Archives par mot-clé : éveil

Atlantide, quand les mémoires se réveillent

Quels sentiments étranges m’ont envahie à l’évocation de l’Atlantide. Je me rappelle d’un sentiment de pouvoir, de recherche de pouvoir sur l’autre, de domination, de savoir trop intellectualisé sans sentiment, le besoin d’être vu, d’être craint…

Et puis l’Atlantide s’est imposée à moi, comme une évidence dans mon parcours de vies… Tout ce qui était présent, prenait sens à la lecture de mémoires de cette vie. Combien de fois ai-je fait des voyages dans cette civilisation ?

Combien de fois un sentiment présent, une musique, un regard m’ont renvoyé en ces lieux lointains disparus sous les eaux ?

Et comment être certaine que ce n’était pas simplement mon imagination ? En effet, le peu de fois que je l’évoquais, cela pouvait faire sourire ou effrayer il y a plus de 8 ans.

Seulement voilà, quand les messages que vous recevez se recroisent avec des observations scientifiques, cela interroge.

Je mettais à l’épreuve de la géologie ce que j’avais pu traverser. Était-ce vraisemblable ?

D’abord un continent ne peut s’effondrer en une nuit, c’est certain. Toutefois, ce mythe comme d’autres, révélait un phénomène qui avait marqué la mémoire collective.

Ce pouvait-il qu’un continent ait existé au milieu de l’Atlantique ?

J’aurais dû garder les liens pour vous les transmettre à ce jour.

Le pire ennemi de l’archéologue est le temps. Le temps… Les mouvements de la terre, l’érosion et la disparition de la matière à travers le temps sont une réalité. Les mythes sont déformés, parfois les preuves aussi.

Je pensais, j’avais le sentiment dans cette quête de l’Atlantide qu’il me manquait des éléments, que je regardais sous le mauvais angle. Mon expérience, mon vécu de chercheur m’ont été d’une aide précieuse : effectivement il fallait penser aux mouvements de la terre, aux conséquences de l’effondrement d’un continent en mer.

Des fonds marins caractéristiques de la proximité de côtes

Et j’ai d’abord trouvé un témoignage d’observations satellites des fonds marins, recroisés avec un témoignage fort intéressant de marins lors de la pose d’un câble entre l’Europe et l’Amérique.

S’agissant du premier témoignage, il mettait en évidence l’existence de contours propres à ceux d’un continent (pente, dessin d’une terre). S’agissant du deuxième témoignage, celui-ci évoquait des sédiments trouvés en plein milieu de l’Atlantique, sédiments que l’on trouve normalement en bordure de côtes. Ils ne pouvaient pas logiquement se trouver à cet endroit.

Et pourtant… Ils étaient la preuve qu’une plage était présente sous la mer. Que celle-ci avait sombré avec son île ou continent.

J’ai poursuivi mes recherches. Et je suis tombée sur des récits nordiques, des récits expliquant l’impossibilité de prendre la mer pendant de longues années. La mer était comme boueuse… Récit fort intéressant.

J’ai du mal à imaginer les conséquences d’un continent qui pourrait sombrer progressivement. Est-ce cela ? Ou bien aussi une période d’intense activité volcanique, y compris sous-marine ? Je n’ai pas encore obtenu toute les réponses. Bien au contraire, mes recherches ont soulevé davantage de questions.

Et puis il y a eu ces images de massacres de populations.

Deux camps qui s’opposent et des massacres

Au nom du pouvoir, d’une volonté farouche de s’imposer, un clan a commis l’irréparable en parfaite connaissance. Les Atlantes étaient des êtres possédant des connaissances approfondies, de la puissance des informations quantiques, des conséquences de leurs actes sur les corps. Ils réalisaient d’ailleurs des expériences génétiques poussées.

Un clan guidé par des énergies néfastes avait décidé de prendre le pouvoir sur tous, pensant le faire pour le « bien de tous » et pour finalement asservir le plus grand nombre. En face, un clan d’êtres éveillés parmi lesquels une sororité cherchait à tenir pour maintenir la paix.

J’ai compris qu’avec le temps, chacun des deux clans a commis des erreurs de « jugements » de la situation. Quoiqu’il en soit, le premier a commencé à décimer le deuxième.

J’ai la mémoire de ces massacres qui sont remontés : des femmes mutilées, torturées parce qu’elles savaient, parce qu’elles soignaient, parce qu’elles cherchaient à s’éveiller. Leurs autres alliés au sein de la fraternité ont aussi été mutilés.

J’ai peu à peu fait le lien d’ailleurs avec des proches, leur place dans ces événements.

Je suis passée progressivement aux yeux de certains amis de « gentilles » à quelqu’un qui percevait une certaine vérité. Oui je dis bien une certaine vérité. Je la percevais en effet selon l’angle du regard de cette époque : le mien, mes doutes, mes souffrances, des échanges avec d’autres membres de la sororité.

Toute une partie de la population était dans une forme d’ignorance de ce qu’il allait arriver. Les plus éveillés avaient déjà des visions sans vouloir les croire complètement, pensant qu’ils pouvaient encore changer les choses.

Science sans conscience n’est que ruine

Chaque objet autour de nous a un esprit, est porteur d’une énergie. En avoir conscience est primordial. Seulement une partie des atlantes l’a perdu de vue. Ils ont voulu aller trop vite sans maîtriser certaines technologies, sans écouter les messages. Ils se sont pris les pieds dans le matériel et ont oublié progressivement la spiritualité, devenant davantage des magiciens que des éveillés.

Des hautes technologies dans de telles mains ont conduit au pire : guerres, massacres, destruction du continent…

Et la Terre Gaïa s’en est mêlée. L’île sur laquelle l’Atlantide était installée était volcanique. Les Atlantes avaient compris depuis longtemps que la puissance venait de la Terre, de la lave. Beaucoup de sites sacrés sont ainsi positionnés selon le passage de la Vouivre… héritage des connaissances atlantes.

Encore faut-il être à l’écoute de la Terre. Certains ont pu fuir. J’ai été de ceux-là avec une partie des miens qui n’avaient pas été massacrés, mutilés.

D’autres ont péri sous des tsunamis, les fameuses vagues qui ont déferlées sur le continent.

Et les rescapés qui sont restés sur le reste de l’île ? Hagards, ils ont été contraints de tout reconstruire… avec une perte progressive de savoirs, de technologies.

Ceux qui ont fui ont dû se cacher

Je vous avais évoqué dans un précédent article le côté belliqueux des atlantes.

Voir aussi : https://emilie-m.net/latlantide-sort-des-eaux/

Dans ce conflit entre deux clans, les uns ont poursuivi les autres. Je ne rentrerai pas ici dans les détails de ce que j’ai pu voir. Cela n’a pas d’importance à ce niveau.

Ont-ils fui dans des embarcations ou des vaisseaux ? La question reste entière. Ce que nous appelons vaisseaux est polysémique : cela peut aussi bien correspondre à un bateau qu’à un vaisseau spatial. Jusqu’à quel point la civilisation atlante possédait-elle des technologies avancées ? Je n’exclus rien tant les messages que j’ai reçus, pour certains, me laissent dans le doute.

Néanmoins j’ai la certitude qu’il y avait le désir d’exterminer l’autre, d’une haine farouche née d’une peur profonde, viscérale.

