L’attente nourrit la patience

Changez de rythme. Dans l’attente du changement, de l’atteinte d’un objectif, d’une échéance quelle qu’elle soit, vous manquez souvent de patience. Et pourtant, vous pouvez apprendre à nourrir et développer la patience. Une vertu essentielle pour bien et mieux vivre votre vie et votre quotidien.

Je vous propose dans cet article de mieux comprendre les bénéfices de l’attente et parfois de prendre le temps.

L’attente, période propice à l’intériorisation

Vous avez tous en tête des périodes de vie, peut-être comme en ce moment d’ailleurs, où vous savez que vous allez changer de travail. Vous avez déjà signé votre nouveau contrat de travail. Il faut attendre. Vous avez encore plusieurs semaines ou plusieurs mois encore à vivre dans cette entreprise que vous allez quitter. Vous pouvez bien sûr transférer cette situation à une autre plus personnelle : une rencontre et le désir de découvrir la personne l’autre etc.

L’attente, dans tous les cas, constitue une période pendant laquelle vous aurez tendance à souhaiter que le temps s’accélère. Pourtant si la vie vous impose ce rythme, c’est bien parce que celui-ci a du sens. C’est le moment de faire le bilan, de revenir à l’intérieur de vous-même. Pour bien démarrer, une nouvelle aventure, il est parfois nécessaire de refermer un chapitre, une porte de manière durable.

Voir aussi : https://emilie-m.net/la-voie-du-pendu-ou-ce-que-son-symbole-nous-exprime/

La patience pour préparer le futur

En revenant à vous-même, vous vous donnez les moyens de mieux préparer l’avenir. La patience et l’attente vous conduisent à prendre de la hauteur, à mieux cerner ce qui vous bloque ou vous freine dans vos projets.

Grâce au Reiki par exemple, vous pouvez travailler les charges émotionnelles bloquantes pour vos projets à venir. L’attente vous invite donc à transmuter les énergies nécessaires à votre mieux-être dans vos projets à venir.

Voir aussi : https://emilie-m.net/depassez-un-evenement-avec-le-reiki/

Également : https://emilie-m.net/le-traitement-mental-avec-le-reiki-usui/

Faites de votre patience un outil au service de votre futur. Ainsi après avoir fait le bilan sur qui vous êtes, sur vos expériences vécues durant une période, il est temps de lâcher, de transmuter pour ouvrir les potentiels et vous ouvrir à tous les possibles.

La patience pour mieux vivre au présent

Développer votre patience durant les périodes d’attente vous invite à prendre le temps de vivre chaque instant, de savourer les cadeaux de la vie.

Le temps ralentit parfois pour vous. C’est le moment d’observer la vie, son déroulement et comment vous vous inscrivez dans son rythme.

Ce ralentissement est aussi l’occasion pour vous d’harmoniser votre rythme de vie sur celui de la vie.

Observez la nature. Elle vous montre le rythme qui doit être le vôtre. Car après tout, vous faites partie de la nature. Les périodes de ralentissement existent tout au long de l’année. Vivez le présent pour mieux vous reconnecter à vous-même. Dès l’automne par exemple, entamez un ralentissement tel celui de la nature. Entrez en mode cocooning et préparez-vous à hiberner l’hiver pour vous reposer (re-poser) et vous préparer ainsi à redéployer votre énergie pour la reprise et la renaissance au printemps.

C’est à cela que sert l’attente et le développement de votre patience.

L’attente, grande enseignante de la vie

Au final, l’attente est une grande enseignante de la vie. Elle vous permet de développer des qualités d’écoute : de vous-même d’abord, de l’autre ensuite. Elle vous invite à prendre le temps de comprendre non pas d’un point de vue intellectuel, mais bien avec le cœur ce que vous vivez.

Dans l’attente, vous développez aussi des qualités d’observation de ce qui se joue autour de vous, en vous.

L’attente vous invite à davantage de compassion envers vous-même et envers autrui.

Car la compassion vient de la compréhension avec le cœur et d’une patience accrue.

En conclusion, l’attente permet une vraie période d’intériorisation. Elle est propice pour préparer le futur et mieux vivre le présent. L’attente est une grande enseignante de la vie. Elle vous ramène dans le rythme de la vie.

Vous avez des questions ou remarques concernant cet article ? Posez-les en commentaire et j’y répondrai avec plaisir.

Bien à vous,

Émilie Laure

Abonnez-vous à ma page Facebook pour suivre la publication d’articles sur le blog, les annonces d’atelier, de formation, de vente sur les salons : www.facebook.com/emilie.reiki/

#patience #attente #developpementpersonnel #developpementspirituel #reiki #tarotdemarseille

Perdre le contrôle pour cheminer dans le bonheur

La société moderne et occidentale de surcroît se caractérise par la prédominance du contrôle dans de nombreuses actions au quotidien : contrôle du temps qui passe, de ce que les uns et les autres peuvent dire, de ce que fera le voisin… La liste est longue de ce que vous contrôlez de vous et des autres et très souvent avec l’intention de faire du bien aux autres.

Le contrôle consiste finalement à penser savoir quelle est la meilleure réponse à un problème, une situation que vous avez souvent vécus par ailleurs. Et dans ce cas, celui-ci constitue une réponse à une mémoire émotionnelle. Pour autant, avec le temps, il devient une véritable prison, vous empêchant de sortir de votre zone de confort, générant de l’angoisse et finalement de l’immobilisme, alors même que le mouvement de la vie est constant.

Réduire peu à peu le contrôle dans votre vie, sur vous-même, sur les autres et les situations, c’est vous permettre d’accéder au bonheur, déjà présent dans votre vie. Et c’est aussi vous permettre d’accéder plus facilement à votre propre guidance pour passer du contrôle au lâcher-prise, de la méfiance à la confiance.

Le contrôle, une réponse à une mémoire émotionnelle

Vous avez dès votre enfance vécu des situations déstabilisantes voire traumatisantes qui ont générées des mémoires émotionnelles. Si les événements se répètent de manière quasi-similaire dans votre vie, ils vont venir renforcer votre souvenir douloureux et générer peu à peu une croyance. Par exemple, une femme ayant vécu de la maltraitance conjugale à plusieurs reprises risque ne plus arriver à croire au prince charmant ou à une relation épanouissante pour elle.

De la sorte, elle risque de fermer les portes à toutes les occasions qui se présentent à elle pour contrôler la situation et éviter une rencontre qui pourrait changer sa vie.

Vous avez tous ainsi développé des peurs et des croyances erronées fondées sur un vécu traumatisant. Aussi face à certaines situations, vos réponses seront toujours les mêmes : des réponses de blocage de la circulation de l’énergie. A vos yeux, vous connaissez déjà le scénario.

