Archives par mot-clé : Emilie Laure Mondoloni

Votre place dans l’univers, où en êtes-vous ?

Le sujet vous paraît sans doute ambitieux ou même prétentieux. Il faudra plus d’un article pour répondre à cette question. Cela paraît évident. Je vous propose plutôt aujourd’hui une réflexion globale, une réflexion que vous avez peut-être déjà entamé, mise de côté ou qui vous habite. Il est clair que c’est aussi cette question qui contribue à donner sens à votre vie.

La notion de place renvoie souvent à celle de territoire. C’est aussi renvoyer à vos relations avec autrui : au travail, dans votre famille, avec l’environnement. Et quels peuvent être les outils pour vous repositionner ?

Votre place au travail

Votre territoire se définit certes par votre domicile, votre lieu de vie et ce qu’y s’y déroule. Il se définit aussi par votre lieu de travail et les relations que vous y établissez.

Voir aussi : https://emilie-m.net/geobiologie-traditionnelle-et-geobiologie-holistique/

Votre territoire, c’est aussi votre énergie. Si quelqu’un vous épuise, c’est bien qu’il rentre dans votre territoire et qu’il « s’y sert » ! Pourquoi et comment autorisez-vous quelqu’un à vous déposséder d’une partie de vous-même ? Oui effectivement, vous avez votre part de responsabilité. Je ne cesse de le dire. Vous êtes le seul responsable de ce qu’il se passe. Et le lieu où vous pouvez trouver les réponses est à l’intérieur de vous-même.

Cf. https://emilie-m.net/bien-etre-et-responsabilite/

Votre place dans votre famille

Dans votre famille ou votre couple, la manière dont se déroulent vos relations est révélatrice de la place que vous prenez et que vous acceptez consciemment ou inconsciemment de prendre : un enfant qui prend le dessus sur vous, un conjoint ou une conjointe qui vous domine ou au contraire est absent de toute décision.

Cela peut être aussi visible dans votre fratrie. Quelle place avez-vous l’impression d’avoir ? Avez-vous d’ailleurs l’impression d’avoir une place ?

Êtes-vous le seul ou la seule à vivre ce positionnement ? Ou cela se répète-t-il de génération en génération avec une certaine fatalité ?

Vous avez le droit de changer cela. Et si vous en prenez conscience, c’est que vous êtes la personne qui peut changer cela.

Votre place dans la nature

S’il y a un questionnement à avoir pour tous, c’est sans doute celui-là : votre place dans la nature. Au début de cet article, je titrais avec la question de votre place dans l’univers. J’aurais pu écrire, dans la création. La nature est une représentation de cette création divine.

Comment vous y retrouvez-vous ? Quelle relation entretenez-vous avec la nature… au quotidien ?

Comment vous positionnez-vous ? Au-dessus ? A côté ? En plein milieu des êtres qui la composent ?

Ce ne sont pas seulement vos idées qui montrent votre positionnement, mais aussi vos actes. Vos actes sont-ils en cohérence avec vos idées ? Globalement, quelle que soit votre problématique de place dans votre vie, il s’agit pour vous de vous aligner sur vos pensées, d’aligner vos actes sur les désirs profonds de votre âme. C’est ce non-alignement qui vous fait souffrir et génère le plus souvent des frustrations profondes en vous.

Les outils pour vous repositionner

Une fois identifiées vos problématiques, vous pouvez reprendre en main votre vie. Pour vous repositionner, cela peut prendre du temps, mais le résultat est magnifique.

Plusieurs outils peuvent vous y aider. Le Reiki Usui est un outil efficace pour faire évoluer vos croyances, votre confiance en vous.

Le chamanisme, outil d’expérimentation de soi, vous permettra de demander conseils à vos alliés et d’axer au mieux vos actions. Il vous permet aussi de travailler les leviers et/ou les obstacles à un positionnement plus juste dans votre vie.

Différents outils de reprogrammation existent pour lever vos barrages liés à des charges émotionnelles fortes : LEMO ou EMDR ou balayage oculaire etc.

Pour des problématiques identifiées comme familiales ou émanant de votre famille (psychogénéalogie), il peut être utile de passer par la constellation familiale. Cet outil vous permettra d’arrêter de porter le poids de vos lignées. Vous allégez votre lignée et vous-même et aussi ceux qui viendront après vous.

Au final, votre repositionnement a directement ou indirectement une incidence autour de vous : sur vos proches, vos amis, vos collègues, votre famille. Cela peut aussi contribuer à un repositionnement de leur part, ou tout simplement un éloignement si la relation n’est plus juste.

Voir aussi : https://emilie-m.net/decouvrez-votre-voie/

Vous avez encore des questions ou des remarques sur cet article ? Posez-les en commentaires, j’y répondrai avec plaisir.

Bien à vous,

Émilie Laure

Abonnez-vous à ma page Facebook pour suivre la publication d’articles sur le blog, les annonces d’atelier, de formation, de vente sur les salons : www.facebook.com/emilie.reiki/

Ou retrouvez-moi sur Twitter : https://twitter.com/ReikiEmilie

Ou sur Instagram : https://www.instagram.com/emiliemondoloni/

Pourquoi travailler l’équilibre de ses polarités ?

Vous vous demandez sans doute de quoi je souhaite vous parler. Que signifie polarité ? + / – ? Ou autre chose ? Le principe de polarité repose souvent sur celui d’opposition. Pour autant, cette définition est rapidement restrictive. En réalité, ce qui s’oppose, se complète aussi.

Et la représentation du Tao en Chine en est le parfait exemple. En Chine, on parle de yin et de yang. Vous pouvez aussi simplement parler de polarité féminine et masculine.

Dans cet article, je vous propose de revenir sur cette notion et comprendre pourquoi il est important de travailler sur l’équilibre de vos polarités.

Vous êtes yin et yang

A l’heure où vous lisez cet article, vous devez penser immédiatement au féminin sacré. Certes, le féminin est une polarité. Il y a aussi celle du masculin. Vous vous incarnez dans une polarité. Pour autant, la médecine traditionnelle chinoise explique que vous possédez les deux polarités en vous. Et que ces deux polarités régissent votre fonctionnement, ainsi que celui de notre monde et de la nature.