De la sorte, ceux qui ont réussi à s’échapper, ont dû se cacher. Ils ont survécu finalement plus qu’ils n’ont vécu. Ils ont cherché à être les gardiens du temple aussi, c’est-à-dire de connaissances dont ils avaient compris qu’ils devaient les transmettre avec prudence à présent.

Les conséquences sur le présent

Les conséquences de ces événements sont multiples :

  • des femmes ont aujourd’hui de grandes difficultés à enfanter, ont des maladies qui leur donnent des douleurs intenses lorsqu’elles ont leurs lunes,
  • certaines personnes ont peur de se montrer, d’être démasquées (complexe de l’imposteur),
  • les événements mondiaux sont le reflet d’événements qui se sont déroulés en Atlantide.
  • Déconnexion à la nature d’une partie de la population
  • déconnexion à soi.

Et je suis loin d’être exhaustive.

Tout cela peut évoluer. Il est encore temps de faire basculer les énergies du bon côté : celui de la paix, celui de la bienveillance, de l’ouverture du cœur à soi et aux autres.

Pour rappel sur la paix, voir aussi : https://emilie-m.net/priere-de-la-paix/

Cela nécessite un travail intérieur, profond, sincère. Il prendra le reste de votre vie. Je suis en plein dedans. Ne croyez pas que cela soit fini au bout de quelques mois. Cela bouscule souvent. Et cela fait sourire souvent aussi à mesure que vous prenez conscience des belles surprises de la vie.

C’est à ce prix que vous pouvez nettoyer vos mémoires. Ne cherchez pas immédiatement l’Atlantide. Elle viendra à vous quand le moment sera venu et si vous êtes concerné par de telles mémoires.

Ses énergies sont extrêmement puissantes encore aujourd’hui. Ne vous y frottez pas si vous n’êtes pas accompagné correctement.

La spiritualité n’est pas un jeu. C’est une expérimentation à vivre, dans la prudence, la vigilance et l’humilité.

Bien à vous de tout mon cœur,

Émilie Laure

Voir aussi : la reconnexion au cœur, https://emilie-m.net/reconnexion-au-coeur/

Reconnexion au cœur

Dans cet article, je vous propose la prière du cœur. Vous pouvez par exemple l’utiliser 21 jours de suite. Il s’agit d’une prière qui permet de s’ouvrir à l’amour, l’amour de soi et de l’autre. Je vous propose de vous reconnecter à la joie, une joie sincère et profonde.

Bien à vous,

Émilie Laure

Prière du cœur

Oh cœur oh cœur oh cœur, au cœur de moi, au cœur de moi, au cœur de moi,

Je vais je rentre et j’expanse.

Je vais je rentre et j’expanse mon cœur. Je vais je rentre et j’expanse mon cœur. J’accepte que batte le cœur, faire battre le cœur en moi.

Bats le cœur, bats le cœur, bats le cœur en moi pour moi.

Bats le cœur, bats le cœur, bats le cœur en moi pour moi.

Vis la vie, vis la vie, vis la vie avec joie.

Expanse-toi, expanse-toi, expanse-toi d’abord en moi.

Réapprends-moi, réapprends-moi, réapprends-moi la joie.

Bats le cœur, bats le cœur, bats le cœur en moi pour moi.

Je suis là, je vis là, je suis en joie.

Bats le cœur, apprends-moi la joie en moi.

Bats le cœur, bats le cœur, bats le cœur, montre-moi la joie hors de moi.

Apprends-moi à l’exprimer d’abord tout bas, puis à la vivre sans choix.

Bats le cœur, bats le cœur, bats le cœur en moi pour moi.

Réjouis-toi, réjouis-toi, réjouis-toi, à mesure que tu bas, je vis la joie, je suis la joie.

Bats le cœur, bats le cœur, bats le cœur en moi pour moi. Reviens à moi compassion, reviens en moi.

Bats le cœur, bats le cœur, bats le cœur,

A mesure je vois la joie autour de moi, je vois le sourire, je vois l’amour en moi, autour de moi.

Bats le cœur, bats le cœur, bats le cœur en moi pour moi. Je suis amour, compassion et joie.

Merci mon cœur de battre en moi pour moi.

Amen

Merci.

L’Atlantide sort des eaux !

En 2018, j’ai animé une conférence sur l’Atlantide. L’Atlantide fascine historiens, curieux et toutes les personnes finalement qui entendent ou lisent le nom de cet empire.

Et aujourd’hui l’Atlantide sort des eaux, non pas au sens physique du terme, mais sous la forme de révélations concernant le vrai visage de cette civilisation.

Je travaille depuis au moins 8 ans sur le sujet. J’ai réalisé des voyages dans le temps, revécu des moments plus que pénibles de vies passées sur ce continent, au sein de cette civilisation. Il est primordial de ne pas se gargariser d’avoir été Atlante. Ce n’est pas plus glorieux que d’être Français ou Russe aujourd’hui.

Et je vais permettre d’apporter quelques éléments dans cet article pour vous expliquer succinctement les raisons de ce retour en connaissance et conscience de l’Atlantide pour notre évolution spirituelle individuelle et sociétale.

Une civilisation atlante moderne mais belliqueuse

L’Atlantide est considérée par beaucoup comme un simple mythe tant il est difficile de trouver des traces de celle-ci. Platon est l’un de ceux qui l’a évoqué, la doctrine hermétique également.

Platon n’était pas seulement un philosophe comme vous avez pu l’apprendre en cours. Il était un initié dans de nombreuses disciplines, détenteurs des savoirs issus des écoles d’Atlantide. Sinon comment auriez-vous pu connaître l’histoire de la fin de l’Atlantide ? Par ailleurs, ce qu’il décrit en une nuit, reste un récit métaphorique de la fin d’une civilisation qui a eu lieu en vérité en plusieurs étapes.

Sur Platon, voir aussi : https://emilie-m.net/lithotherapie-et-solides-de-platon/

Certes la civilisation atlante, dont le continent principal se situait dans l’océan atlantique, était décrite comme riche, avancée. Mais elle était aussi une civilisation conquérante et belliqueuse. Des êtres avancés étaient en quête de pouvoir. Après l’âge d’or de la civilisation où les Atlantes suivaient les enseignements d’êtres de lumière, la civilisation a chuté en plusieurs étapes.

La fin de la civilisation atlante due à ses propres déficiences

Depuis que les « Dieux », les être divins venus d’autres systèmes stellaires, étaient partis, deux chemins s’étaient progressivement dessinés.

D’une part, il y avait ceux qui suivaient scrupuleusement les Enseignements qui leur avaient été transmis et confié. D’autre part, il y avait ceux qui étaient tiraillés par leur nature humaine. La Tradition rapporte qu’un de leurs Rois, Thevetat, faisait partie de ceux qui n’étaient pas toujours très bons. Ils détournaient les lois Universelles à des fins égoïstes et ce fut sous son influence que des groupes prirent fait et cause pour lui, à l’aide d’une magie dévoyée, qui allait causée plus tard la perte de l’Atlantide.

Lorsque les Atlantes régnaient sur les 7 îles, il y a de cela près de 4 millions d’années, une cassure s’était déjà amorcée au sein de l’humanité. On pouvait distinguer deux groupes ou deux forces antagonistes.