Rompre le cycle du contrôle

L’objectif de votre vie reste pourtant bien d’avancer, de vous épanouir. Le seul moyen pour y arriver est de changer le programme. Autrement dit, il vous faut accepter de rompre le cycle du contrôle.

Et pour cela, non seulement vous devez accepter de faire face à vos peurs et même de les dépasser, les transmuter.

Il existe de nombreuses méthodes pour ce faire : reiki, médecine symbolique, chamanisme etc.

Avant tout, vous devez reprendre votre place d’acteur. Vous n’êtes ni une victime, ni un bourreau, ni un sauveur. Vous êtes le protagoniste de votre vie. Vous avez le pouvoir de changer vos croyances et de facto des possibilités qui se présenteront à vous.

Parfois l’univers aimerait vous tester en vous renvoyant une situation similaire à la situation traumatique. Et finalement, ce sera votre réaction émotionnelle qui aura changée. C’est très encourageant.

Voir aussi : https://emilie-m.net/rencontrez-vos-peurs-depassez-vos-peurs/

Laisser entrer le bonheur dans votre vie, perdre le contrôle

Quand vous cherchez à contrôler toutes les situations qui vous entourent – le comportement de vos enfants, celui de vos collègues par exemple – vous ne laissez pas circuler l’énergie de la vie et surtout vous ne laissez pas la possibilité de belles surprises.

Mais si vous décidez de lâcher prise avec ce qui vous entoure, les comportements peuvent être réellement surprenant.

Par exemple, l’autre jour, ma fille m’a aidé à débarrasser la voiture alors que je ne lui avais rien demandé.

Autre exemple, je me suis rendue un jour au garage pour changer mes pneus. Je me disais que cela attendrait sans doute quelques jours à cause des délais, du manque de stock. Je me suis dis que c’était ok pour moi. J’étais dans l’acceptation.

Et j’ai eu la bonne surprise que non seulement mes pneus soient en stock et en plus que le garagiste soit disponible pour les changer. Un beau cadeau face à mon lâcher-prise et un petit bonheur venant ainsi se rajouter à tous les bonheurs de la journée.

Voir aussi : https://emilie-m.net/les-ideaux-du-reiki-pan-spirituel-de-la-technique-japonaise/

Écoutez la vie et vos guides

Lorsque vous cessez de contrôler, vous rentrez peu à peu dans un état de confiance en la vie. Vous le développez de manière croissante. Vous vous autorisez aussi à être davantage dans l’observation de ce qui vous entoure. Des signes peuvent ainsi apparaître et vous indiquer le chemin à prendre. Ils sont le fruit des efforts de vos guides.

Il y a quelques semaines, j’hésitais à me rendre à une formation. Je me disais qu’elle m’attirait bien. Mais je pensais ne pas être à ma place. J’ai lâché prise et j’ai observé les signes. D’abord ma fille a joué au cheval sur moi. Ce n’était jamais arrivé avant. Ensuite elle a reçu une bouée avec une licorne. Et puis dans les jours qui ont suivis, j’ai vu passer un cheval devant moi alors que je n’en avais jamais vu dans le lieu où je m’étais rendue.

J’ai donc compris que je devais m’inscrire à la formation en lien avec le dressage de chevaux. Et une fois sur place, je me suis rendue compte que j’avais complètement eu raison de faire confiance aux messages et à mon lâcher-prise. Sans cela, j’aurais manqué deux journées mémorables !

En résumé, le contrôle est une réponse à des événements souvent traumatisants de votre vie. C’est une réponse face à des peurs et des croyances erronées, croyances pouvant être issues aussi de votre éducation. Pour avancer dans votre vie, il faut accepter de rompre le cycle du contrôle. Perdre le contrôle est une véritable opportunité de laisser entrer le bonheur dans votre vie, de le vivre pleinement. Lorsque vous acceptez de perdre le contrôle, vous entrez alors dans le lâcher-prise, véritable porte pour communiquer avec vos guides et votre voix intérieure.

Alors vous vous décidez quand à lâcher-prise ?

Vous avez des questions ou remarques concernant cet article ? Posez-les en commentaire et j’y répondrai avec plaisir.

Bien à vous,

Émilie Laure

Abonnez-vous à ma page Facebook pour suivre la publication d’articles sur le blog, les annonces d’atelier, de formation, de vente sur les salons : www.facebook.com/emilie.reiki/

#contrôle #développement personnel #lâcher-prise #évolution #peurs

Rencontrez vos peurs, dépassez vos peurs

La peur, c’est souvent ce sentiment qui vous bloque pour avancer… qu’il s’agisse de la peur de ne pas pouvoir honorer vos factures, ou bien la peur d’aimer, ou la peur d’être jugé.

Il existe de nombreuses peurs, sans doute autant qu’il existe d’êtres sur cette planète.

Aller à la rencontre de vos peurs, c’est d’abord vous permettre de leur donner moins de force, moins de puissance dans votre vie. C’est leur faire face et vous permettre de les dépasser, de vous dépasser et de vous rencontrer. Vous méritez de rencontrer votre être véritable.

Quelles sont les différentes catégories de peurs ? Comment pouvez-vous entamer un travail pour les dépasser et prendre le chemin de la rencontre avec votre véritable vous ? C’est ce à quoi vous propose de répondre cet article.

Vos peurs issues de votre incarnation

Dans la médecine chinoise, on considère que l’âme de l’être à venir tourne autour de ses parents au moins 9 mois avant la conception. Cela signifie que dès cette période, l’être à venir que vous avez été, enregistre les événements et les charges émotionnelles vécues. C’est ce que vous vivez tout au long de votre vie. Chaque événement est porteur de charges émotionnelles. Et lorsque ces charges émotionnelles se répètent, celles-ci donnent lieu à des croyances qui peuvent peu à peu se transformer en peurs.

Ce sont les peurs issues de votre incarnation.

Vos peurs issues de vos lignées

L’ADN est porteur de nombreuses informations. Et parmi celles-ci, il y a des informations qui ne vous appartiennent pas en propre. Il s’agit des informations issues de vos lignées (paternelle et maternelle).

Ainsi de grandes pandémies, des conflits armés, des séparations ou relations douloureuses de couples ou familiales etc., d’autant plus si elles se répètent sur plusieurs générations laissent des informations dans la lignée.

Cela devient à son tour une croyance. Puisque telle relation n’a pas réussi, pourquoi cela fonctionnerait-il pour moi ? Et vous avez alors autant peur de réussir, que d’échouer.

Vos peurs issues de vos vies

Pour ceux et celles d’entre vous qui croyez aux vies antérieures, vous avez conscience que celles-ci ont pu être en partie douloureuses. Des mémoires de manque, de séparation avec l’être aimé, de fuites peuvent laisser encore aujourd’hui en vous des peurs.