Autrement dit, vous êtes yin et yang. Évidemment, si vous devez vous comparer à un collègue, un proche etc. vous pourriez dire que vous êtes yang et lui yin. Il y a toujours un point de référence ou de comparaison si vous préférez. En tout, le yin et le yang sont présents : la lumière/l’obscurité, le froid/le chaud, le vide/le plein etc.

Voir aussi : https://emilie-m.net/la-lune-alliee-du-feminin/

Les polarités s’expriment dans la matière

Bien plus qu’un simple concept issu des traditions asiatiques, vos polarités sont une réalité qui s’exprime dans la matière. Quand vous exprimez davantage votre polarité masculine (yang), vous êtes dans l’action, entreprenant, dégagerez confiance et force. Lorsque vous exprimez votre féminin (yin), vous êtes davantage à l’écoute, dans l’observation, voire l’introspection. Vous pourrez exprimer douceur et compassion.

Au niveau de la santé physique, certaines maladies sont plus yin que yang. Le yin est plutôt rattaché aux organes, alors que le yang est rattaché aux entrailles ou viscères. Ainsi le foie sera davantage yin en opposition à la vésicule biliaire, davantage yang.

Et vous pourriez trouver encore de nombreux exemples de l’expression de ces polarités dans votre quotidien. Donner/recevoir etc.

Lever les barrages à cet équilibre

Vous recherchez tous l’équilibre dans votre vie. L’équilibre de vos polarités est une des solutions pour revenir à l’équilibre de votre vie, d’un point de vue holistique.

Les déséquilibres ont de nombreuses causes : externes et internes.

Vous pouvez agir directement sur les causes internes. Parmi celles-ci, vous pouvez travailler sur les croyances, les événements vécus tout au long de votre vie. Il peut s’agir d’événements liés à votre enfance : de nombreuses techniques peuvent vous aider telles que le Reiki, le chamanisme, la sophrologie, LEMO, EFT, lithothérapie etc. De la même manière, vous pouvez travailler sur vos croyances, celles issues de votre éducation.

Voir aussi : https://emilie-m.net/pacifier-vos-relations-avec-vos-parents/

Et vous pouvez vraiment changer, ainsi que les représentations que vous pouvez avoir des autres et de vos propres polarités. Quel regard avez-vous sur les hommes, les femmes ? Le rôle de parents ? Le fait d’entreprendre ? Etc.

Les exemples sont nombreux. Dès lors que quelque chose vous dérange, c’est un terrain favorable pour amener le changement en vous.

En conclusion, les polarités font partie de votre être et de la vie. Bien plus qu’un simple concept, celles-ci s’expriment dans votre quotidien et dans la matière. Vous pouvez faire évoluer le fonctionnement de vos polarités ensemble et ramener l’équilibre dans votre vie. Soyez pleinement acteur de votre vie !

Vous avez encore des questions ou des remarques sur cet article ? Posez-les en commentaires, j’y répondrai avec plaisir.

Bien à vous,

Émilie Laure

Abonnez-vous à ma page Facebook pour suivre la publication d’articles sur le blog, les annonces d’atelier, de formation, de vente sur les salons : www.facebook.com/emilie.reiki/

Ou retrouvez-moi sur Twitter : https://twitter.com/ReikiEmilie

Ou sur Instagram : https://www.instagram.com/emiliemondoloni/

Travailler avec les déités serpents

Les serpents sont souvent des animaux mal-aimés. Vous leur attribuez à tort ou à raison des propriétés négatives. Pourtant plusieurs traditions évoquent un travail régulier bénéfique avec les déités des serpents. Dans la tradition népalaise, il est essentiel de respecter les nagas (serpents) sans quoi ils se mettent en colère.

Plus près de chez nous, c’est de la Vouivre dont il question. Et de nombreuses légendes évoquent celle-ci.

Enfin en Corse, la tradition locale évoque les serpents. Certains sont des messagers pour le foyer.

Les nagas

Le nāga est un être mythique de l’hindouisme, mais le mot veut dire aussi basiquement : serpent.

Les nagas dans la religion gardent les trésors de la nature, sont attachés à l’eau et apportent la prospérité. De nombreux temples en Inde vénèrent une statue de serpent ; le serpent est aussi le symbole de la kundalini.

Les déités de l’hindouisme sont toutes représentées avec des nagas. Shiva lui-même porte un serpent autour de son cou.

Les nagas sont très respectés au Népal notamment où on les honore très régulièrement (plusieurs fois par semaine). En tant que protecteurs de la nature, ils peuvent être très courroucés en cas de désordre dans certains lieux. Lors d’un stage avec Bhola Banstola, celui-ci nous racontait comment un projet de mine avait dû s’arrêter. En effet, ce projet s’était développé dans une zone habitée par les nagas, une zone connue pour cela. Mais les minerais présents en-dessous (des trésors !) avaient attirer les convoitises. Les débuts des extractions ont été chaotiques : casses, accidents, maladies. Finalement, les habitants de la région ont été entendus. Enfin partiellement ! Et les nagas aussi ! In fine, la mine a été déplacée.

Les nagas peuvent apporter protection, santé, prospérité à ceux qui les honore. Ils peuvent aider aux bons développement de vos projets.

La Vouivre

La Vouivre inspire un sentiment ambivalent. On ne sait pas vraiment aujourd’hui dans quelle mesure nos ancêtres ont travaillé avec elle. Elle a laissé derrière elle de nombreuses légendes et parfois encore des festivités.

La vouivre est une créature légendaire présente dans plusieurs pays européens, ayant généralement la forme d’un dragon bipède ou d’un serpent ailé. Elle est souvent censée porter une escarboucle sur le front. Elle est aussi appelée guivre.

Elle est décrite comme un serpent légendaire, gardien de trésors fabuleux, ou jeune fille accompagnée de serpents, douée de pouvoirs fantastiques.

En Franche-Comté, en Bourgogne, dans la Lorraine, on nommait vouivres des serpents ailés d’une grandeur prodigieuse qui gardaient les trésors cachés.