Le mal s’était déjà insinué dans la société atlante du fait qu’en évoluant dans tous les domaines des sciences, cette société était de plus en plus séduite par l’aspect matériel de la vie.

Certains Atlantes avaient suivi depuis longtemps le chemin de Lumière et s’efforçaient de rester dans la ligne prévue par les Divins Instructeurs. C’était des hommes et des femmes pieux qui pratiquaient l’Enseignement et qui privilégiaient leur dimension spirituelle.

A contrario, c’est l’attachement à l’ego, à la satisfaction personnelle, à l’égoïsme qui a appelé certaines énergies (dont les résidus de Mars) à se manifester plus fortement.

Il y eut donc ceux qui préféraient se laisser illusionner par l’attrait du monde. C’est de là que les résidus martiens ont mis en place leur influence qui n’a pas cessé depuis.

La fin de l’Atlantide était amorcée à cause à la fois de la mauvaise utilisation de technologies avancées et de l’évolution de la planète Terre, Gaïa.

Une civilisation avancée qui a essaimée

Cette civilisation a si bien essaimé que toutes les civilisations de la terre en ont gardé une trace, transformée certes mais bien une trace de l’existence de cette civilisation (Egypte, Amérique latine, Pays nordiques, Inde etc.).

Ainsi, la Grèce a-t-elle essayé de conserver, en falsifiant le moins possible, l’Histoire originelle de l’humanité par l’intermédiaire des mythes divins.

Au regard de la Doctrine Hermétique, tous les Dieux grecs, égyptiens, phéniciens, ceux de l’Edda ou ceux de l’Inde, les personnages de la Bible ou ceux racontés dans l’histoire du Popol-Vuh des Mayas, toute l’histoire du monde retrace complètement ou en partie, la chronique des dernières branches de la Lémurie.

Les autres thèmes historiques (comme le Mahabharata et le Ramayana) traitent de la fin de l’Atlantide.

En finir avec le karma atlante

Aujourd’hui que pouvons-nous faire ? Les énergies atlantes sont toujours présentes, même plus que jamais.

L’humanité se trouve à la charnière de son développement. Tout est possible. Je pense au meilleur bien évidemment. Sinon je ne serai pas là pour vous dire de vous élever. Oui vous élever et dépasser le karma atlante.

Vous pouvez en finir avec cette roue qui n’a pas arrêté de tourner encore et encore. Prenez conscience de la puissance de vos émotions, de la place de l’argent dans votre vie, dans la société mondiale.

L’humanité se trouve aujourd’hui face à un choix, le même à quelques détails près, que celui auquel chacun a du faire face en Atlantide :

– soit suivre la lumière de son Esprit,

– soit se diriger vers les ténèbres de la matérialité.

L’être humain doit faire le travail de sortir de sa vision manichéenne des choses et revenir à l’unité.

L’être humain est avant tout une nature divine reliée à tout l’Univers visible et invisible. Profiter en toute conscience des plaisirs matériels et ce que vous offre la vie n’est pas une mauvaise chose dans la mesure de l’équilibre et le partage et si le regard reste toujours tourné vers l’intérieur.

C’est en travaillant chacun sur vous-même tout en acceptant les lois de l’incarnation que vous avancez. Vous pouvez atteindre l’état d’une connaissance profonde de vous-même.

A vous de le vouloir à présent.

En conclusion, prenez conscience que malgré la puissance apparente de cette civilisation atlante, le colosse aux pieds d’argile s’est effondré à cause de nombreuses raisons. Il a laissé les traces de son passage et de certains enseignements ésotériques et spirituels auprès d’autres civilisations toujours présentes à ce jour.

Il reste le poids des karmas de cette civilisation sur les épaules de ceux et celles (peut-être vous!) présents durant ces siècles. Les mémoires ressortent très fort ces dernières années. C’est le moment de mettre de la lumière dessus pour donner une nouvelle chance à l’humanité de croître.

Autre source : Guillaume Delaage, Le Choix atlante, 2013

La multidimensionnalité de l’être

Dans votre quotidien, vous avez sans doute pris l’habitude de vous identifier à ce que vous portez, à votre métier, bref à ce que vous incarnez ou pensez incarner dans la matière.

Vous avez ainsi oublié toute votre multidimensionnalité.

Je vous propose ici une présentation de la manière dont cette multidimensionnalité peut se définir, s’exprimer.

Les dimensions de l’être selon les médecines traditionnelles

Dans la médecine conventionnelle moderne, vos médecins (généraliste, spécialiste) vous identifient à votre corps physique, une partie de votre corps, suivant leurs spécialités. Dans les médecines traditionnelles (telles que l’ayurvéda ou le taoïsme), l’être humain est considéré dans sa dimension holistique, autrement dit dans sa globalité (corps, âme, esprit).

Ainsi en Chine, où la médecine traditionnelle s’appuie sur le système des méridiens pour identifier les déséquilibres du système, on a vite compris que ces déséquilibres peuvent s’exprimer de différentes manières (au niveau physique, psychologique, émotionnel).

Pour en savoir plus sur les méridiens voir : https://emilie-m.net/les-meridiens-ce-reseau-ou-navigue-le-qi/

Autrement dit, vous n’êtes pas seulement un corps physique comme l’indique la médecine moderne.

Vous êtes corps, âme, esprit. Vous êtes physique, émotions, spiritualité. Et bien souvent, votre corps physique sert d’intermédiaire pour exprimer un mal-être émotionnel, psychologique ou des croyances erronées.

Les dimensions selon le chamanisme

Le chamanisme est une tradition extrêmement ancienne de médecine. Les plus anciennes traces ont été retrouvées en Europe. Le chamanisme se présente comme une pratique centrée sur la médiation entre les êtres humains et les esprits. C’est le chaman qui incarne cette fonction, dans le cadre d’une interdépendance étroite avec la communauté qui le reconnaît comme tel et pour laquelle il intercède auprès des esprits.

Le chamanisme pourrait se définir comme la voie de l’expérimentation.

Le chamanisme s’appuie sur l’existence de trois mondes : le monde d’en haut, le monde du milieu et le monde d’en bas. Vous pouvez accéder dans ces mondes à des parties de vous-même. Si vous n’avez pas l’habitude de voyager dans ces mondes ou ne savez pas le faire. Faites-vous accompagner par un chaman. C’est son rôle de vous accompagner et ainsi assurer votre sécurité. Ce n’est pas un jeu.

Le Monde d’en haut, c’est celui des énergies purement spirituelles. Le Monde du milieu, c’est celui dans lequel vous vivez en ce moment même, en y ajoutant sa face invisible à l’œil nu (monde non ordinaire). C’est-à-dire que tout ce qui vous entoure est fait d’énergie et communique avec vous sous la forme d’esprit : toutes les plantes, les arbres, les objets, les personnes qui vous entourent sont des esprits. Le Monde d’en bas, c’est le monde lié aux énergies de la Terre. Plus spécifiquement, ces énergies telluriques sont reliées à ce que l’on appelle les “esprits animaux”, les esprits qui guident le chamane dans son voyage chamanique. On les appelle aussi “animaux de pouvoir” ou “animaux de force”. Vous avez tous des animaux de force qui sont des parties de vous-même.

Apprendre à les connaître, c’est vous permettre d’aller plus loin en relation avec vous-même et d’avancer dans votre travail à l’intérieur de vous-même.

