes parents, mes professeurs et mes aïeux. »

En résumé, les idéaux du Reiki Usui sont l’un des fondements de « la recette secrète du bonheur » comme l’appelait Mikao Usui lui-même. Pratiquer les idéaux du Reiki, c’est aussi les inviter quotidiennement par les mantras ou des méditations. Ils accompagnent les chemins des praticiens du Reiki et peuvent aussi accompagner le vôtre.

Vous avez encore des questions ou des remarques sur ce troisième idéal ? Laissez-les en commentaire et j’y répondrai avec grand plaisir.

Prenez bien soin de vous,

Émilie Laure

« Juste pour aujourd’hui, je me libère de toute colère »

Dans un précédent article, je vous ai présenté les idéaux du Reiki globalement, leur objectif et la manière dont ils s’intègrent pleinement dans la pratique de cette technique de développement personnel. Puis j’ai développé la suite de l’article sur le premier idéal du Reiki : « Juste pour aujourd’hui je me libère de toute préoccupation ».

Pour rappel, voir ici : https://emilie-m.net/les-ideaux-du-reiki-pan-spirituel-de-la-technique-japonaise/

Aujourd’hui je vous propose de découvrir ou redécouvrir le deuxième idéal du Reiki Usui. Celui-ci est centré sur une émotion souvent perçue comme destructrice : la colère.

Maîtriser et non pas contrôler vos sentiments

Prenez un instant pour réfléchir sur cet idéal parfois mal compris. Dès lors que vous entrez dans une voie de développement personnel, il est souvent question d’apprendre à maîtriser ses émotions. Maîtriser et non pas contrôler!

Dans les sociétés occidentales, vous cherchez à contrôler le temps qui passe, ce que dira votre voisin et même parfois ce qu’il est en droit de penser. Dès lors qu’un événement ne se déroule pas comme vous le souhaitez, vous éprouvez souvent de la colère, de la frustration et/ou de la peine.

Exprimez vos sentiments pour vous en libérer

Au sein de plusieurs approches spirituelles, on explique la nécessité d’exprimer ses sentiments, car l’expression constitue une première étape de libération de ces sentiments avant leur transmutation. Force est de constater que certains d’entre vous expriment souvent leurs sentiments comme ils peuvent et avec violence.

Vous libérer de toute colère passe par l’étape de maîtrise où vous acceptez d’être en colère. C’est un état de fait. Vous avez le droit d’avoir ce sentiment. Vous êtes d’abord en colère contre vous-même, d’avoir vécu telle situation et souvent de ne pas avoir « contrôlé » la situation.

Si besoin, exprimez vos sentiments à la personne avec laquelle vous vivez cette situation, mais de manière pacifique et objective.

« Je me sens en colère, car tu as fait un choix qui ne correspondait pas au mien ».

Évitez d’accuser la personne d’avoir mal fait quelque chose ou de manière péremptoire d’être ainsi ou comme cela. Car avouez bien que c’est la situation qui vous met en colère ou le comportement de telle personne et non pas la personne elle-même.

Libérez votre colère pour mieux vous pacifier

Ainsi vous libérer de votre colère est important, nécessaire et permet de pacifier votre corps, votre esprit et votre âme.

Acceptez de vivre ces sentiments. Accueillez-les avec toute la bienveillance que vous méritez, car la colère n’est qu’un état transitoire, surtout si vous le laissez vivre avec maîtrise.

A défaut, et si vous la contenez, le risque est grand de développer à terme des douleurs et/ou des maladies.

Aussi un petit conseil : « Juste pour aujourd’hui je me libère de toute colère ».

Pour rappel sur les fondements du Reiki Usui, voir aussi : https://emilie-m.net/les-traditions-spirituelles-du-reiki-usui%ef%bb%bf/

En résumé, les idéaux du Reiki Usui sont l’un des fondements essentiels de la pratique, pratique spirituelle de développement personnel et énergétique. Cette pratique est d’abord pour vous-même et votre famille avant d’être pratiquée professionnellement le cas échéant. Les idéaux vous invite à regarder en vous-même et à travailler sur vous-même au quotidien.

Vous avez encore des questions ou des remarques sur ce deuxième idéal ? Laissez-les en commentaire et j’y répondrai avec grand plaisir.

Prenez bien soin de vous,

Émilie Laure

Les idéaux du Reiki, pan spirituel de la technique japonaise

Outre le fait de reposer sur des initiations par des Maîtres-enseignants en Reiki, le Reiki s’est aussi développé autour d’idéaux qui contribuent à une approche philosophique diront certains, ou plutôt spirituelle selon moi. Il s’agit de comprendre que ces idéaux sont imprégnés de leur culture d’origine, c’est-à-dire la culture japonaise.

D’ailleurs dans la culture japonaise, le maître est celui qui maîtrise. On est donc bien loin d’une vision sectaire que certains s’attachent à vouloir attacher au Reiki. En France, lorsque vous possédez un master ou une maîtrise, vous pouvez vous faire appeler Maître. En effet vous avez atteint un niveau de maîtrise. De la même manière un Docteur, quelle que soit sa spécialité peut se faire appeler Docteur. Ce n’est pas réservé au médecin uniquement, lequel est Docteur en médecine !