Le mot vouivre vient du latin uipera (serpent, vipère). C’est une bête étrange, avec un corps de serpent et les ailes d’un oiseau. Elle est munie d’un œil unique, diamant fabuleux, l’escarboucle, qui jette une lumière si vive que quand le serpent vole d’une montagne à une autre, on dirait un éclair. Des paysans assurent l’avoir vue traverser les airs comme une barre de feu.

La Vouivre cherche l’eau pour se baigner ou se désaltérer, mais surtout à certains moments. Vous pouvez ainsi la rencontrer au bord d’une rivière par exemple ou près d’une cascade. J’en ai d’ailleurs rencontré une dans les Alpes, il y a déjà quelques années. Elle était la gardienne d’une belle cascade.

Dans les légendes, la Vouivre peut avoir mauvaise réputation et elle inquiète alors beaucoup.

Mais la plupart des récits donnent l’impression qu’elle n’est pas dangereuse tant qu’on ne convoite pas son escarboucle. Dans ce cas, l’issue est presque toujours fatale.

Le mot « escarboucle » est dérivé du latin cabunculum qui désignait le petit charbon, la braise, mais déjà par métaphore, la pierre précieuse qui en avait le rougeoiement. Dans la tradition comtoise, c’est un diamant. Or ce diamant est aussi son œil !

Enfin, il existe des fêtes locales comme à Couches (71). Mais cette fête est plutôt là pour célébrer le fait d’avoir vaincu la Vivre (on l’appelle ainsi !).

« C’est une bête apocalyptique, ayant des caractères de serpent et de monstre de la préhistoire. On raconte que ses méfaits ont été innombrables. Elle a dévoré les enfants, affolé la population, semant partout la terreur. On aurait, paraît-il, essayé de lutter contre elle, par exemple en organisant des battues : toutes les tentatives ont échoué. A chaque combat, elle trouve une parade et dévore ses assaillants. C’est ainsi qu’on fit appel à un magicien appelé  »Yoata ». Il réussit à envoûter le monstre par le doux son de sa flûte et à le conduire jusqu’au four spécialement construit pour le rôtir. Malheureusement, le magicien, abandonné par la population, connaîtra lui aussi le même sort. On trouverait là l’origine de l’expression « la mauvaise foi des Couchois » Depuis, la tradition se perpétue et à travers tous les siècles, il en reste périodiquement l’organisation d’une fête grandiose. »

Source : https://www.mairie-couches.fr/la-legende-de-la-vivre

La dernière fête a eu lieu en 2021.

Voir aussi : https://val-suran.net/legende-de-la-vouivre/

Les serpents en Corse

En Corse, pour enchanter le serpent afin qu’il ne puisse se poser sur l’agriculteur pendant les travaux des champs, dans le Fiumorbu, on adresse une prière à Saint Pierre.

Globalement, le serpent ne semble pas si redoutable, comme en Afrique du Nord, où la peau du serpent est un porte-bonheur. Un reptile peut être l’ami du foyer, ce qui est le cas de la Couleuvre en Corse.

A Serra di Scopamena, une couleuvre vient annoncer, la veille, à la maîtresse de maison, l’arrivée d’un membre de la famille. Elle a fini par en faire partie. Et on ne manque jamais de donner de ses nouvelles aux absents.

Ajoutons que certains auteurs estiment que les Corses sont des descendants des Atlantes et que l’île était sous la protection de la déesse Méduse (femme-serpent), déesse ressemblant étrangement à Naga Kanya (déesse des serpents dans l’hindouisme).

Ce sont les quelques témoignages et dires que l’on peut trouver des traditions corses.

Comme de nombreuses traditions, elle est essentiellement orale. Et surtout le chamanisme corse est aujourd’hui réduit très souvent à la spécialité des voyantes, éventuellement quelques guérisseuses.

Les mazzeris, (hommes et femmes) ont perdu de leur superbe, et avec, une partie de la tradition chamanique locale.

Le lien avec les esprits des serpents n’est certainement plus ce qu’il avait pu être en des temps plus reculés et tel qu’on le trouve aujourd’hui dans l’hindouisme et le Népal.

En conclusion, on reconnaît à travers ces trois traditions (népalaise, franc-comtoise et corse) la puissance du serpent. Chez les népalais, les nagas sont honorés plusieurs fois par semaine. Et l’on fait attention à ne pas les courroucer. En Franche-Comté, on reconnaît la force de la Vouivre tout en la craignant et parfois en la combattant. Enfin en Corse, on peut aller jusqu’à accueillir un serpent comme le membre d’une famille. On lui reconnaît alors un caractère de protection.

Vous avez encore des questions ou des remarques sur cet article ? Posez-les en commentaires, j’y répondrai avec plaisir.

Bien à vous,

Émilie Laure

Abonnez-vous à ma page Facebook pour suivre la publication d’articles sur le blog, les annonces d’atelier, de formation, de vente sur les salons : www.facebook.com/emilie.reiki/

Ou retrouvez-moi sur Twitter : https://twitter.com/ReikiEmilie

Ou sur Instagram : https://www.instagram.com/emiliemondoloni/

Découvrez votre voie

Vous êtes de plus en plus nombreux à remettre en question votre vie, vos schémas, les orientations choisies plus jeunes, que ce soit par vous ou par votre famille. Et dans cette remise en cause, la question de qui vous êtes ou plus exactement, la voie qui est la vôtre se pose.

Dans cet article, je vous propose de vous donner quelques pistes afin de prendre la direction de votre voie. Comment le travail personnel y contribue ? Pourquoi développer une véritable hygiène de vie ? Ou encore vous autorisez-vous vraiment à ce changement ?

Travaillez sur vous

J’entends souvent lors de rencontres : « Toi tu sais ce que tu veux faire, moi je ne sais pas ». C’est une phrase que j’entends et que j’ai prononcée en début de mon parcours spirituel, à « mon réveil ». Derrière cette affirmation se cache la question de qui vous êtes réellement et quelle est votre « mission » ou plus simplement votre voie. Je ne crois pas en effet que nous ayons une seule mission à accomplir sur cette terre, mais plutôt de nombreux challenges à relever.