J’ai ainsi en mémoire avoir visité une vie antérieure d’une dame qui s’interrogeait sur son lien avec son enfant, un enfant vivant de la dépendance affective et n’arrivant pas à se décoller d’elle. Lors de la précédente vie vécue ensemble, cette mère a été la dernière personne à avoir tenu la main de cet être incarné sous la forme de son enfant aujourd’hui. Il avait uniquement confiance en elle.

Et c’est donc avec ce souvenir inconscient notamment que cet enfant est revenu en incarnation, afin de permettre à ces deux êtres de régler ensemble leur dépendance affective.

Voir aussi : https://emilie-m.net/vies-anterieures-vies-paralleles/

Dépassez vos peurs, allez au cœur de vous-même

Lorsque vous avez conscience d’être bloqué face à une situation, demandez-vous de quoi avez-vous peur. Quelle est votre peur ? Quelles sont les croyances associées à cette peur ?

« J’ai peur de ne pas trouver de travail, de ne pas être autonome. Je crois alors que je suis un bon ou une bonne à rien. » Moins vous trouverez de travail, plus cette peur sera nourrie par votre croyance renforcée.

Alors comment mettre fin à la peur ? En allant la rencontrer bien sûr ! Il existe de nombreuses techniques pour aller à la rencontre de vos peurs : voyages chamaniques, médecine symbolique, reiki etc.

Voir aussi : https://emilie-m.net/depassez-un-evenement-avec-le-reiki/

Ce qui importe, c’est que ce soit vous qui décidiez d’être pleinement acteur de votre vie et de reprendre les rênes de celle-ci. Il n’y a que vous pour décider de mettre en œuvre les changements qui vous conduiront vers la plus belle rencontre de votre vie : la rencontre avec vous-même.

Le praticien sera uniquement un accompagnateur dans ce processus de transmutation et de renaissance.

En résumé, vos peurs ont plusieurs origines : votre propre incarnation et les interprétations d’événements de votre vie, vos lignées familiales ou encore vos vies antérieures. Dépasser vos peurs est une nécessité pour vous en libérer et découvrir qui vous êtes réellement.

Vous avez des questions ou remarques concernant cet article ? Posez-les en commentaire et j’y répondrai avec plaisir.

Bien à vous,

Émilie Laure

Abonnez-vous à ma page Facebook pour suivre la publication d’articles sur le blog, les annonces d’atelier, de formation, de vente sur les salons : www.facebook.com/emilie.reiki/

#peur #développement personnel #transmutation #évolution

Pourquoi vos guides utilisent-ils un langage codé ?

Vous êtes nombreux à souhaiter mieux comprendre et/ou entendre votre ou vos guides. Et il est souvent frustrant d’avoir le sentiment de passer à côté du message ou de ne pas le comprendre.

Il faut dire que vos guides ne vous disent pas toujours de manière directe ce que vous devriez faire. La raison majeure réside dans une loi universelle propre à l’incarnation sur Terre : le libre-arbitre.

Vous êtes les seuls décisionnaires de votre vie. C’est vous qui choisissez le chemin que vous allez prendre, que vous soyez guidé par vos peurs, vos mémoires émotionnelles ou par votre guidance intérieure.

Je vous propose de comprendre pourquoi les guides utilisent un langage codé.

La nécessité de travailler sur vous-même

Tout d’abord, un guide n’a pas vocation à vous dessiner le chemin que vous devez prendre. Ce sont vos choix qui vous inviteront dans une voie plutôt qu’une autre. Et le premier choix est de savoir si vous souhaitez poursuivre les mêmes schémas limitatifs et répétitifs de votre vie ou bien évoluer vers une situation plus harmonieuse.

Il y a plusieurs années, je vivais une situation limitative. J’étais au chômage, je n’avais plus de toit. Ma famille m’a donc aidé. Et je suis encore pleinement reconnaissante de leur soutien lors de ce passage difficile de ma vie.

Ils étaient d’un grand soutien moral. En fait, c’est au fond de moi que j’ai dû chercher les blocages et les ressources nécessaires pour m’en sortir. Un soir, j’ai pris le temps d’émettre une intention, ou une prière si vous préférez.

Je voulais sincèrement m’en sortir.

J’ai alors reçu la visite de l’esprit d’un défunt. Il a parlé un langage codé. Et il a notamment utilisé cette phrase : « la cuisine ferme le Creusot ».

Dans son récit, il évoquait plusieurs personnes et j’ai rapidement compris que les noms de villes évoqués correspondaient à des personnes. Donc cette phrase me concernait puisque j’habitais déjà le Creusot.

Quelques temps plus tard, j’ai suivi une formation en géobiologie. Et le formateur nous a enseigné la symbolique des pièces de la maison… dont la cuisine. La cuisine me renvoyait au rapport à la mère ou plus exactement à quelque chose qui bloquait sur la lignée maternelle. Je ne pouvais donc pas avancer à cause d’un blocage sur ma lignée. Dès lors que j’ai compris l’information transmise quelques semaines plus tôt, j’ai été en mesure de me faire aider par une énergéticienne compétente. Et comme par magie, j’ai pu créer mon entreprise, trouver des partenariats et enfin avancer dans ma vie.

Le langage codé me poussait à travailler sur moi-même, à prendre conscience de l’origine de mes limitations. C’est ce qu’il fait pour vous tous.

Voir aussi : https://emilie-m.net/formations/la-symbolique-des-reves-et-des-signes/

Être dans l’acception de ce qui se présente à vous grâce à vos guides

Vos guides utilisent un langage codé que vous pouvez maîtriser en partie ou en totalité. Le fait de décoder vos rêves ou messages transmis par d’autres canaux, vous permet de comprendre l’ensemble des dimensions des messages : émotionnels, pensées etc.

Surtout, ces messages une fois décodés vous invitent à lâcher-prise face à la situation que vous vivez ou allez vivre.

L’an dernier, je commençais à recevoir des signes de manière répétée que j’allais changer de voiture. Honnêtement, j’entretenais très bien ma voiture et je ne voyais pas par quel moyen j’allais pouvoir racheter une nouvelle voiture. Les messages s’intensifiaient et étaient de plus en plus proches les uns des autres. J’ai ainsi senti que l’échéance se rapprochait sans savoir comment tout cela allait se passer.

Une nuit, j’ai rêvé qu’un homme en blanc me montrait une voiture blanche. Celle-ci était neuve. Il me tendit la clé de la voiture en me disant « elle est à toi, cadeau ». Je n’en croyais pas mes yeux tant la voiture était belle.

Quelques jours après ce rêve, le moteur de ma voiture a cassé. Et la banque m’a suivi pour racheter une voiture, ce que je pensais tout simplement impossible.

Grâce aux nombreux messages que j’avais reçus et malgré ma déception, j’ai accepté beaucoup plus facilement ce changement. C’était un cadeau après tout !