Voir aussi : https://emilie-m.net/le-tambour-pour-se-connecter-a-soi/

Les dimensions selon l’angéologie traditionnelle

Un Ange n’est pas un petit bonhomme avec des ailes, c’est un symbole très ancien qui représente la prochaine étape d’évolution de l’être humain; sa capacité de rêver, de voyager dans les multidimensions de la conscience… – Professeurs Kaya & Christiane Muller

Selon l’angéologie traditionnelle, les 72 anges sont donc des états de conscience.

L’Angéologie Traditionnelle vous fournit la liste des qualités et vertus de chaque Ange ainsi que la liste des distorsions humaines afin de vous permettre de comprendre en profondeur Le Code Source de la conscience, le potentiel autant positif que négatif qui réside en vous. En consultant régulièrement ces états de conscience, vous deviendrez familier avec chacun des Anges et cela vous aidera à structurer votre travail intérieur. Ces listes sont d’origine très ancienne et sont le fruit de siècles de travail et de recherches rigoureuses sur le travail de la conscience.

Voir aussi : https://www.ucm.center/fr/info/les-72-anges

Pour conclure, la mutidimensionnalité est aujourd’hui une réalité incontournable pour votre élévation. Elle vous permet de prendre en compte votre dimension holistique pour une meilleure compréhension de qui vous êtes.

La voie chamanique est multidimensionnelle par définition. Et y avoir recours, c’est accepter d’expérimenter la vie et particulièrement toutes les dimensions de votre être, notamment à travers la connaissance de vos alliés.

Enfin l’angéologie traditionnelle est une approche multidimensionnelle qui vous permet de travailler et transmuter des mémoires distorsionnées de cette vie ou d’autres vies.

Vous avez des questions ou remarques concernant cet article ? Posez-les en commentaire et j’y répondrai avec plaisir.

Bien à vous,

Émilie Laure

Abonnez-vous à ma page Facebook pour suivre la publication d’articles sur le blog, les annonces d’atelier, de formation, de vente sur les salons : www.facebook.com/emilie.reiki/

La sémiologie, un outil pour mieux se comprendre

Durant plusieurs années et encore aujourd’hui, je me suis intéressée aux signes et aux symboles qui vous entourent.

Grâce à mes études à l’Université de Grenoble, j’ai découvert une discipline fabuleuse il y a plus de 20 ans : la sémiologie. Si à l’époque où je l’ai découverte, celle-ci s’appliquait plutôt aux outils de la communication, institutionnelle de surcroît, j’ai appris ensuite à explorer ses propriétés à travers l’analyse de contenus audiovisuels, films et séries notamment.

J’ai appris au fil des années que celle-ci pouvait s’appliquer à votre quotidien. Cela m’a permis de voir et comprendre la réalité matérielle différemment, aussi de mieux comprendre mes rêves, leurs enseignements.

La sémiologie peut vous aider aussi à mieux vous comprendre vous-même.

Voir aussi : https://emilie-m.net/avec-lair-maitrisez-vos-pensees/

Définition de la sémiologie

La sémiologie étudie les signes et les sentiments qu’ils transposent lors de l’interprétation. Ces signes sont nombreux : objets, mots qui renvoient à des symboles parfois universels parfois très personnels.

Dans le domaine du marketing, la sémiologie se confond avec la sémiotique, avec laquelle elle a des points communs, puisque toutes deux ont pour but la recherche sur l’interprétation des signes et des symboles.

La sémiologie est ce qui vous aide à faire sens en étudiant les signes et les symboles dans le langage parlé, visuel, audiovisuel, onirique par exemple.

Pour que tout fasse sens dans le monde matériel

Dans votre réalité matérielle, au quotidien, de nombreux signes se présentent à vous. La plupart du temps, vous ne les captez même pas. Ou bien vous les traitez comme de simples coïncidences… le fruit du hasard.

Pourtant ces signes au quotidien constituent de véritables indices, messages pour vous aider à évoluer. Ils sont aussi des messages d’encouragement.

Il y a quelques temps, j’ai abîmé un pneu de ma voiture. Il était bien entamé. J’ai roulé encore de nombreux kilomètres avec pensant qu’une réparation pourrait être possible. Au garage, le verdict était tombé. Il fallait changer les deux pneus. Deux pneus neufs constituent l’opportunité d’avancer d’une nouvelle manière tout en étant en sécurité (puisque les pneus sont neufs justement!).

C’est plutôt un beau signe. Au lieu de me focaliser sur la note du garagiste, j’ai focalisé sur le signe et sur les sentiments qu’il a généré en moi : le sentiment de sécurité.

Voir aussi :

Et dans vos rêves

Depuis longtemps, la sémiologie s’intéresse aussi au sens des rêves. Et d’autres praticiens ont développé des méthodes complètes pour analyser les rêves.

Voir les travaux de l’UCM au Canada : https://www.ucm.center/

Chaque nuit, des parties de vous-mêmes sont prêtes à vous révéler ce sur quoi vous avancez ou au contraire, ce sur quoi vous bloquez.

Il y a quelques mois par exemple, j’ai rêvé qu’on me mettrait une voiture blanche. On me tendait les clés du véhicule en me disant qu’on me l’offrait.

Quelques jours plus tard, le moteur de la voiture que j’avais à ce moment-là cassait. J’étais obligée de changer de voiture.

Pourtant j’étais heureuse car je savais que c’était une bénédiction et le signe d’un nouveau départ.

D’ailleurs, l’immatriculation de ma voiture comporte : 1, 2, 3… Partez !

Avec cet exemple, vous percevez ainsi que la réalité n’est plus seulement matérielle, mais qu’elle est aussi onirique. Et même davantage ! Tous les plans de la réalité sont interconnectés. C’est incroyable et merveilleux !

Il s’agit d’ouvrir les yeux, sans exagérer tous les signes qui se présentent à vous. Cela demande un travail d’ancrage et de lucidité. Et cela demande également de travailler votre capacité à prendre du recul.

Pour mieux se comprendre soi

La sémiologie est donc une discipline qui vous permet de mieux comprendre le langage de l’univers, le langage de votre inconscient, votre langage.

C’est un langage de ce qui peut être caché et qui se révèle à vous pour davantage vous connaître.

En suivant de la méthode, vous pouvez aisément avec la pratique reconnaître les signes, les messages de l’univers afin de mieux vous connaître.

Quand on me montre que je suis à l’université en train de donner des cours et qu’on me propose un poste de traductrice dans un rêve, on souhaite me dire d’une part que je poursuis mon étude et ma compréhension des grands mystères qui nous entourent (côté université). D’autre part, on m’explique aussi que je suis capable de traduire des textes, des connaissances pour les transmettre aux autres.

Dans ce cas, ce rêve me permet d’en savoir davantage sur mon état d’avancement et d’évolution.

En conclusion, la sémiologie est l’étude des signes autour de vous, dans le quotidien matériel et vos rêves. Les signes sont omniprésents dans vos vies.

La sémiologie vous permet ainsi de donner du sens à votre vie matérielle et votre quotidien, à vos rêves, enfin de mieux vous comprendre et de mieux vous connaître.

Vous avez des questions ou remarques concernant cet article ? Posez-les en commentaire et j’y répondrai avec plaisir.