Le seul moyen qui m’a été vraiment utile et efficace à ce jour pour trouver ma voie, a été de travailler sur moi. Que cela signifie-t-il ? C’est d’abord arrêter de chercher la solution à l’extérieur de soi et retourner à l’intérieur de soi.

Oui c’est inconfortable, mais c’est la méthode la plus efficace. De nombreuses techniques peuvent vous accompagner en ce sens : reiki, chamanisme, médecine symbolique etc.

Ces méthodes ont pour objectif de lever les voiles de l’oubli, de vous aider à modifier vos programmations erronées et à vous reconnecter à votre véritable être.

Voir aussi : https://emilie-m.net/la-voie-de-votre-coeur/

Également : https://emilie-m.net/vous-liberer-de-vos-memoires-familiales/

Développez votre hygiène de vie

En outre et en parallèle de ce travail qui vous accompagne toute votre vie, c’est une véritable hygiène de vie que vous pouvez et devriez mettre en place. De la même manière que vous vous brossez les dents tous les jours, plusieurs fois par jour, vous pouvez pratiquer une discipline pour vous nettoyer de votre quotidien, vous ancrer ou rééquilibrer vos énergies : Do In, Qi gong, yoga, méditation, reiki, sophrologie etc.

Cette hygiène de vie est devenue indispensable dans le monde dans lequel nous vivons. Depuis de nombreuses années, le stress a gagné de nombreuses sphères de votre vie. Pour tenir le cap et réduire sa présence au quotidien, ces exercices peuvent vous aider à prendre davantage de recul et surtout à redevenir acteur de votre vie.

Par ailleurs, en étant plus présent à votre vie, il devient plus facile pour vous d’aller à la rencontre de vous-même.

Voir aussi : https://emilie-m.net/la-gestion-du-stress-avec-la-lithotherapie/

Autorisez-vous au changement

Vous voulez tous voir arriver le changement dans votre vie sans bouger le petit doigt, sans sortir de votre zone de confort ou simplement sans vraiment vous y autoriser. Vous pouvez peut-être penser ne pas le mériter. En vérité, la nature ne se pose certainement pas cette question et change tout au long de l’année. Elle s’autorise à suivre le flot de la vie.

Le changement est inhérent à la vie. Autorisez-vous juste à vivre et vous vous autoriserez ainsi à vivre. Dès lors, le changement s’invitera dans votre quotidien.

Sortir de votre zone de confort deviendra votre sport régulier.

Voir aussi : https://emilie-m.net/devenez-votre-propre-maitre/

En conclusion, découvrir votre voie demande un engagement. Cela passe d’abord par l’engagement de travailler sur vous-même, de chercher les blocages, les programmations limitantes. C’est ensuite développer votre hygiène de vie pour maintenir vos énergies, vos objectifs. Enfin, c’est vous autoriser à changer au quotidien, à la seconde pour aller vers la meilleure version de vous-même.

Vous avez encore des questions ou des remarques sur cet article ? Posez-les en commentaires, j’y répondrai avec plaisir.

Bien à vous,

Émilie Laure

Abonnez-vous à ma page Facebook pour suivre la publication d’articles sur le blog, les annonces d’atelier, de formation, de vente sur les salons : www.facebook.com/emilie.reiki/

Ou retrouvez-moi sur Twitter : https://twitter.com/ReikiEmilie

Ou sur Instagram : https://www.instagram.com/emiliemondoloni/

La voie de votre cœur

Dans cet article, je souhaite vous parler de la voie du cœur, de la voie de votre cœur. Et j’ai bien utiliser le terme voie alors que j’aurais pu aussi écrire voix. La voie, c’est le cheminement, l’axe, la direction que vous suivez ou que vous cherchez à suivre. La voix, c’est celle que vous entendez.

Dans cet article, je souhaite donc plutôt évoquer le chemin du cœur, sans exclure les messages ni la mélodie de votre cœur. Finalement je crois que l’un et l’autre sont indissociables.

C’est aussi l’occasion de continuer à démystifier les praticiens dans le bien-être et rappeler que nous sommes tous en chemin. Rappelez-vous que les professionnels installés en cabinet, restent des êtres humains, qui poursuivent leur cheminement. Ils expérimentent comme vous leur incarnation sur terre. C’est ce qui fait sens à votre vie.

Le cœur, le foyer de votre âme

Votre cœur constitue le foyer de votre âme. Au quotidien, vous êtes nombreux à suivre une représentation mentale de ce que devrait être votre vie. Et souvent cela génère chez vous de la frustration, de la colère ou de la tristesse parce que votre quotidien correspond à peu d’égards à ce qui vous appelle au plus profond de votre être.

Vous avez sans doute oublier qu’une vie plus joyeuse repose sur l’écoute de votre cœur pour reconnaître votre chemin, le chemin de votre âme et donner ainsi un sens à votre vie.

Prendre le chemin de votre cœur, c’est aussi vous rendre plus libre, libre d’être vous-même, libre de vous découvrir et libre de vivre en parfait accord avec celui ou celle que vous êtes. Suivre la voie de votre cœur, c’est tout simplement être.

Voir aussi : https://emilie-m.net/conquerir-votre-liberte/

Savoir écouter votre cœur

Pour trouver votre voie, il faut redevenir capable d’écouter votre cœur et l’ouvrir ainsi à ce qui le fait vibrer : observer les nuages ou les étoiles dans le ciel, mettre les mains dans la terre, chanter, goûter le parfum de la nature.

Savoir écouter votre cœur, c’est redevenir sensible, tel l’enfant qui s’émerveille devant le papillon ou la libellule. Savoir écouter votre cœur, c’est vous moquer du regard des autres et du qu’en dira-t-on pour accueillir ce contentement intérieur lorsque vous aurez accompli ce qui trottait dans votre cœur depuis des jours voire des semaines : cette chanson que vous vouliez chanter pour celui ou celle que vous aimez, ce poème ou cette lettre que vous aviez envie d’écrire.