Vous laisser votre libre-arbitre

Enfin les messages de vos guides peuvent paraître parfois flous dans le but de vous laisser votre libre-arbitre.

Votre libre-arbitre correspond à votre pouvoir de décision.

Autrement dit, la notion de libre-arbitre montre clairement que tout n’est pas définitivement et fermement écrit. C’est vous et vous seul qui écrivez votre présent et votre futur par les choix qui sont les vôtres.

Vos guides peuvent vous indiquer par différents signes si le chemin emprunté est bon ou s’il est temps d’en changer.

Chez les lakotas, on dit aussi que lorsqu’on voit trois fois le même signe, il faut en tenir compte. Le monde invisible est particulièrement insistant !

Pour autant, vous restez in fine le seul vrai décisionnaire.

En conclusion, le langage codé employé par vos guides vous pousse à travailler sur vous-même pour intégrer le message et mettre en place les changements nécessaires dans votre vie.

Il vous permet d’accéder à une meilleure acceptation de ce qui se présente à vous, en reflétant à travers les symboles utilisés toutes les dimensions du message (cadeau, bénédiction etc.). Enfin et surtout, les messages ne sont pas toujours directes afin de vous permettre de garder votre libre-arbitre. Il s’agit pour les guides de vous amener à comprendre les enjeux d’une situation que vous vivez et les choix qui se présentent à vous. C’est vous qui décidez de la suite. Passerez-vous alors à côté d’un cadeau, d’une opportunité ? Ou bien saurez-vous la saisir grâce à votre implication et un travail sur vous-même ?

Vous avez des questions ou remarques concernant cet article ? Posez-les en commentaire et j’y répondrai avec plaisir.

Bien à vous,

Émilie Laure

Abonnez-vous à ma page Facebook pour suivre la publication d’articles sur le blog, les annonces d’atelier, de formation, de vente sur les salons : www.facebook.com/emilie.reiki/

#langagecodé #guide #guidedelumière #messages #spiritualité

Accepter de mourir pour mieux renaître

Dans les cultures occidentales, la notion de rite de passage est de plus en plus oubliée, incomprise ou simplifiée à l’extrême. Au final, beaucoup de religions monothéistes ont simplifié ces rites qui comportaient des processus initiatiques complets et difficiles.

Déconnectés de cet aspect spirituel de votre vie, vous ne vous attendez plus à mourir et renaître plusieurs fois dans votre vie. Pourtant ces morts symboliques sont indispensables et essentielles à votre croissance spirituelle.

Plus encore, elles font partie de votre vie en tant qu’être spirituel. Ramener cette connaissance à votre conscience est un premier pas. Savoir accompagner votre mort symbolique en est un autre.

Abandonnez l’ancien en conscience

Si dans d’anciennes civilisations et encore chez de nombreux peuples respectant leurs traditions, les rites de passage sont codifiés, il n’en est plus de même dans la plupart des pays occidentaux.

Pour autant, vous pouvez en vous mettant à l’écoute de la vie, comprendre quels moments de votre vie constituent ces rites de passage : rupture sentimentale, changement d’emploi après une longue expérience, changement de vie radical etc.

Voir aussi : https://emilie-m.net/la-mediumnite-pour-quoi-faire/

Comprendre constitue une partie du travail. Accompagner dans le lâcher-prise est absolument nécessaire. Or lâcher-prise demande de travailler sur soi-même : accepter de lâcher l’ancien. C’est aussi accepter d’ouvrir le champ des possibles.

Qui se présentera à moi ? Sous quelle forme ? Cela me demande-t-il de changer ou d’abandonner mes croyances ?

La plupart du temps, les rites de passage exigent l’abandon de croyances erronées, des croyances issues de vos expériences passées, également de votre éducation ou encore des enseignements reçus à l’école.

Abandonner l’ancien en conscience vous permettra de réduire les tensions et les souffrances lors de ces passages souvent délicats.

Voir aussi : https://emilie-m.net/redonner-du-sens-a-votre-vie/

L’arcane 13 prépare le terrain

Dans le jeu du tarot de Marseille, l’arcane n°13 est appelée l’arcane sans nom et parfois aussi la mort.

Elle est représentée par un squelette en train de nettoyer un terrain avec une faux. C’est une carte qui fait souvent peur à cause de la méconnaissance du rôle de la mort dans votre vie.

La mort symbolique est progressive et la renaissance aussi. En effet, c’est lors du processus de la mort que vous pouvez tel le squelette de l’arcane 13 nettoyer le terrain afin de pouvoir planter de nouvelles graines dans votre vie.

Faute de réaliser ce nettoyage correctement, tout ne pourra pas germer.

Elle vous rappelle ainsi que la vie est un éternel recommencement. Acceptez-le, voyez ses enseignements et elle sera plus douce pour vous.

Si la carte sans nom devait parler, elle vous dirait notamment :

« Si tu te presses, tu me rattraperas. Si tu ralentis, je te rattraperai. Si tu marches tranquille, je t’accompagnerai. Si tu te mets à tourner, je danserai avec toi. Puisque notre rencontre est inéluctable, fais-moi face tout de suite ! Je suis ton ombre intérieure, celle qui rit derrière l’illusion que tu appelles réalité. Patiente comme une araignée, enchâssée comme un bijou dans chacun de tes instants, tu partages ta vie avec moi – ou si tu t’y refuses, tu ne vivras pas dans la vérité. Tu pourrais fuir à l’autre bout du monde, je serais toujours à tes côtés. Depuis que tu es né, je suis la mère qui ne cesse de te mettre au monde. Réjouis-toi donc ! »

La chenille devient papillon

La mort symbolique accompagnée et vécue en conscience reste inconfortable. Rien ne sert de mentir. Toutefois, elle constitue une étape indispensable à toute transmutation de mémoire erronée ou distorsionnée.

La mort correspond à la fin d’un cycle dans un domaine de votre vie. Au cours de votre transition entre votre mort symbolique et votre renaissance, vous pouvez vous sentir en état de faiblesse telle une chenille.

Vous tissez votre cocon, prenez le temps de vous nourrir avant la transformation et la révélation du magnifique papillon que vous devenez.

Cette phase où vous vous trouvez en position de chenille pourrait aussi s’interpréter sous la forme de l’arcane 12 du tarot de Marseille : le pendu.

Pour rappel sur le pendu, voir : https://emilie-m.net/la-voie-du-pendu-ou-ce-que-son-symbole-nous-exprime/

Alors rappelez-vous toujours que cette phase est transitoire et surtout que vous pouvez toujours agir. Comment ? En réfléchissant vos projets et d’ores et déjà les planifier. Il n’y a donc pas de perte de temps. Bien au contraire ! L’univers vous offre le temps nécessaire pour poser vos objectifs et planifier/organiser votre renaissance.