Bien à vous,

Émilie Laure

Abonnez-vous à ma page Facebook pour suivre la publication d’articles sur le blog, les annonces d’atelier, de formation, de vente sur les salons : www.facebook.com/emilie.reiki/

Pour une re-connaissance de l’enfant préscolaire

Vous me connaissez en tant que praticienne et maître Reiki, géobiologue et lithothérapeute. Dans cet article, je veux revenir sur une discipline que j’ai pratiquée en tant que chercheur et pratique encore en tant qu’enseignante : la communication.

Il s’agit bien plus que de savoir seulement utiliser de « jolis mots ». Il s’agit aussi de savoir décoder ce que d’autres laissent entendre, des représentations que vous pouvez posséder.

J’ai été la première spécialiste en Sciences de l’information et de la communication à travailler sur les très jeunes publics, les publics préscolaires, âgés de trois à six ans. C’était il y a plus de 10 ans. J’ai pris plaisir à réaliser ce travail passionnant.

Passionnant car il me permettait de reconnaître une partie de nous tous : le petit enfant âgé de 3 à 6 ans.

Aujourd’hui une partie de mes travaux me rattrape. Je rencontre des situations dans mon cabinet et à l’extérieur qui me montrent où en sont les adultes dans leurs représentations des enfants.

C’est de cela dont cet article va traiter pour vous inviter à prendre conscience de l’importance d’écouter, d’accompagner et d’utiliser les mots justes avec ces merveilleux êtres que sont les enfants.

Ils sont très intelligents et doivent être canalisés dans le bon sens. Encore faut-il avoir conscience de qui ils sont vraiment.

L’émergence de l’enfant en tant qu’individu

L’émergence de l’enfant dans la société française a dû attendre longtemps. L’enfant n’avait de réelle valeur que dans des familles bourgeoises où il transmettait un nom, une lignée (particulièrement vrai pour les garçons). Pour les familles rurales ou ouvrières, il constituait la plupart du temps une bouche à nourrir.

Il n’avait pas vraiment son mot à dire sur ce qu’il souhaiterait avoir dans son assiette ou pour Noël.

Puis plusieurs facteurs ont joué un rôle déterminant dans la prise en compte progressive de l’enfant : l’Emile de Rousseau, les dames bienfaitrices qui commencèrent à créer des institutions pour accueillir et prendre soin des enfants, la Révolution française aussi.

L’instruction obligatoire a été également un signe de l’attribution d’une place de l’enfant dans la société française.

De nombreux ouvrages de sociologie de la famille évoquent par ailleurs l’évolution de la famille en France et de la place de l’enfant dans celle-ci.

L’enfant préscolaire : son hygiène, sa protection

Dans la dynamique de ces évolutions, des spécialistes ont pris conscience de besoins différenciés, notamment au niveau des soins à apporter aux enfants, de leur instruction, selon des catégories d’âge.

Les salles d’asiles créées en 1837 accueillent des enfants âgés de 3 à 6 ans. Vous les connaîtrez plus tard sous le nom d’écoles maternelles.

Les enfants accueillis sont nourris. Et progressivement des méthodes d’instruction sont créées plus spécifiquement à leur destination pour éveiller leurs sens et toutes leurs capacités.

La création des salles d’asiles est considérée à l’époque comme un tournant historique pour la société : le moment où on va pouvoir changer la société par son socle grâce à l’éducation. L’enfant est ainsi protégé.

Le développement de la figure de l’enfant-roi

Après la seconde guerre mondiale et pendant les années qui suivent, les enfants sont soignés, accompagnés. Il faut certes reconstruire le pays. Puis le développement économique du pays transforme les enfants progressivement en clients.

En parallèle, l’enfant devient sujet de débats, de travaux rendus publics auprès du plus grand nombre. En France, Françoise Dolto sera reconnue comme l’une des spécialistes, psychiatre freudienne. Même si une partie de son héritage aura été mal compris, il est encore aujourd’hui dans l’esprit de beaucoup d’entre vous.

Elle sera notamment à l’origine de l’importance de parler avec son enfant y compris le bébé.

Lui parler oui ! Mais pas en faire un enfant-roi qui choisit tout !

Et c’est bien d’ailleurs ce qu’essaie de faire comprendre Catherine Dolto, psychologue et psychiatre, qui s’inscrit dans la continuité des travaux de sa mère.

De nombreux autres travaux vont dans son sens en France et à l’étranger. Et d’autres spécialistes (la liste est longue !) s’accordent sur ce point.

Jusqu’à quel point est-on prêt à le prendre au sérieux ?

Aujourd’hui je m’interroge en observant plusieurs mouvements :

  • d’une part toujours cette stratégie de vente de jouets, bonbons à destination des enfants, les considérant déjà comme des clients ;
  • d’autre part, des enfants qui font des « petites choses ». Le vocabulaire employé par les adultes pose question sur la réelle prise en considération des gestes commis par les enfants.

Ces dernières semaines, j’ai été témoin ou à l’écoute de personnes témoins de plusieurs cas de violence dans des écoles maternelles ou de harcèlements. Plusieurs parents parlent de violence : « l’enfant tape, l’enfant mort, l’enfant tord le bras, donne un coup de pied dans le dos ».

Des adultes dans certaines écoles répondent que ce sont des « chamailleries ». La définition de la chamaillerie désigne un désaccord, et pas un échange de coups. D’autres adultes en charge de l’enfance dans certains services publics évoquent des bousculades. Bousculer peut être volontaire ou involontaire et désigne le fait de faire malencontreusement tomber quelqu’un. Quand on bouscule, on ne tape pas.

Alors je m’interroge sur ce que certains adultes envoient vibratoirement à l’univers. Non seulement il s’agit d’une lecture différenciée d’une réalité vécue par un enfant et sa famille. Mais en plus c’est un déni profond de l’individu enfant dont tant d’hommes et de femmes ont cherché à préciser les contours ces derniers siècles : leurs droits, les devoirs des adultes à leur égard, leurs compétences. Je peux dire que je fais partie de ceux et celles qui ont cherché à mieux comprendre qui ils sont, ce qu’ils sont.

Quand il y a violence dans une cour d’école, si on utilise un autre champ lexical que celui de la violence, cela cherche-t-il à minimiser les faits ? Et si tel est le cas, peut-on vraiment croire que la réalité holistique de ces faits en est changée ? La question que vous pouvez vous poser est : prend-on vraiment au sérieux ce que vit l’enfant aujourd’hui ?

Dans certaines écoles et certaines institutions, je crois que oui. Et fort heureusement. Simplement, cela n’est pas généralisé partout. Ce témoignage, issu d’observations non quantitatives, m’invite à nous interroger sur notre rôle en tant que parents, grand-parents, adultes conscients.

Voir aussi : https://emilie-m.net/accompagner-son-enfant-se-regarder-soi/

L’importance du verbe

Françoise Dolto, comme d’autres spécialistes, ont expliqué l’importance du langage, de parler, l’importance du verbe.

Plusieurs textes sacrés évoquent le verbe, le son créateur. A l’origine, il y a un souffle, un verbe créateur. Le mot crée, donne du sens, reconnaît une forme.

Mettre les bons mots en face des manifestations, c’est être juste, c’est re-connaître.

Apprendre à un enfant à s’exprimer correctement, c’est lui permettre d’être re-connu par les adultes. Vous pourriez dire que cela permet de connaître l’enfant tout court. Ses prises de parole permettent de connaître une partie de ce qu’il sent intérieurement.