Écouter votre cœur, c’est aussi tout simplement vous rendre compte du fossé entre vos valeurs et ce que vous vivez au quotidien. Pouvez-vous rester dans un milieu qui n’est pas en accord avec vos valeurs ?

Oui la peur de perdre un emploi, l’insécurité financière, la peur du regard des autres peuvent vous contraindre à des choix. La question essentielle est de savoir combien de temps pourrez-vous tenir encore en ignorant vos vraies valeurs et la voix/voie de votre cœur ?

La vie se chargera de vous exprimer ce fossé par des maladies, un burn-out, un accident ou que sais-je encore…

Voir aussi : https://emilie-m.net/le-tambour-pour-se-connecter-a-soi/

Vous autoriser des expériences pour bien comprendre la voie de votre cœur

Nous sommes tous perfectibles. Vous pouvez suivre une voie initiatique depuis plusieurs années et vous trouver encore confrontés à vos propres limites, vos schémas erronés, vos peurs.

Ceux-ci vous semblent alors parfois plus forts que la voie – et voix – de votre cœur.

Récemment j’en ai fait l’expérience. J’ai suivi un élan de mon cœur en envoyant un cadeau d’anniversaire à une personne qui m’est chère. J’avais juste envie de lui offrir ce cadeau. A la suite de ce geste, nous avons finalement échangé. Mais l’échange a mal tourné. Au lieu d’être dans les cœurs, nous avons laissé parler nos egos, nos mémoires, moi y compris. Si j’ai été déçue de mon comportement, de ma réaction, j’ai compris que celle-ci était nécessaire pour nous deux et pour moi afin de poursuivre mon évolution.

Cette expérience, toutes ces expériences, si elles sont non seulement comprises, mais aussi accueillies avec toute la valeur qu’elles ont pour notre cheminement, doivent recevoir beaucoup d’amour pour être transmutées.

Il existe de nombreuses pratiques pour vous accompagner dans la transmutation de schémas et croyances erronés : PNL, médecine symbolique (Rose et Gilles Gandy), chamanisme, reiki etc.

Il vous appartient de réaliser ce travail pour vous alléger et vous rapprocher au quotidien de la voie de votre cœur.

En conclusion, la voie du cœur réside dans l’accès au foyer de votre âme, à votre être profond. Pour suivre la voie de votre cœur, la clé d’accès réside dans votre capacité à écouter votre cœur et à savoir reconnaître sa voix. Suivre la voie de votre cœur, c’est aussi comprendre que vous vous autorisez à expérimenter, qu’il n’y a pas d’erreurs, que tout est apprentissage et que vous avez le droit de vous aimer en toute circonstance.

Vous avez encore des questions ou des remarques sur cet article ? Posez-les en commentaires, j’y répondrai avec plaisir.

Bien à vous,

Émilie Laure

Abonnez-vous à ma page Facebook pour suivre la publication d’articles sur le blog, les annonces d’atelier, de formation, de vente sur les salons : www.facebook.com/emilie.reiki/

Ou retrouvez-moi sur Twitter : https://twitter.com/ReikiEmilie

Ou sur Instagram : https://www.instagram.com/emiliemondoloni/

Symbolique : ce que les animaux disent de vous

Dans ce nouvel article, je vous propose une réflexion sur la symbolique des animaux. Qu’il s’agisse de votre animal de compagnie, d’un animal de force ou d’un animal que vous voyez apparaître régulièrement devant vous ou en rêve, celui-ci est porteur d’une symbolique.

Quel est le sens général de cette symbolique ? Que vous indique-t-il de vos qualités et de vos distorsions ? Comment maîtriser l’énergie de votre animal ?

Voir aussi : https://emilie-m.net/le-symbole-de-loeuf-du-chaos-a-lorganisation/

L’animal, votre partie instinctive

Quel que soit la manière dont l’animal, dont un animal se présente à vous, celui-ci représente votre partie instinctive. L’animal représente votre manière de vous comporter de manière instinctive face aux événements quotidiens ou exceptionnels, sans réflexion.

Par exemple, le loup est un animal important pour moi. Or le loup est un animal méfiant et tout à la fois attaché à son clan. De manière instinctive, si je ne connais pas les personnes, je les observe d’abord avant de m’approcher. En outre, je suis très attachée aux membres de ma famille, quelle que soit la définition et les contours que je donne au terme « famille ».

Les qualités de votre animal

Pour bien comprendre le symbole de l’animal qui se présente à vous, il faut s’intéresser aux qualités de cet animal. Si l’animal qui se présente à vous en rêve ou dans la matière est calme, regardez ou intéressez-vous aux qualités de l’animal. Observez-le dans la nature.

Si je reprends l’exemple du loup, c’est d’abord un animal qui sait vivre en groupe. Autre qualité, il est fidèle.

C’est un animal qui a le sens de la hiérarchie. Le loup respecte chaque membre de son clan, y compris les anciens.

Lorsque vous prenez conscience des qualités de l’animal qui se présente à vous, rappelez-vous que celui-ci est une représentation de vous.

Les distorsions de votre animal

Et il peut s’agir d’une représentation dans le moins. Si l’animal est agité ou agressif, il vous montre que vous agissez plutôt dans les défauts ou les distorsions de l’animal.

Si un cheval se cabre ou refuse que vous le montiez, il vous montre des défauts qui s’expriment actuellement en vous : refus de s’ouvrir l’amour, refus de coopérer etc.

Si vous trouvez régulièrement le même animal écrasé, cela peut signifier que vous n’arrivez pas à vous appuyer sur l’énergie de cet animal : quelque chose peut l’empêcher de s’exprimer pleinement dans la matière.

Maîtriser l’énergie de votre animal

Pour maîtriser l’énergie de l’animal, il est nécessaire d’être dans les qualités de celui-ci. Si tel n’est pas le cas, il vous appartient de travailler les distorsions afin de les transmuter en qualités.

Prenons l’exemple d’un animal blessé qui se présente à vous. Il s’agit d’un loup blessé sur son flanc gauche. Le côté gauche représente le côté masculin. Si le loup est votre animal tutélaire, cela signifie que votre partie instinctive masculine est blessée. Quand un animal est blessé, il peut devenir agressif. C’est le cas par exemple du loup.