En conclusion, vous vivez à de nombreuses reprises dans votre vie des morts symboliques qui vous conduisent à de multiples renaissances. Accompagnez-les en conscience. Cela vous permettra de vivre pleinement les initiations et en tirer le meilleur potentiel pour votre vie et votre croissance spirituelle. Dans ce sens, l’arcane 13 du tarot de Marseille éclaire parfaitement la représentation d’une partie de ces passages, complétée par l’arcane 12 ou la métaphore de la transformation de la chenille en papillon.

Vous avez des questions ou remarques concernant cet article ? Posez-les en commentaire et j’y répondrai avec plaisir.

Bien à vous,

Émilie Laure

Abonnez-vous à ma page Facebook pour suivre la publication d’articles sur le blog, les annonces d’atelier, de formation, de vente sur les salons : www.facebook.com/emilie.reiki/

#mortsymbolique #renaissance #spiritualité #ritedepassage #initiation

Voyage dans le temps, voyage en soi

Quand vous travaillez sur vous-même, à un moment donné, vous êtes souvent tenté ou appelé à travailler sur des mémoires d’événements douloureux issus de votre passé ou de vos passés.

Qu’il s’agisse du passé de cette vie ou d’autres vies, ce travail est loin d’être sans conséquence et requiert d’être accompagné.

Pour rappel sur les vies antérieures et parallèles voir aussi : https://emilie-m.net/vies-anterieures-vies-paralleles/

En effet, le travail sur vos mémoires d’événements passés douloureux aura des conséquences sur votre présent et votre futur.

Le présent, perpétuellement influencé par le passé

Sans ouverture de conscience, vous subissez continuellement les informations de vos passés. Au niveau quantique, vos expériences laissent des informations, des programmations qui conduisent à la répétition de schémas et de croyances erronées.

Cela se caractérise ainsi par des relations toxiques à répétition pour certains d’entre vous, des problèmes récurrents avec l’argent ou des relations au travail difficiles etc.

Dans les traditions chinoises par exemple, on admet que l’âme de l’être à venir tourne autour de ses parents au moins 9 mois avant sa conception. Autrement dit, tous les événements qui se déroulent pendant cette période, aussi au moment de la conception et de la période intra-utérine sont engrammés.

Fort heureusement, de nombreuses techniques permettent de travailler ces mémoires.

C’est le cas du Reiki Usui avec des techniques transmises dès le deuxième degré.

Cela vous permet d’être clairement acteur de votre vie.

Pour rappel sur le reiki voir aussi : https://emilie-m.net/le-reiki-usui-a-distance-pour-vous-et-votre-famille/

Un futur en constant mouvement

De la sorte, la notion de destinée est caduque. En effet, si j’estime qu’une sorte de canevas ou de grand schéma peut être écrit, je considère que le futur est en constant mouvement.

En effet, il dépend de vos choix au quotidien, de votre travail personnel ou de l’absence de celui-ci. Autrement dit, tout est possible. Tout peut être changé à chaque instant et particulièrement votre manière d’appréhender les événements.

Certains événements sont indispensables dans votre avancement personnel. C’est la raison pour laquelle, quel que soit votre cheminement, ils auront lieu.

En revanche, la teneur de leur enseignement différera selon votre état d’avancement.

Rappelez-vous, votre futur reste donc constamment en construction.

Reprendre sa responsabilité

Aussi je vous encourage à prendre vos responsabilités. Vous êtes les seuls responsables de votre vie. Ce qui se déroule dans votre vie est le fruit de qui vous êtes, ce que vous êtes, de vos pensées.

Voir aussi : https://emilie-m.net/bien-etre-et-responsabilite/

Cessez de vous positionner en tant que victime. Vous êtes 100% responsable.

Cela signifie donc que lorsqu’un événement ne se déroule pas comme vous l’aviez souhaité ou bien que vous vivez des expériences inconfortables, il est absolument nécessaire de regarder à l’intérieur de vous-même.

A quel moment cela a-t-il commencé ? Est-ce que votre pensée est juste ? Comment la faire évoluer ? Il s’agit d’accepter que ce travail s’inscrive dans la longueur. Evoluer est la mission première de votre vie. Evoluer signifie s’élever, vivre la spiritualité dans la matière et non pas enfermé dans un couvent par exemple.

Evoluer signifie aussi accepter de se confronter à l’autre. C’est en effet face à l’autre, dans le regard de l’autre, grâce à l’autre que vous évoluerez.

Toutes les personnes face à vous sont de véritables de maîtres.

Les animaux aussi le sont.

Voir aussi : https://emilie-m.net/les-animaux-sont-ils-inferieurs-a-letre-humain/

En résumé, les voyages dans le temps, dans vos différents passés constituent un véritable voyage à l’intérieur de vous-même. C’est accepter d’aller à la rencontre de vos parts d’ombre pour les transmuter, apporter davantage de lumière et avancer dans la vie en conscience, en tant qu’acteur.

C’est comprendre que votre présent est perpétuellement influencé par le passé et que votre futur vous appartient. Celui-ci est constante évolution. C’est enfin devenir pleinement responsable de votre vie.

Vous avez des questions ou remarques concernant cet article ? Posez-les en commentaire et j’y répondrai avec plaisir.

Bien à vous,

Émilie Laure

Abonnez-vous à ma page Facebook pour suivre la publication d’articles sur le blog, les annonces d’atelier, de formation, de vente sur les salons : www.facebook.com/emilie.reiki/

Le chamanisme, l’expérience de soi

Cette tradition plusieurs fois millénaires, le chamanisme, revient depuis plusieurs années sur le devant de la scène. Ses traditions sont multiples et chacun est de plus en plus tenté par sa découverte.

Je me rappelle de ma première rencontre avec ce monde en 2013 : un livre, le son du tambour, une fièvre et en route pour découvrir un premier allié.

Pour autant les livres ne me suffisaient pas. Alors qui choisir pour m’accompagner dans la jungle de ceux se présentant comme spécialistes, praticiens ? J’ai une profonde gratitude pour les rencontres faites ces dernières années et notamment avec Yvan Cordier qui m’a d’abord formé en lithothérapie et m’accompagne dans la voie chamanique.

Comment définir alors le chamanisme ? C’est à travers le prisme de ma courte expérience que je vous propose quelques éléments de réponses dans cet article.

Le chamanisme, l’expérience de soi

En tant que voie d’expérimentation, le chamanisme, tout comme le reiki d’ailleurs, est d’abord une technique pour soi. C’est aussi une technique d’expérimentation. A travers le chamanisme, j’ai l’occasion de m’expérimenter, oui expérimenter ma vie et les choix qui se présentent à moi.

J’ai la possibilité d’expérimenter qui je suis avec mes forces et mes faiblesses et surtout de ne pas en rester là.