Quand l’adulte utilise d’autres mots pour des faits de violence commis par un enfant, accorde-t-il la même importance à l’enfant qu’à l’adulte ? Est-il prêt réellement à reconnaître l’adulte en devenir chez le tout-petit en face de lui ? Prend-il alors conscience que sans reconnaître certains actes à sa juste valeur, il donne des codes/symboles erronés à l’individu ?

Voir aussi la symbolique : https://emilie-m.net/le-symbolisme-pour-depasser-le-coronavirus/

En conclusion, depuis le siècle des Lumières, une réflexion s’est accélérée sur la place de l’enfant dans la société. Ses droits sont manifestement reconnus. Pour autant, il reste encore à faire évoluer les mentalités de certains adultes afin que l’enfant soit connu en tant qu’être responsable en devenir. Il reste à comprendre que minimiser des actes par le choix de mots erronés, c’est être dans le déni.

Utiliser les bons mots, les symboles justes est essentiel aujourd’hui.

Vous avez des questions ou remarques concernant cet article ? Posez-les en commentaire et j’y répondrai avec plaisir.

Bien à vous,

Émilie Laure

Abonnez-vous à ma page Facebook pour suivre la publication d’articles sur le blog, les annonces d’atelier, de formation, de vente sur les salons : www.facebook.com/emilie.reiki/

Références :

Émilie Mondoloni et Évelyne Mounier, Bibliothèques jeunesse en ligne et publics jeunes, in Pierre Morelli et Nathalie Pignard-Cheynel « Le public saisi par les TIC », PUN-Editions universitaires de Lorraine, 2012, pp.289-308.

Emilie Mondoloni, Les séries télévisées à destination des publics préscolaires : un méta-genre télévisuel spécifique, in Recherches en communication, « Les compétences médiatiques des gens ordinaires », publié en 2012

URL : https://ojs.uclouvain.be/index.php/rec/article/view/51993

Emilie Mondoloni, Les téléspectateurs préscolaires : des publics, in Communication, lettres et sciences du langage, publié en 2011

URL : https://clsl.recherche.usherbrooke.ca/vol5no1/MONDOLONI_vol5_no1_2011.pdf

Emilie Mondoloni, Télévision et publics préscolaires : de la réception et des enjeux industriels et politiques, Thèse de Doctorat, Université de Grenoble, 2010.

La Covid, un esprit venu nous aider

Dans cet article, je souhaite évoquer mon expérience personnelle face à la Covid. Il y a quelques semaines, j’ai eu une forme bénigne – en tout cas que je considère telle que – de la Covid 19.

J’avais senti arriver peu à peu son énergie autour de moi. L’étau se resserrait.

Je n’évoque pas ici une peur de « l’attraper », mais bien le sentiment que la maladie se rapprochait de moi. Je prenais d’autant plus mes précautions.

Et puis elle s’est installée en moi. J’ai senti ces sensations étranges à la tête (un mal de tête que je ne connaissais pas) et une sensation particulière au niveau du chakra du cœur et du thymus : une forme de fatigue, de pesanteur localisée.

J’ai pratiqué le Reiki. Et avec les outils chamaniques que l’on m’a transmis à ce jour, j’ai cherché à mettre du sens et à transmuter.

Arrêter la lutte, être à l’écoute

J’ai voulu comprendre sa présence en moi, car le mal-a-dit quelque chose comme toutes les autres maladies.

J’ai rencontré un esprit qui ne s’est pas présenté comme me voulant du mal. Il m’a dit : « Je partirai quand tu auras fini de recevoir mes enseignements. ».

En observant les réactions/effets que certains clients et proches ont eu, j’ai compris que cette phrase ne s’adressait pas qu’à moi, qu’elle était universelle.

Plus on lutte, plus on souffre. Mettez-vous à l’écoute de votre corps, de vos sensations, de votre quotidien, de vos rêves, d’autrui.

Repos, se re-poser

Quelles que soient les formes de la Covid, elles imposent le repos. Se re-poser, c’est se repositionner, re-prendre une place, poser de nouveau la situation dans laquelle vous vous trouvez, l’observer dans le présent.

Arrêtez cette course après le futur, la perfection. Vivez juste le présent, vivez dans votre corps, écoutez ses messages.

Être attentif

J’ai donc cherché à être attentive, à l’écoute. J’ai beaucoup dormi. Mes symptômes principaux étaient une sinusite, un léger mal de tête et cette sensation au chakra du cœur.

Le mal de tête est parti rapidement. Je n’ai pas insisté pour comprendre où, comment, quand j’avais attrapé ce virus. Je suis revenue au présent, au quotidien. Il était là, un point c’est tout.

Ce qui est resté le plus longtemps, c’était le déséquilibre au niveau de mon chakra du cœur, parfois un sentiment d’essoufflement, de fatigue. Mais la fatigue n’était pas du tout généralisée.

Une fois cette observation réalisée, j’ai cherché à m’occuper de mon corps et j’ai essayé des solutions pour nourrir mon corps (comme des vitamines, de l’extrait de pépins de pamplemousse). Et cela a fonctionné immédiatement.

J’ai donc une belle récupération. Je reste toutefois à l’écoute de cet esprit qui a à apporter des enseignements majeurs à l’humanité, au collectif, à l’individuel.

Chacun d’entre vous doit trouver sa recette pour prendre soin de soi, pour comprendre l’intervention de la Covid dans sa vie, le sens de cette présence… que cette intervention soit directe par la présence de la maladie en soi, ou indirecte par la présence chez un proche, dans les textes de lois, les engagements politiques etc.

Ouvrez les yeux sur les enseignements majeurs que vous avez à recevoir. Arrêtez de lutter, acceptez sa présence, soyez à l’écoute et revenez à vous.

Prenez soin de vous.

Émilie Laure

Le quartz fantôme, symbole de la conscience universelle

Dans cet article, je vous propose de découvrir un nouveau minéral de la famille des quartz : le quartz fantôme. Qui est-il ? Comment agit-il sur vos différents plans ? C’est ce que je vous propose de découvrir ici.

Pour rappel sur le quartz, voir : https://emilie-m.net/le-cristal-de-roche/

Le quartz fantôme, de quoi s’agit-il ?

Le quartz fantôme est un quartz qui s’est développé en plusieurs étapes, arrêtant sa croissance et la reprenant ensuite, sous l’effet de différences de pression, de température ou de gaz changeant pendant sa formation. Cet arrêt laisse des traces et parfois divers minéraux se déposent dessus durant ce temps.

En général ce quartz est translucide avec des inclusions témoignant les diverses étapes de sa croissance. Le fantôme est généralement blanc, gris pâle ou beige clair, mais il arrive qu’il soit vert. C’est alors un fantôme de chlorite, porteur d’une intelligence vive et généreuse, aux effets guérisseurs intenses. 

Vous pouvez donc trouver ces différentes catégories de quartz fantôme.

Le quartz fantôme agit sur les dépendances

Ses modulations agissent sur tous les chakras et les corps subtils. Le quartz fantôme émet des ondes qui aident à maîtriser plusieurs types de dépendances (drogue, alcool, nourriture etc.).