La partie masculine représente – quelle que soit votre polarité (féminine ou masculine) – votre capacité à avancer dans la vie ou à matérialiser vos idées. Une blessure à ce niveau dénote une difficulté à matérialiser les choses, ou à le faire dans la douleur et du coup l’agressivité.

Les éléments qui peuvent bloquer cette énergie peuvent être en lien avec une blessure de l’enfance, réactivée par différents événements de votre vie. Il peut s’agir aussi d’une mémoire familiale.

Voir sur le sujet : https://emilie-m.net/vous-liberer-de-vos-memoires-familiales/

Différentes techniques vous permettent de transmuter les fausses croyances ou les programmations : reiki, PNL, chamanisme, constellation, techniques comportementales etc.

En conclusion, l’animal est une représentation instinctive de vous. S’il se présente de manière apaisée, il vous montre les qualités que vous maîtrisées. En revanche, s’il se présente de manière agressive ou dans un lieu inapproprié, il vous montre que vous développez plutôt les distorsions de cet animal. Il vous appartient d’apprendre à maîtriser ces parts instinctives. Grâce à des outils de transmutation, vous pourrez transformer vos distorsions en qualités, pour revenir à une meilleure version de vous-même.

Vous avez encore des questions ou des remarques sur cet article ? Posez-les en commentaires, j’y répondrai avec plaisir.

Bien à vous,

Émilie Laure

Abonnez-vous à ma page Facebook pour suivre la publication d’articles sur le blog, les annonces d’atelier, de formation, de vente sur les salons : www.facebook.com/emilie.reiki/

Ou retrouvez-moi sur Twitter : https://twitter.com/ReikiEmilie

Ou sur Instagram : https://www.instagram.com/emiliemondoloni/

Vous libérer de vos mémoires familiales

Dans le travail personnel qui vous anime, vous êtes confrontés à des charges émotionnelles, des croyances, bref d’une manière générale des informations qui contraignent votre cheminement.

Les mémoires familiales sont des informations issues de vos lignées. Celles-ci peuvent bloquer ou limiter votre avancement. Pourtant vous pouvez vous en libérer.

Vos lignées vous transmettent un héritage

Tout est information. Grâce à la psychogénéalogie, les scientifiques ont prouvé l’impact des traumas de vos lignées sur vous et votre famille. Les maladies qui se répètent, les événements, ne sont que la matérialisation d’une information au sein de la lignée.

De la même manière, des familles dont les membres sont doués dans un domaine ou qui réussissent à leur manière recueillent le fruit d’un héritage familial.

Vous êtes tous porteurs d’un héritage : des informations positives comme des informations plus bloquantes. Quelles sont les informations bloquantes issues de vos lignées ?

Voir aussi : https://emilie-m.net/symbolisme-du-6-le-chiffre-de-la-famille/

Les mémoires bloquantes de vos lignées

Ces informations bloquantes peuvent être des fausses croyances que les membres de votre famille se transmettent de génération en génération. Celles-ci peuvent porter sur l’argent, la famille, la vie de couple par exemple.

Il peut s’agir de mémoires d’événements traumatiques : guerre, abandon etc.

Ces mémoires génèrent des informations erronées sur le déroulement de la vie et vous empêchent malgré votre volonté de mettre en place certains de vos projets.

J’ai constaté par exemple la prédominance dans une partie de mon arbre généalogique de nom de famille correspondant à des prénoms. Cela signifie que beaucoup de mes ancêtres ont vécu un abandon. Et c’est la raison pour laquelle la blessure d’abandon est très présente et active dans ma famille. En travaillant progressivement à la fois sur vos mémoires personnelles et les mémoires collectives de votre famille, vous pouvez progressivement vous libérer de ces charges émotionnelles négatives.

Voir : https://emilie-m.net/symbolique-de-leau-et-si-vous-vous-interessiez-a-vos-emotions/

Vous défaire de vos mémoires familiales

Vous êtes incarné pour vivre votre spiritualité dans la matière. Se rapprocher au plus près de l’être divin que vous êtes passe par le fait de vous libérer de vos mémoires sclérosantes : les vôtres et celles de vos ancêtres.

Plusieurs outils sont à votre disposition : reiki, chamanisme, PNL, constellation familiale, etc. Tous ces outils vous proposent des accompagnements pour des libérations progressives.

Il est essentiel que vous compreniez que cette libération ne peut pas être complète en une seule séance.

Vous avez toute la vie pour évoluer, évoluer progressivement à votre rythme, pour avancer sur la voie de votre cœur et de l’être divin que vous êtes.

Pour en savoir plus : https://emilie-m.net/le-reiki-usui-pour-le-traitement-des-troubles-emotionnels/

En somme, les mémoires familiales sont nombreuses tant positives que négatives. Les mémoires négatives sont transmises de génération en génération tant qu’aucun membre de la famille ne les transmutent. Pour vous libérer de ces charges, il existe de nombreux outils vous permettant progressivement de découvrir votre vrai potentiel et pour suivre la voie de votre cœur. Alors je vous encourage vivement à suivre cette voie, la vôtre.

Vous avez encore des questions ou des remarques sur cet article ? Posez-les en commentaires, j’y répondrai avec plaisir.

Bien à vous,

Émilie Laure

Abonnez-vous à ma page Facebook pour suivre la publication d’articles sur le blog, les annonces d’atelier, de formation, de vente sur les salons : www.facebook.com/emilie.reiki/

Ou retrouvez-moi sur Twitter : https://twitter.com/ReikiEmilie

Ou sur Instagram : https://www.instagram.com/emiliemondoloni/

Dans l’œuf, il y a ce qu’il y a à naître…

Cette année 2023 est porteuse d’énergies particulières. Vous avez peut-être l’impression de ne pas avancer, de faire du sur-place. De manière universelle, je remarque que beaucoup de projets sont en état de gestation, tel l’œuf que vous couvez.

Vous savez à quel point, j’aime les symboles et ce qu’ils nous révèlent du chemin que vous suivez.