J’ai l’occasion d’expérimenter tous les possibles qui se présentent à moi et de laisser la porte ouverte à tous les cadeaux en disant oui.

Et les surprises sont juste extraordinaires quand on arrête de dire non. Seulement il faut être prêt à faire face à ses propres résistances. Et cela peut faire mal parfois de retrouver le chemin du Oui.

Vous passez tous votre vie à fermer les portes, à construire des croyances erronées qui deviennent des vérités que vous ne remettrez pas en cause… des certitudes.

Le chamanisme vous met face à toute l’instabilité, l’inconstance de la vie… l’inconstance en tant que constante… la possibilité que tout puisse bouger à chaque instant.

Et c’est cela le miracle de la vie !

Voir aussi : https://emilie-m.net/trouver-votre-voie-spirituelle/

Le chamanisme, la connaissance de soi

Le chamanisme est aussi une voie de connaissance de soi. A travers les rencontres avec mes guides et mes alliés, je me découvre. Ils sont chacun une facette de moi. Et ils me présentent ainsi toutes les forces qui m’habitent, toutes les possibilités insoupçonnées qui sont les miennes.

Quand je les suis, quand je fais confiance dans ce qu’ils me conseillent, la voie s’ouvre. Ils savent ce qui est le mieux pour moi. Ils me connaissent et me permettent de me découvrir telle que je suis réellement.

Parfois d’ailleurs ils ne se gênent pas pour me bousculer, parce qu’ils savent là où il faut appuyer pour que je fasse bouger mes lignes.

Ils sont des amis, des conseillers, mes forces. Et je prends conscience grâce à eux de celle que je suis.

Le chamanisme, un retour à soi

Plus je découvre les possibilités du chamanisme, plus je découvre ce retour à soi indispensable dans la discipline chamanique.

Pour se guérir, pour être soi, il faut revenir à soi.

C’est ainsi se rencontrer, rencontrer ses peurs, ses croyances, ses propres limitations, ses peines, ses colères.

Le retour à soi n’est pas confortable, mais il est libérateur.

Et après le moment d’inconfort, il y a surtout un renouvellement, une renaissance et enfin soi.

La voie chamanique demande du courage, de l’humilité, de la persévérance. Du courage, il en faut pour accepter d’être responsable de sa vie. De l’humilité, il faut savoir en faire preuve face à la vie, ce qu’elle nous présente au quotidien. L’apprentissage n’est jamais fini. C’est l’histoire de votre vie.

De la persévérance, il en faut pour continuer à avancer face à certaines problématiques très lourdes qui parfois vous touchent depuis des années.

Voir aussi : https://emilie-m.net/le-tambour-pour-se-connecter-a-soi/

Le chamanisme, l’écoute de soi

Pour moi, le chamanisme est aussi une voie qui vous conduit à davantage vous écouter. Lorsque vous réalisez un voyage pour demander conseil à un allié, c’est à une partie de vous-même que vous demandez conseil.

Et c’est bien vous-même que vous allez apprendre à écouter.

Parfois les messages sont si forts qu’ils s’expriment dans la matière sans même passer par un voyage au son du tambour.

Cela nous rappelle la multidimensionnalité de la vie et de notre être. Toutes nos dimensions sont interconnectées à chaque instant : physique, mental, émotionnel etc.

Voir aussi sur la multidimensionnalité : https://emilie-m.net/la-multidimensionnalite-de-letre/

En résumé, suivre la voie chamanique, c’est accepter de s’expérimenter soi-même. C’est aussi apprendre à se connaître avec sincérité pour mieux se dépasser. En cela, cela demande d’être capable de faire un vrai retour à soi. Vous êtes alors pleinement responsable de votre vie.

Enfin suivre la voie chamanique, c’est apprendre à s’écouter soi et se défaire ainsi du regard des autres. C’est être soi.

Vous avez des questions ou remarques concernant cet article ? Posez-les en commentaire et j’y répondrai avec plaisir.

Bien à vous,

Émilie Laure

Abonnez-vous à ma page Facebook pour suivre la publication d’articles sur le blog, les annonces d’atelier, de formation, de vente sur les salons : www.facebook.com/emilie.reiki/

#chamanisme #voiespirituelle #éveil #développementpersonnel

Vies antérieures, vies parallèles

Vous êtes de plus en plus nombreux à me contacter pour en savoir plus sur vos vies antérieures, des vies d’avant celle que vous vivez actuellement. Et si vous le faites bien souvent, c’est d’abord par curiosité. C’est aussi pour vous libérer de mémoires émotionnelles bloquantes dans votre quotidien actuel.

Il est pourtant bien difficile de faire la part des choses entre une vie antérieure et une vie parallèle. Et je veux évoquer dans cet article les conséquences de toutes vos vies sur ce quotidien dont vous avez conscience.

Vies antérieures, un passé toujours vivant

La plupart d’entre vous avez déjà connu de nombreuses incarnations dans des époques variées et des pays différents.

Vous avez d’ailleurs lors de ces vies rencontré très probablement l’ensemble des personnes avec lesquelles vous vivez ou que vous croisez régulièrement. Toutefois la configuration des relations était bien différente.

Il n’est pas nécessaire de connaître toutes vos vies antérieures afin de pouvoir vivre paisiblement votre vie actuelle. Et selon ma propre expérience, je vous dirais même qu’il vaut mieux d’abord vivre votre vie actuelle et travailler déjà sur cette vie-là avant d’aller voir le passé d’autres vies.

En outre, lorsqu’il devient nécessaire de travailler sur des charges émotionnelles issues d’une vie antérieure, les messages se font plus nombreux, plus pressants autour de périodes, de thématiques.

Ainsi, si je vous ai évoqué à plusieurs reprises l’Atlantide, c’est que j’ai eu l’occasion à plusieurs reprises et encore récemment de devoir nettoyer et transmuter des mémoires bloquantes pour moi.

Voir aussi : https://emilie-m.net/atlantide-quand-les-memoires-se-reveillent/

Également : https://emilie-m.net/latlantide-sort-des-eaux/

Vies parallèles

Travailler sur des charges émotionnelles, c’est parfois prendre conscience aussi qu’au-delà des vies antérieures, il existe des mondes où des parties de nous-mêmes vivent. Ce sont des mondes parallèles.

Nous pouvons ainsi lire dans la Bible « Il y a de nombreuses demeures dans la maison de mon père », propos prononcés par Jésus selon les évangiles.

Ainsi en parallèle de cette vie dont vous avez conscience, il existe des mondes parallèles, des dimensions, où des parties de vous-mêmes expérimentent une autre vie.

Il est parfois possible au cours de voyages, de « rêves », de percevoir ces dimensions. J’ai déjà visité des mondes qui n’avaient rien à voir avec celui dans lequel nous vivons actuellement. Clairement, aucun des références historiques en ma possession ne me permettait d’identifier une période connue des historiens contemporains.