De plus il vous aide à déceler les points de fixation conflictuels de votre enfance. Cette pierre devient très utile pour le dépassement de vos limitations et de vos peurs. Le quartz fantôme aide à retrouver le chemin de la confiance en soi. Il émet des vibrations qui permettent la réalisation de choses que vous pensiez impossibles.

Le quartz fantôme représente l’évolution de la terre

Le quartz fantôme représente la conscience universelle. Il représente l’évolution de la terre, lors de sa création et de ses mouvements géologiques. Ce fantôme renferme la mémoire de nos origines et peut vous aider à introspecter l’histoire de la terre et de l’univers. Cela en fait un puissant outil pour inspecter votre propre passé, vos mémoires les plus enfouies et les plus lointaines.

Le quartz fantôme pour vous accompagner vers le changement

Les modulations de ce quartz vous aident à faire les transitions qui vous sont nécessaires selon les différentes étapes de votre évolution. Le Quartz Fantôme travaille pour nettoyer votre champ aurique et votre environnement des énergies négatives.

Les vibrations de ce quartz activent votre force intérieure, protègent des influences nocives de l’environnement, purifient vos lieux de résidence et clarifient votre mental. C’est un excellent guide lors de voyages dans l’astral. Il peut faciliter la guérison à distance.

Il peut vous aider à comprendre et à manifester le but de votre âme.

Le quartz fantôme, outil de développement personnel

Ses différentes couches représentent les multiples phases du développement spirituel et vous rappellent le chemin accomplit lors des nombreuses vies de l’âme pour atteindre une conscience spirituelle élargie.

Lorsque le fantôme est blanc, il accélère la transmission de la lumière et des informations entre les mondes supérieurs et la Terre, ouvrant le receveur à la guérison à une distance immense et dans un temps infini. Il est particulièrement utile pour contacter les guides, stimule la clairaudience, intensifie la méditation, éliminant les modèles ancrés.

Pour rappel, votre minéral pourra vous accompagner dans les meilleures conditions dans la mesure où il est régulièrement nettoyé et rechargé en énergie.

Pour rappel sur le sujet, voir : https://emilie-m.net/le-nettoyage-des-mineraux/

En conclusion, le quartz fantôme est un minéral aux mille richesses pour vous permettre d’agir sur vos dépendances, vos mémoires les plus enfouies – qu’ils s’agissent de celles de votre enfance ou de vos vies antérieures – pour vous accompagner vers le changement ou plus globalement dans votre développement personnel.

Vous avez d’autres questions ou remarques concernant le quartz fantôme ? Posez-les en commentaire et j’y répondrai avec plaisir.

Prenez bien soin de vous,

Émilie Laure

Abonnez-vous à ma page Facebook pour suivre la publication d’articles sur le blog, les annonces d’atelier, de formation, de vente sur les salons : www.facebook.com/emilie.reiki/

Les chakras, roues énergétiques

Vous vous intéressez sans doute aux séances énergétiques depuis quelques temps déjà. Et l’on vous évoque souvent les chakras comme à l’origine de vos maux.

Savez-vous vraiment à quoi ils correspondent et à quoi ils servent. Je vous propose dans cet article quelques éléments de compréhension des chakras.

Les chakras dans la médecine ayurvédique

Le terme « chakra » provient du sanskrit et signifie roue.

Ce sont des centres d’énergie qui sont situés dans vos corps subtils.Il y a sept chakras majeurs : le premier à la base de la colonne vertébrale et le septième au sommet du crâne.

Ils sont les points d’intersection des nadis, ou conduits astraux par lesquels circule le Prana, le Qi ou l’énergie vitale.

Les chakras accumulent le Qi et l’énergie devient de plus en plus subtile à mesure qu’elle s’élève de la base de vos chakras vers le sommet de votre tête.

Dans l’image orientale traditionnelle, le chakra est vu comme une fleur de lotus. Cette représentation conjuguée au symbolisme de la roue donne l’image d’une forme circulaire tournant sur elle-même tandis que les pétales de la fleur de lotus se déploient l’un après l’autre.

Les sept chakras principaux correspondent aux sept glandes principales du système endocrinien.

Les premiers chakras

Mulhadara signifie « racine ». Ce premier chakra est le siège de l’inconscient collectif. C’est la zone de transmission de l’instinct vital.

Tout d’abord il s’agit d’un chakra vertical, situé dans la région du plancher pelvien, entre le sexe et l’anus. Celui-ci est orienté vers la terre et son rôle est de permettre à votre organisme de capter les énergies telluriques, énergies qui viennent directement de la terre dans laquelle il vous enracine profondément afin que vous restiez en contact avec sa force.

Swadhisthana signifie « lieu de séjour du soi ». Votre deuxième chakra (en partant du bas du corps) est le siège de l’inconscient individuel. Il est situé au niveau du Dan Tien, 3 travers de doigts sous votre nombril. Ce chakra se connecte à votre colonne vertébrale (Sushumna) entre la 2e et la 5e lombaire. Ce chakra est le deuxième des sept chakras principaux, mais le premier des chakras horizontaux. Il est intimement lié au flux et reflux énergétique au plus profond de l’être.

Votre chakra sacré est la zone de transmission des liquides du corps (liquides qui transmettent la vie, donc l’énergie), selon le symbole de l’eau : liquide céphalo-rachidien, suc gastrique, sperme, sang, urine, etc.

Manipura signifie « la cité des joyaux ».

Votre troisième chakra est situé au niveau du plexus solaire, à trois travers de doigts au-dessus de votre nombril et se connecte avec la colonne vertébrale entre les 9e et 12e dorsales.

C’est la zone de transmission de la conscience de l’énergie physique et de la température.

Un chakra du plexus solaire harmonieux équilibre la psychomotricité, règle les pulsions et le fonctionnement des idées. Il vous permet d’être infatigable et vigoureux pouvant mener à bien plusieurs actions de front.

Ce chakra est rattaché à l’élément feu, symbolisant la lumière, la chaleur, l’énergie et l’activité ainsi que la purification sur le plan spirituel. C’est par lui que vous assimilez l’énergie solaire qui nourrit votre corps éthérique, donc votre corps physique.

Voir aussi : https://emilie-m.net/je-suis-ce-que-je-mange/

Le chakra du cœur ou le chef d’orchestre

Anahata signifie Point de vie. Le quatrième chakra connu sous le nom de chakra du cœur est la porte de l’âme.

Il est le centre du cœur. Situé entre les omoplates, c’est la zone de transmission de la conscience physique de l’air.

C’est le siège de l’instinct émotionnel. Là réside l’âme individuelle et la perception de la connaissance intérieure. Anahata est aussi le siège de l’équilibre corporel.

Votre chakra du cœur est le centre du système des chakras, car il fait la jonction entre les trois centre psycho-émotionnels inférieurs et les trois centres mentalo-spirituels supérieurs.

Grâce à ce chakra, vous ressentez la beauté de la nature, de la musique, de la poésie.

La fonction principale de votre chakra du cœur est l’union par l’amour, sous toutes ses formes, y compris les tristesses, douleurs, mélancolies provoquées par la perte de l’amour. Mais cet amour qui va tendre vers « l’Amour universel » doit commencer par l’amour de vous-même, vous aimer vous-même, vous accepter tels que vous êtes.

Lorsque vous souffrez de douleurs ou de maladies, vous pouvez accélérer considérablement la guérison en envoyant de l’amour à l’organe malade, car vous disposez là d’un vaste potentiel de transformation et de guérison – pour vous-même et pour autrui – mais cet amour doit venir du plus profond de votre être.