Aussi je vous propose aujourd’hui de revenir sur la symbolique de l’œuf.

Au-delà de l’œuf, il y a celle qui couve cet œuf : la poule ou la papesse (dans le jeu de tarot de Marseille). Que nous enseigne l’ensemble de ces symboles ?

L’importance de l’attente

Comme toute gestation, celle de l’œuf requiert de la patience, d’être prêt à attendre. Dans le monde actuel, la société dite « moderne » vous habitue à obtenir tout, tout de suite. Elle est à contre-courant du rythme réel de la vie.

Observez la nature. Le rythme des saisons vous enseigne à attendre : le bon moment pour planter la graine, le bon moment pour récolter, le bon moment pour tailler votre arbre, votre haie etc.

Il en est de même avec votre œuf. Celui-ci représente un projet à venir, quelque chose qui viendra à naître. Il peut s’agir d’un projet personnel, intime et/ou professionnel. Qu’est-ce qui vous fait vibrer mais que vous ne pouvez pas concrétiser actuellement ?

Voir aussi : https://emilie-m.net/lattente-nourrit-la-patience/

L’importance du lâcher-prise

Le principal barrage ou frein à vos projets est votre besoin de contrôle : déterminer à la minute près le timing exact, déterminer avec qui etc.

Plus vous cherchez à contrôler la situation, plus vous fermez le champ des possibles.

Lâchez-prise, c’est vous offrir la possibilité de sentir. Et quand vous couvez un œuf, c’est primordial de sentir plutôt que de réfléchir seulement en fonction de ce que font les autres, de la moyenne du marché, des personnes qui vous entourent etc.

Ce qui compte, c’est ce que vous sentez dans le cœur. Pour être dans le cœur, vous devez lâcher-prise, accepter de perdre le contrôle pour obtenir la pleine capacité à percevoir les signes autour de vous.

Pour aller plus loin : https://emilie-m.net/perdre-le-controle-pour-cheminer-dans-le-bonheur/$

Quand arrêter de couver son œuf ?

Ces signes, qu’il s’agisse d’une rencontre avec un spécialiste, un partenaire potentiel ou un article de presse, vous orienteront sur la manière d’avancer : ai-je assez d’idées, d’informations pour concrétiser mon projet ? Ai-je assez de diplôme, d’expérience pour tel emploi ?

La situation peut ne jamais être parfaite aux yeux de votre mental. Cela importe peu finalement.

Ce qui importe le plus, c’est que la situation soit parfaite pour l’univers et pour votre âme.

La papesse nous enseigne par sa sagesse. Doit-elle rester dans ses livres ? Ou bien doit-elle accepter de transmettre, sortant ainsi de sa tour ? L’œuf pourra alors éclore.

Cette éclosion ne correspondra pas toujours à vos attentes. Apprenez ainsi à être sans attente. Lorsque vous serez sans attente, vous sentirez de moment d’arrêter de couver votre œuf.

Autrement dit, vous devez apprendre à vous reconnecter à vous-même, à votre être profond pour avancer avec sérénité sur votre chemin.

Voir aussi : https://emilie-m.net/le-symbole-de-loeuf-du-point-de-vue-de-a-jodorowsky-suite/

En conclusion, comme toute gestation, celle de votre œuf requiert de la patience. Celle-ci requiert aussi du lâcher-prise afin de permettre à l’univers de vous apporter les meilleurs conseils et la meilleure aide. Enfin la vie requiert de s’incarner dans la matière. Apprenez à sentir le moment où il faut arrêter de couver votre œuf.

Vous avez encore des questions ou des remarques sur cet article ? Posez-les en commentaires, j’y répondrai avec plaisir.

Bien à vous,

Émilie Laure

Abonnez-vous à ma page Facebook pour suivre la publication d’articles sur le blog, les annonces d’atelier, de formation, de vente sur les salons : www.facebook.com/emilie.reiki/

Ou retrouvez-moi sur Twitter : https://twitter.com/ReikiEmilie

Ou sur Instagram : https://www.instagram.com/emiliemondoloni/

Recevoir une initiation au Reiki Usui

Le Reiki Usui est une méthode holistique de traitement par imposition des mains. C’est aussi une méthode de développement personnel en suivant une voie initiatique. L’une des particularités de cette méthode est que la possibilité de réaliser des traitements énergétiques avec les mains résulte d’initiations reçues au cours de la formation.

Mais en quoi consiste exactement une initiation ? Pourquoi recevez-vous des initiations à chaque degré ?

Ouvrir un canal grâce aux initiations

Lors du stage de premier degré de Reiki, vous recevez quatre initiations. Ces initiations consistent en la transmission d’une forte quantité d’énergie. Cette quantité d’énergie est nécessaire pour vous permettre de canaliser l’énergie universelle.

L’ouverture de votre canal reiki est faite pour la vie. Même si vous ne pratiquez plus pendant plusieurs années ou mois, vous pouvez à tout moment reprendre les auto-traitements et traitements sur autrui.

A chaque degré de Reiki, des initiations différentes

Si vous souhaitez poursuivre votre expérience et votre développement personnel avec le Reiki Usui, vous recevrez à chaque degré plusieurs initiations.

A chaque fois, ces initiations vous donnent le taux vibratoire nécessaire pour utiliser les méthodes transmises. Celles-ci vous permettent aussi d’avancer sur votre chemin personnel. Plus votre taux vibratoire augmente, plus vos schémas erronés, vos blocages sont susceptibles d’être dépassés.

Voir aussi : https://emilie-m.net/la-maitrise-de-reiki-pour-quoi-faire/

Et aussi : https://emilie-m.net/reiki-comment-puis-je-pratiquer-avec-mon-premier-degre/

Le Reiki pour les enfants

Les enfants peuvent recevoir du reiki, et ce dès leur naissance. Il n’y a aucune limite d’âge pour pratiquer le reiki sur autrui. Il s’agit juste d’adapter la durée des séances en fonction de l’âge, de la fatigue de la personne.