Attention toutefois à ne pas prêter à vos rêves un sens qu’ils n’ont pas. Le mieux est d’aller les évoquer avec un spécialiste.

Voir aussi sur la multidimensionnalité de l’être : https://emilie-m.net/la-multidimensionnalite-de-letre/

Travailler vos mémoires pour vous en libérer

Or toutes ces vies peuvent, selon les charges émotionnelles qu’elles génèrent, constituer dans votre quotidien des freins à votre évolution.

Il vous appartient alors de travailler sur les charges émotionnelles bloquantes pour avancer dans cette réalité que vous connaissez.

Les outils à votre disposition sont multiples : reiki, voyage chamanique etc.

Il reste primordial d’avoir en tête que réaliser de tels voyages ne constitue pas une partie de plaisir. On n’y va pas pour voir qui on était, mais bien pour se libérer d’un passé. Car ce passé est bien vivant dans votre réalité actuelle.

Lorsque vous nettoyez les charges émotionnelles, vous pouvez alors mieux avancer dans le présent sur de nombreux plans : travail, amour, relations avec vos proches etc.

C’est un travail constant sur soi, à l’intérieur de soi.

En résumé, vous vivez constamment avec des charges émotionnelles issues bien souvent d’un passé : celui de cette vie, celui d’une vie antérieure, ou d’une vie parallèle.

Travailler sur ses vies antérieures ou parallèles ne constitue pas un choix délibéré. Cela s’impose à vous. Il ne s’agit de faire du tourisme mais bien d’accepter de plonger dans des charges émotionnelles souvent douloureuses et bloquantes dans le but de vous en libérer.

Vous avez des questions ou remarques concernant cet article ? Posez-les en commentaire et j’y répondrai avec plaisir.

Bien à vous,

Émilie Laure

Abonnez-vous à ma page Facebook pour suivre la publication d’articles sur le blog, les annonces d’atelier, de formation, de vente sur les salons : www.facebook.com/emilie.reiki/

Atlantide, quand les mémoires se réveillent

Quels sentiments étranges m’ont envahie à l’évocation de l’Atlantide. Je me rappelle d’un sentiment de pouvoir, de recherche de pouvoir sur l’autre, de domination, de savoir trop intellectualisé sans sentiment, le besoin d’être vu, d’être craint…

Et puis l’Atlantide s’est imposée à moi, comme une évidence dans mon parcours de vies… Tout ce qui était présent, prenait sens à la lecture de mémoires de cette vie. Combien de fois ai-je fait des voyages dans cette civilisation ?

Combien de fois un sentiment présent, une musique, un regard m’ont renvoyé en ces lieux lointains disparus sous les eaux ?

Et comment être certaine que ce n’était pas simplement mon imagination ? En effet, le peu de fois que je l’évoquais, cela pouvait faire sourire ou effrayer il y a plus de 8 ans.

Seulement voilà, quand les messages que vous recevez se recroisent avec des observations scientifiques, cela interroge.

Je mettais à l’épreuve de la géologie ce que j’avais pu traverser. Était-ce vraisemblable ?

D’abord un continent ne peut s’effondrer en une nuit, c’est certain. Toutefois, ce mythe comme d’autres, révélait un phénomène qui avait marqué la mémoire collective.

Ce pouvait-il qu’un continent ait existé au milieu de l’Atlantique ?

J’aurais dû garder les liens pour vous les transmettre à ce jour.

Le pire ennemi de l’archéologue est le temps. Le temps… Les mouvements de la terre, l’érosion et la disparition de la matière à travers le temps sont une réalité. Les mythes sont déformés, parfois les preuves aussi.

Je pensais, j’avais le sentiment dans cette quête de l’Atlantide qu’il me manquait des éléments, que je regardais sous le mauvais angle. Mon expérience, mon vécu de chercheur m’ont été d’une aide précieuse : effectivement il fallait penser aux mouvements de la terre, aux conséquences de l’effondrement d’un continent en mer.

Des fonds marins caractéristiques de la proximité de côtes

Et j’ai d’abord trouvé un témoignage d’observations satellites des fonds marins, recroisés avec un témoignage fort intéressant de marins lors de la pose d’un câble entre l’Europe et l’Amérique.

S’agissant du premier témoignage, il mettait en évidence l’existence de contours propres à ceux d’un continent (pente, dessin d’une terre). S’agissant du deuxième témoignage, celui-ci évoquait des sédiments trouvés en plein milieu de l’Atlantique, sédiments que l’on trouve normalement en bordure de côtes. Ils ne pouvaient pas logiquement se trouver à cet endroit.

Et pourtant… Ils étaient la preuve qu’une plage était présente sous la mer. Que celle-ci avait sombré avec son île ou continent.

J’ai poursuivi mes recherches. Et je suis tombée sur des récits nordiques, des récits expliquant l’impossibilité de prendre la mer pendant de longues années. La mer était comme boueuse… Récit fort intéressant.

J’ai du mal à imaginer les conséquences d’un continent qui pourrait sombrer progressivement. Est-ce cela ? Ou bien aussi une période d’intense activité volcanique, y compris sous-marine ? Je n’ai pas encore obtenu toute les réponses. Bien au contraire, mes recherches ont soulevé davantage de questions.

Et puis il y a eu ces images de massacres de populations.

Deux camps qui s’opposent et des massacres

Au nom du pouvoir, d’une volonté farouche de s’imposer, un clan a commis l’irréparable en parfaite connaissance. Les Atlantes étaient des êtres possédant des connaissances approfondies, de la puissance des informations quantiques, des conséquences de leurs actes sur les corps. Ils réalisaient d’ailleurs des expériences génétiques poussées.

Un clan guidé par des énergies néfastes avait décidé de prendre le pouvoir sur tous, pensant le faire pour le « bien de tous » et pour finalement asservir le plus grand nombre. En face, un clan d’êtres éveillés parmi lesquels une sororité cherchait à tenir pour maintenir la paix.

J’ai compris qu’avec le temps, chacun des deux clans a commis des erreurs de « jugements » de la situation. Quoiqu’il en soit, le premier a commencé à décimer le deuxième.

J’ai la mémoire de ces massacres qui sont remontés : des femmes mutilées, torturées parce qu’elles savaient, parce qu’elles soignaient, parce qu’elles cherchaient à s’éveiller. Leurs autres alliés au sein de la fraternité ont aussi été mutilés.

J’ai peu à peu fait le lien d’ailleurs avec des proches, leur place dans ces événements.

Je suis passée progressivement aux yeux de certains amis de « gentilles » à quelqu’un qui percevait une certaine vérité. Oui je dis bien une certaine vérité. Je la percevais en effet selon l’angle du regard de cette époque : le mien, mes doutes, mes souffrances, des échanges avec d’autres membres de la sororité.