Les chakras du haut du corps

Vishuddha signifie pureté. Cinquième chakra, celui-ci est le siège du son dans le corps.

Il est situé au niveau de votre gorge. Il représente la zone de transmission de la conscience physique de l’équilibre supérieur.

Symbole de pureté, ce chakra est considéré comme étant la porte de la libération.

Il a une influence directe sur votre thyroïde, les parathyroïdes et vos cordes vocales.

Si votre chakra fonctionne de manière équilibrée, votre voix est harmonieuse, votre langage clair, vous avez la capacité de vous exprimer pleinement.

C’est le chakra des grands orateurs et des spécialistes de la communication.

Grâce au chakra de la gorge, vous extériorisez tout ce qui vit en vous : autant vos sentiments de joie que ceux de tristesse.

Sixième chakra, Ajna signifie autorité.C’est celui qui vous conduit à la prise de conscience et la connaissance intérieure directe de la réalité.

Il est situé entre vos sourcils. Ajna représente la zone de transmission des sens subtils.

C’est le siège de tous les processus de prise de conscience. Associé à l’hypophyse, il gouverne vos fonctions extrasensorielles. Lien entre la conscience et les facultés supérieures du cerveau, il est le siège de l’âme. Très puissant, ce centre éveille la force créatrice de l’être.

Les grands nadis Ida et Pingala se croisent au chakra du 3e œil. La physiologie de ce chakra est très complexe : il gouverne tout votre système endocrinien, l’intellect et votre mémoire.

C’est par le « troisième œil » que passe votre force créatrice de la pensée, la force du « verbe ».

Plus vous évoluez, plus vous prenez conscience de votre pouvoir créateur.

Septième chakra, Sahasrara se dit aussi « lotus aux mille pétales ».

Siège de l’accomplissement de l’être humain, Sahasrara est situé au sommet du crâne. Il est symbolisé par un lotus aux mille pétales, s’ouvrant à l’existence éternelle et infinie. Sa constitution et ses effets sont différents de ceux des autres chakras, car vous atteignez un pôle spirituel en relation avec le cosmos et l’énergie universelle. Vous ne pouvez pas intervenir à ce niveau. Ce chakra est celui des mystiques. Centre de l’extase et de l’illumination, il libère de la roue des réincarnations. Il est le siège du savoir, de l’intelligence du raisonnement et de la conscience.

Denier chakra mais premier par l’importance qu’il prend sur le chemin de lumière, il est le point d’entrée dans votre corps de l’énergie universelle, de l’énergie cosmique, dont la puissance n’a aucune limite.

En résumé, les chakras jouent un rôle essentiel au quotidien sur le plan physique, le plan émotionnel et le plan spirituel. La connaissance des sept principaux chakras est issue de l’ayurvéda, tradition plusieurs fois millénaire. On distingue les chakras du bas du corps, du chakra du cœur (chef d’orchestre) et les chakras du haut du corps.

Vous avez d’autres questions ou remarques concernant les chakras ? Posez-les en commentaire et j’y répondrai avec plaisir.

Prenez bien soin de vous,

Émilie Laure

Abonnez-vous à ma page Facebook pour suivre la publication d’articles sur le blog, les annonces d’atelier, de formation, de vente sur les salons : www.facebook.com/emilie.reiki/

L’élément Terre, passez à l’action

Dans de nombreuses traditions, on reconnaît que l’être humain est rattaché à plusieurs éléments au niveau énergétique. Vous avez précédemment vu l’eau et le feu.

La Terre est un élément primordial aussi dans votre constitution énergétique. Je vous propose de la comprendre à travers plusieurs approches : l’approche chinoise, l’approche symbolique, une approche enfin pragmatique.

La Terre, le centre

En énergétique chinoise, l’élément de la terre est particulièrement important car il est considéré comme le pivot central pour les autres éléments. C’est une référence, une base solide qui arrive traditionnellement en fin de saison, pour préparer l’énergie et votre corps à la suite. Avant de passer à la saison suivante, vous revenez au centre.

L’élément terre est associé la réflexion, l’inquiétude et la sympathie. Il vous donne votre capacité à prendre soin des autres et aussi de vous-même. Même si à première vue, la sympathie à l’égard des autres est perçue comme une qualité, trop de sympathie peut se révéler négatif, surtout lorsque vous vous oubliez pour autrui. De même, la réflexion amenée par cet élément peut très vite tourner à l’inquiétude si l’environnement et le corps ne sont pas en équilibre. Il arrive que vos pensées tournent en rond, et que plus rien n’en sorte de constructif. C’est aussi l’élément terre qui en est la source (et non la cause, car c’est son point d’équilibre et non l’élément en lui-même qui est responsable).

La Terre ou la représentation de vos actions

Symboliquement, la Terre représente l’action, vos actions dans la matière. Autrement dit de quelle manière matérialisez-vous vos pensées ?

Quand vous rêvez que vous marchez sur la terre, de quelle manière cela se passe-t-il ? Rapidement, lentement ? Marchez-vous de manière aisée ?

La Terre représente la concrétisation de vos pensées. Il est bien dit dans certaines traditions que l’homme a été créé à partir de la terre.

Il a ainsi été modelé par le pouvoir divin descendu se matérialiser.

Autrement dit, votre relation à la terre, à la matière et la matérialisation de vos pensées, de vos intentions sont étroitement liés.

Lors de vos méditations, de vos rêves, la terre est-elle en bon état ? Est-elle submergée par l’eau ? Cela dénote alors une trop grande importance des émotions qui peut emporter la terre, l’abimer même. Et si celle-ci est au contraire aride, cela dénote une faiblesse d’émotions dans la façon de matérialiser, de vivre votre incarnation.

Pour rappel sur le symbole de l’eau, voir : https://emilie-m.net/symbolique-de-leau-et-si-vous-vous-interessiez-a-vos-emotions/

La Terre mère, nourricière

La Terre mère est avant tout nourricière. Si vous êtes capable de vivre à sa surface, c’est bien parce que celle-ci fournit toutes les ressources pour y rester : une nourriture physique, de quoi se réchauffer et de quoi se nourrir spirituellement. En effet, c’est grâce à votre incarnation à la surface de la Terre que vous pouvez expérimenter cette vie.

Elle est féminine. Elle peut être ensemencée pour donner la vie.

Le feu qui détruit le bois nourrit la terre de cendres.

Pour rappel concernant le feu, voir : https://emilie-m.net/?s=feu

Aussi interrogez-vous lorsque vous voyez des feux ravager des forêts. Demandez-vous le sens de cela ?

En conclusion, la terre est un élément primordial reconnue en médecine traditionnelle chinoise, comme le centre, le lieu où l’on se ressource. Symboliquement, la terre renvoie à vos actions, à la manière dont vous concrétisez vos pensées. Enfin la terre représente cette mère nourricière à bien des niveaux.

Vous avez d’autres questions ou remarques concernant la symbolique de la terre ? Posez-les en commentaire et j’y répondrai avec plaisir.

Prenez bien soin de vous,

Émilie Laure

Abonnez-vous à ma page Facebook pour suivre la publication d’articles sur le blog, les annonces d’atelier, de formation, de vente sur les salons : www.facebook.com/emilie.reiki/