Souffrance animale, souffrance humaine

Sommes-nous si différents des autres animaux ? Nombreux sont ceux d’entre nous à le croire et à construire une représentation pyramidale des êtres vivants avec à leur tête les êtres humains que nous sommes.

Nombreux sont encore les travaux qu’ils soient scientifiques ou tirés d’expériences médiumniques, je pense notamment aux canalisations des cercles d’Allan Kardec, à justifier la supériorité de l’être humain.

Aujourd’hui force est de constater que ces discours volent en éclats sous la présentation de nouveaux travaux de scientifiques, des neuro-scientifiques notamment, qui montrent non seulement la sensibilité des animaux, mais aussi leur conscience. Oui une conscience à part entière.

Alors bien sûr, nous pouvons rester dubitatif si nous le souhaitons. Toutefois, la véritable rigueur scientifique consiste au bas mot à s’ouvrir à ces nouveaux résultats à défaut de totalement les accepter.

Quant aux médiums qui croient encore des écrits datant de plusieurs années, je leur dis ceci : pensez-vous réellement que l’on vous dit toujours LA vérité ? Ou bien ne vous communique-t-on pas ce que vous êtes en mesure d’accepter, notamment afin de ne pas vous brusquer ?

En vérité, il faut être non seulement extrêmement intelligent, mais en plus être maître dans l’amour inconditionnel afin d’accepter d’accompagner les êtres que nous sommes.

Et qui a décrété que la maîtrise de la parole était une preuve d’intelligence supérieure ? C’est nous, êtres humains, évidemment ! Cela devient vite plus confortable pour nous de penser cela.

Kira

Amour inconditionnel et souffrance animale

Nous sommes si peu sûrs de nous qu’il nous faut faire endurer tant et tant de souffrances aux animaux pour nous prouver une fois de plus « qu’ils sont bien bêtes d’endurer cela ».

Et vous, avez-vous remarqué l’accroissement du développement de certaines pathologies dans nos sociétés humaines concomitamment à la consommation de certains produits en excès ? Viande, poisson, certaines céréales génétiquement modifiées etc.

Avez-vous constaté le changement de modes de production et d’égards que nous avons vis-à-vis de la vie ? Comment traitons-nous les animaux ? Les sols ? Les semences ?

Et les animaux grandissent, grossissent et meurent prématurément au regard de leur véritable durée de vie. Ils meurent dans d’atroces souffrances. Ils vivent dans d’atroces souffrances… pour un bon nombre d’entre eux.

Ils l’acceptent comme une expérience qu’ils doivent vivre et que nous devons vivre, comme pour mieux comprendre toutes les facettes de la création.

Le lien qui nous unit

L’une des facettes de la création, c’est ce lien qui nous unit et qui pour certains n’est pas tangible. Pourtant lorsque vous mangez la viande d’un animal qui a souffert, le lien est tout à fait palpable. Tout au long de sa vie et bien sûr au moment de sa mort, le stress généré par son transport à l’abattoir mais aussi par les conditions de son exécution libère des toxines dans le corps de l’animal. Où se retrouvent-elles à votre avis ces toxines ? Dans votre corps, vos cellules bien sûr ! Et pensez-vous que cela puisse réellement vous apporter un mieux-être et vous rassasier dans ces conditions que de manger de la viande ? Assurément non !

Mais si vous aimez cet animal qui se présente face à vous, tout devient différent. Avez-vous pensé seulement à le regarder droit dans les yeux ? Avez-vous seulement cherché à l’écouter ? A l’observer avant de tirer toute conclusion sur sa prétendue conscience ?

Chloé

Et finalement avez-vous pris le temps aujourd’hui de vous écouter ? De vous observer ? Et de vous demander si vous étiez vous-même conscient ?

La Terre est notre école. Et les meilleurs manuels sont autour de nous et face à nous quotidiennement. Émerveillez-vous quotidiennement comme l’enfant que vous étiez à la sortie du ventre de votre mère. Contemplez la vie. Soyez présent à la vie. Et le livre s’ouvrira progressivement à vous.

Alors de souffrance il n’y en aura progressivement plus. Il y aura juste des expériences et des prises de conscience… pour tous les êtres de la création, à égalité.

Je vous souhaite une belle journée en conscience.

Bien à vous,

Émilie Laure

Une réflexion sur « Souffrance animale, souffrance humaine »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.