Toute une partie de la population était dans une forme d’ignorance de ce qu’il allait arriver. Les plus éveillés avaient déjà des visions sans vouloir les croire complètement, pensant qu’ils pouvaient encore changer les choses.

Science sans conscience n’est que ruine

Chaque objet autour de nous a un esprit, est porteur d’une énergie. En avoir conscience est primordial. Seulement une partie des atlantes l’a perdu de vue. Ils ont voulu aller trop vite sans maîtriser certaines technologies, sans écouter les messages. Ils se sont pris les pieds dans le matériel et ont oublié progressivement la spiritualité, devenant davantage des magiciens que des éveillés.

Des hautes technologies dans de telles mains ont conduit au pire : guerres, massacres, destruction du continent…

Et la Terre Gaïa s’en est mêlée. L’île sur laquelle l’Atlantide était installée était volcanique. Les Atlantes avaient compris depuis longtemps que la puissance venait de la Terre, de la lave. Beaucoup de sites sacrés sont ainsi positionnés selon le passage de la Vouivre… héritage des connaissances atlantes.

Encore faut-il être à l’écoute de la Terre. Certains ont pu fuir. J’ai été de ceux-là avec une partie des miens qui n’avaient pas été massacrés, mutilés.

D’autres ont péri sous des tsunamis, les fameuses vagues qui ont déferlées sur le continent.

Et les rescapés qui sont restés sur le reste de l’île ? Hagards, ils ont été contraints de tout reconstruire… avec une perte progressive de savoirs, de technologies.

Ceux qui ont fui ont dû se cacher

Je vous avais évoqué dans un précédent article le côté belliqueux des atlantes.

Voir aussi : https://emilie-m.net/latlantide-sort-des-eaux/

Dans ce conflit entre deux clans, les uns ont poursuivi les autres. Je ne rentrerai pas ici dans les détails de ce que j’ai pu voir. Cela n’a pas d’importance à ce niveau.

Ont-ils fui dans des embarcations ou des vaisseaux ? La question reste entière. Ce que nous appelons vaisseaux est polysémique : cela peut aussi bien correspondre à un bateau qu’à un vaisseau spatial. Jusqu’à quel point la civilisation atlante possédait-elle des technologies avancées ? Je n’exclus rien tant les messages que j’ai reçus, pour certains, me laissent dans le doute.

Néanmoins j’ai la certitude qu’il y avait le désir d’exterminer l’autre, d’une haine farouche née d’une peur profonde, viscérale.

De la sorte, ceux qui ont réussi à s’échapper, ont dû se cacher. Ils ont survécu finalement plus qu’ils n’ont vécu. Ils ont cherché à être les gardiens du temple aussi, c’est-à-dire de connaissances dont ils avaient compris qu’ils devaient les transmettre avec prudence à présent.

Les conséquences sur le présent

Les conséquences de ces événements sont multiples :

  • des femmes ont aujourd’hui de grandes difficultés à enfanter, ont des maladies qui leur donnent des douleurs intenses lorsqu’elles ont leurs lunes,
  • certaines personnes ont peur de se montrer, d’être démasquées (complexe de l’imposteur),
  • les événements mondiaux sont le reflet d’événements qui se sont déroulés en Atlantide.
  • Déconnexion à la nature d’une partie de la population
  • déconnexion à soi.

Et je suis loin d’être exhaustive.

Tout cela peut évoluer. Il est encore temps de faire basculer les énergies du bon côté : celui de la paix, celui de la bienveillance, de l’ouverture du cœur à soi et aux autres.

Pour rappel sur la paix, voir aussi : https://emilie-m.net/priere-de-la-paix/

Cela nécessite un travail intérieur, profond, sincère. Il prendra le reste de votre vie. Je suis en plein dedans. Ne croyez pas que cela soit fini au bout de quelques mois. Cela bouscule souvent. Et cela fait sourire souvent aussi à mesure que vous prenez conscience des belles surprises de la vie.

C’est à ce prix que vous pouvez nettoyer vos mémoires. Ne cherchez pas immédiatement l’Atlantide. Elle viendra à vous quand le moment sera venu et si vous êtes concerné par de telles mémoires.

Ses énergies sont extrêmement puissantes encore aujourd’hui. Ne vous y frottez pas si vous n’êtes pas accompagné correctement.

La spiritualité n’est pas un jeu. C’est une expérimentation à vivre, dans la prudence, la vigilance et l’humilité.

Bien à vous de tout mon cœur,

Émilie Laure

Voir aussi : la reconnexion au cœur, https://emilie-m.net/reconnexion-au-coeur/

Reconnexion au cœur

Dans cet article, je vous propose la prière du cœur. Vous pouvez par exemple l’utiliser 21 jours de suite. Il s’agit d’une prière qui permet de s’ouvrir à l’amour, l’amour de soi et de l’autre. Je vous propose de vous reconnecter à la joie, une joie sincère et profonde.

Bien à vous,

Émilie Laure

Prière du cœur

Oh cœur oh cœur oh cœur, au cœur de moi, au cœur de moi, au cœur de moi,

Je vais je rentre et j’expanse.

Je vais je rentre et j’expanse mon cœur. Je vais je rentre et j’expanse mon cœur. J’accepte que batte le cœur, faire battre le cœur en moi.

Bats le cœur, bats le cœur, bats le cœur en moi pour moi.

Bats le cœur, bats le cœur, bats le cœur en moi pour moi.

Vis la vie, vis la vie, vis la vie avec joie.

Expanse-toi, expanse-toi, expanse-toi d’abord en moi.

Réapprends-moi, réapprends-moi, réapprends-moi la joie.

Bats le cœur, bats le cœur, bats le cœur en moi pour moi.

Je suis là, je vis là, je suis en joie.

Bats le cœur, apprends-moi la joie en moi.

Bats le cœur, bats le cœur, bats le cœur, montre-moi la joie hors de moi.

Apprends-moi à l’exprimer d’abord tout bas, puis à la vivre sans choix.

Bats le cœur, bats le cœur, bats le cœur en moi pour moi.

Réjouis-toi, réjouis-toi, réjouis-toi, à mesure que tu bas, je vis la joie, je suis la joie.

Bats le cœur, bats le cœur, bats le cœur en moi pour moi. Reviens à moi compassion, reviens en moi.

Bats le cœur, bats le cœur, bats le cœur,

A mesure je vois la joie autour de moi, je vois le sourire, je vois l’amour en moi, autour de moi.

Bats le cœur, bats le cœur, bats le cœur en moi pour moi. Je suis amour, compassion et joie.

Merci mon cœur de battre en moi pour moi.

Amen

Merci.

L'Énergie au service de tous