Pour ce qui est des initiations, les enfants peuvent débuter leur chemin sur la voie du Reiki Usui dès 8-9 ans. Simplement, ils seront uniquement initiés au premier degré et non pas de manière complète. Ils recevront une ou deux initiations. Celle-ci leur ouvrira le canal afin ensuite de pratiquer sur eux-mêmes ou sur autrui.

Si vos enfants souhaitent s’initier au Reiki, cela est possible à condition que l’un des deux parents soit initié au moins au premier degré. Cela permet ainsi d’accompagner votre enfant dans sa pratique.

Voir aussi : https://emilie-m.net/le-reiki-pour-les-enfants/

S’initier au Reiki sans limite d’âge

Enfin quel que soit votre âge, vous pouvez recevoir des initiations au Reiki. Je me rappelle avoir suivi un stage avec une stagiaire qui avait un peu plus de 80 ans. Je passais alors mon troisième degré. J’ai encore un excellent souvenir de ce stage et surtout un immense respect pour cette dame qui a prouvé ainsi qu’il n’y a pas d’âge pour suivre une voie spirituelle et de développement personnel.

Les seules limites, c’est vous qui vous les mettez. Alors autorisez-vous à suivre la voie qui vous inspire et vous appelle, qu’il s’agisse du Reiki Usui ou d’une autre voie.

En conclusion, les initiations au Reiki consistent en la transmission d’une forte quantité d’énergie. Celle-ci ouvre votre canal Reiki. Ces initiations sont nécessaires tout au long de votre chemin, au cours des différents degrés de Reiki. Et si vos enfants souhaitent être initiés au Reiki dès l’âge de 8-9 ans, cela est possible. Enfin il n’y a pas de limite d’âge pour être initié en tant qu’adulte.

Vous avez encore des questions ou des remarques sur les initiations de Reiki ? Posez-les en commentaires, j’y répondrai avec plaisir.

Bien à vous,

Émilie Laure

Abonnez-vous à ma page Facebook pour suivre la publication d’articles sur le blog, les annonces d’atelier, de formation, de vente sur les salons : www.facebook.com/emilie.reiki/

Ou retrouvez-moi sur Twitter : https://twitter.com/ReikiEmilie

Ou sur Instagram : https://www.instagram.com/emiliemondoloni/

Enseigner, écouter

Je considère comme d’autres qu’il n’y a pas d’enseignants sans élèves. Cela fait plus de 20 ans à présent que je suis, dans le monde ordinaire, une formatrice.

Et plus le temps passe, plus il me paraît évident que vous ne pouvez pas enseigner quelqu’un qui n’est pas prêt à vous écouter.

Il m’apparaît essentiel aussi de développer la qualité d’écoute ; non pas celle et seulement de l’écoute de soi au sens égotique du terme, mais bien l’écoute de l’autre, de ses besoins, de ses questions.

Et en cela, chacun d’entre vous devient l’enseignant de l’autre.

Enseigner, transmettre une expérience

Pour devenir enseignant au sens premier du terme, celui qui enseigne, vous devez accepter de devenir transmetteur, passeur d’une information.

Et cette information, si elle peut parfois être théorique, est d’abord tirée de votre expérience. C’est cela que la plupart de vos élèves attendent : le récit, le partage d’une expérience.

Pourquoi ? Parce que votre expérience est vécue à travers des émotions et non pas un simple calcul mathématique.

C’est aussi au regard des émotions générées par votre expérience que vos « élèves » cerneront mieux la conclusion à retenir, les choix qu’ils pourront faire ou comment éviter une conclusion désagréable à un problème.

Votre expérience a de la valeur et elle a de la valeur lorsque vous comprenez que celle-ci constitue d’abord un enseignement pour vous et ensuite pour les autres.

Voir aussi : https://emilie-m.net/le-chamanisme-lexperience-de-soi/

Écouter les besoins de l’autre

Enseigner c’est aussi savoir écouter les besoins de l’autre. Trop souvent, vous cherchez à anticiper les besoins de l’autre. Vous pensez qu’il est indispensable de savoir ceci ou cela alors même que l’autre n’a pas besoin de ces informations.

Je suis de plus en plus surprise par les personnes que je croise au cours de formations ou non. En effet, leurs besoins ne sont pas toujours ceux que j’aurais imaginés.

C’est pour cette raison que j’apprends de plus en plus à écouter d’abord, avant de proposer des enseignements et/ou pour adapter mes enseignements.

Une information ne peut atteindre que la personne intéressée par celle-ci.

Enseigner : une rencontre

Enfin, enseigner c’est rencontrer un formateur, une personne, une expérience, des émotions.

Et c’est souvent pour cette raison que vous choisissez les personnes dont vous avez besoin.

Oui vos amis, les personnes avec lesquelles vous rentrez en conflit, votre famille, vos formateurs etc., toutes ces personnes sont vos enseignants.

Simplement, vous n’êtes pas toujours disposé à voir en l’autre, tous les autres, un enseignant.

Et vous-même êtes l’enseignant d’autrui.

Rappelez-vous que vous semez des graines. N’attendez-pas que celles-ci germent. D’ailleurs peut-être ne les verrez-vous jamais germer.

Un enseignant est juste un semeur. Il ne récolte pas.

Voir aussi : https://emilie-m.net/peut-on-changer-denseignant-reiki/

En conclusion, enseigner est le quotidien de chacun d’entre vous. Ne cherchez pas à enseigner l’autre. Soyez vous-même. Transmettez vos expériences, vous êtes déjà un enseignant. Enseigner, c’est écouter les besoins des autres. Enfin enseigner, c’est rencontrer l’autre. L’autre que vous rencontrez comporte de multiples visages. Qu’ils vous soient agréables ou non, ces visages vous enseignent tous.

Vous avez encore des questions ou des remarques sur cet article ? Posez-les en commentaires, j’y répondrai avec plaisir.

Bien à vous,

Émilie Laure

Abonnez-vous à ma page Facebook pour suivre la publication d’articles sur le blog, les annonces d’atelier, de formation, de vente sur les salons : www.facebook.com/emilie.reiki/

Ou retrouvez-moi sur Twitter : https://twitter.com/ReikiEmilie

Ou sur Instagram : https://www.instagram.com/emiliemondoloni/