Ces idéaux vous sont généralement présentés au cours du premier degré de Reiki.

Pour rappel sur les différents degrés de Reiki, voir aussi : https://emilie-m.net/le-reiki-usui-et-ses-degres/

Un idéal est un idéal !

Ils ont été traduits du japonais comme suit :

Juste pour aujourd’hui, je me libère de toute préoccupation !

Juste pour aujourd’hui, je me libère de toute colère !

Juste pour aujourd’hui, je rends grâce pour mes nombreuses bénédictions, j’honore mes parents, mes professeurs et mes aïeux !

Juste pour aujourd’hui, je vis ma vie honnêtement !

Juste pour aujourd’hui, je respecte la vie autour de moi sous toute forme !

Un idéal est d’abord un idéal. Cela paraît évident, mais cela va mieux en le disant. Cela signifie donc que c’est ce que vous cherchez à atteindre. Mais soyez honnête, vous ne l’atteignez pas constamment. Sinon vous ne seriez pas là pour le travailler !

Prenez le premier de ces cinq idéaux : Juste pour aujourd’hui, je me libère de toute préoccupation.

« Juste pour aujourd’hui » vous invite à vivre ici et maintenant dans le présent. C’est maintenant que vous prenez cet engagement de vous approcher au plus près de cet idéal. Et juste cette première partie de la phrase constitue un engagement fort et puissant : rester connecté au présent et à l’ici. Qui aujourd’hui, avec le rythme de vie que vous connaissez et les nombreuses sollicitations qui sont les vôtres peut dire qu’il est aisé de vivre au présent ? En soi, cela constitue un travail constant : d’abord de prise de conscience… « Tiens je pensais au repas de ce soir, je ne suis donc pas dans le présent ».

Changer vos comportements pour vivre le présent

Une fois cette prise de conscience réalisée, il s’agit de trouver les outils adéquats pour changer. Oui vous pouvez changer, changer vos comportements afin de vivre au présent. Vivre au présent, c’est profiter de ce papillon qui passe sous vos yeux et s’émerveiller de son vol gracieux, sans penser à rien d’autre que de voir et constater la grâce de cet instant précis. Vivre au présent, c’est entendre le silence de votre environnement et prendre le temps de l’entendre : le souffle du vent dans les feuilles, les oiseaux qui chantent, au loin le bruit de la route, au centre notre respiration.

… « je me libère de toute préoccupation ».

Se préoccuper, c’est s’occuper avant ; c’est s’inquiéter de quelque chose qui n’est pas encore arrivé. Si vous vous préoccupez, c’est d’abord que vous vous projetez dans le temps. Le premier idéal du Reiki invite pleinement par sa formulation à vivre le présent dans le lâcher-prise et la confiance.

Quand vous vous préoccupez, vous cherchez à contrôler les événements, à avoir prise sur tout ce qui va arriver. Et ce qui arrive vous déçoit souvent, car finalement cela correspond à peu d’égards à ce que vous souhaitiez au détail près. Or, si vous apprenez à lâcher-prise, vous apprenez aussi à avoir confiance dans la vie et dans les événements qui se présentent à vous. Vous apprenez à avoir confiance dans les belles surprises de la vie. Et cela peut vous permettre de mieux profiter des beaux jours plutôt que de voir toujours les orages qui risquent d’arriver. Je vis d’abord le beau temps et nous verrons bien s’il y aura des orages ou pas !

Et cela se vérifie au quotidien !

Alors la vie vous surprend ! Tenez un exemple de la vie courante : je dois changer mes pneus au plus vite, je risque de me faire verbaliser. Je vais voir mon garagiste en espérant qu’il puisse prendre rapidement ma voiture. Je me doute qu’il doit commander les pneus. Donc je souhaite juste que cela se fasse rapidement. C’est tout. Mas j’ai confiance. Et la surprise de taille arrive : le garagiste a non seulement les pneus que je souhaite en stock, mais en plus il peut prendre ma voiture maintenant. J’aurai attendu 30 min au final et ma voiture aura été prête encore plus tôt que je pensais. Je ne l’espérais même pas ! Et la vie m’a offert ce cadeau.

C’est anecdotique ? Mais la vie est faite de petites choses comme celles-ci, alors cueillez-les à chaque instant.

Donc « juste pour aujourd’hui, je me libère de toute préoccupation ! »

Vous voulez en savoir plus sur les traditions spirituelles du Reiki, voir aussi :

En conclusion, les idéaux du Reiki font partie intégrante du Reiki Usui et viennent compléter cette technique énergétique et de développement personnel.

Vous avez encore des questions ou des remarques sur les idéaux du Reiki Usui ? Posez-les en commentaires, j’y répondrai avec plaisir.

Bien à vous,

Émilie Laure

Abonnez-vous à ma page Facebook pour suivre la publication d’articles sur le blog, les annonces d’atelier, de formation, de vente sur les salons : www.facebook.com/emilie.reiki/