La médiumnité, pour quoi faire ?

Aujourd’hui je souhaite vous faire part d’une réflexion sur la médiumnité.

Il est clair que de plus en plus de personnes s’intéressent à la médiumnité : fascination pour les uns, recherche de réponses pour les autres, les raisons sont multiples pour justifier l’intérêt pour la médiumnité.

Les stages que je propose me permettent de découvrir les motivations profondes, mais aussi les doutes qui nous habitent tous lorsqu’il s’agit de parler de médiumnité. Certains voient encore cela comme un pouvoir ou comme un don.Et je crois qu’il est indispensable de rappeler qu’il s’agit d’abord d’un sens, un sens subtil certes, mais bien d’un sens.

Ensuite il s’agit de rappeler aussi que medium est un terme latin signifie milieu, intermédiaire. Autrement dit, la médiumnité est un sens permettant de faire le lien entre deux espaces ou deux êtres. Medium a donné aussi médiateur par exemple. Et c’est bien le rôle de médiateur que de pacifier les relations entre deux personnes.

Deux mots émanant d’une même racine !

Un sens oublié

Pour de nombreuses raisons (éducation, société, peurs etc.) nous sommes nombreux à avoir oublié ce sens et à l’avoir nié. Toutefois, à la suite de certains événements, de prises de conscience ou d’un cheminement personnel, ce sens peut peu à peu se redévelopper. Et parfois il peut sembler qu’il le fait de manière anarchique sans qu’on puisse avoir la moindre maîtrise sur celui-ci.

De là peuvent naître des peurs. Et pour certains, ce sens peut devenir un calvaire s’il n’est ni compris ni maîtrisé. La médiumnité est une porte ouverte sur d’autres espaces parallèles à l’espace physique. Des espaces existent mais ne sont pas visibles avec nos yeux physiques. En revanche, certains d’entre nous les perçoivent de différentes façons (clair-ressenti, claire-audience, claire-voyance, certitudes s’imposant à soi etc.). Ils perçoivent aussi les êtres qui les habitent.

Alors à quoi sert ce sens ?

A faire le lien avec des êtres subtils pour mieux comprendre les buts de notre incarnation, à demander des conseils, à comprendre aussi par exemple que la vie se poursuit au-delà de notre incarnation physique, justement dans ces plans subtils. Et de fait, lorsqu’on arrive à maîtriser davantage ce sens, cela peut nous aider à mieux apprécier le moment présent. Tous les médiums ne sont pas la tête dans les étoiles.

Et il me semble qu’un médium équilibré émotionnellement (ce qui prend du temps et demande un travail constant) est un médium qui vit ou en tout cas qui s’attèle à vivre dans le moment présent.

Tu arrives à faire cela ?

Lors des stages que je développe, je parle des différentes expressions de la médiumnité. Et c’est fou les stéréotypes qui peuvent nous habiter. Le médium est comme ceci ou comme cela. Il reçoit les messages de telle manière. Un bon médium est ainsi.

Eh bien, j’ai envie de vous dire non. A mes yeux, il n’existe pas un médium parfait, un stéréotype ou un modèle auquel il faudrait parfaitement correspondre afin de pouvoir porter le titre de médium !! On peut très bien développer son sens de la médiumnité selon un aspect seulement (claire-voyance) et pas un autre. Cela n’enlève rien à la qualité du médium.

Donc inutile de fantasmer sur le médium voisin qui perçoit les êtres subtils de telle manière. Vous êtes parfait tel que vous êtes. Et si les autres expressions de la médiumnité doivent se développer, elles le feront à leur rythme.

Inutile de forcer les choses : sinon c’est à ce moment-là qu’on se met en danger émotionnellement. Il existe à mon avis un juste milieu entre se rendre à des stages et pratiquer la médiumnité en sécurité et le faire quotidiennement chez soi de manière frénétique avec des outils de type Oui-ja.

Évidemment c’est en pratiquant un sens qu’il se développe. Il n’y a pas de mystère. Nous avons appris à marcher en marchant. En revanche, allons-y à un rythme modéré.

Un sens de la vie quotidienne

Je souhaite terminer mon article sur une expérience qui m’est arrivée il y a déjà un moment de cela. Grâce à la perspicacité d’une amie, nous nous étions rendues compte que j’étais connectée malgré moi à des énergies basses et néanmoins très puissantes. Mon guide m’a alors conseillé pendant un temps de ne plus me connecter, le temps de comprendre d’où cela venait et de faire le travail adéquat pour couper les liens avec ces énergies.

J’ai alors pris rendez-vous avec une collègue pour mener ce travail. Et pendant plusieurs semaines, je ne pouvais plus réaliser la moindre séance énergétique ni recevoir de messages, à quelques exceptions près.

C’est à ce moment-là que j’ai pris conscience de la place que la médiumnité avait pris dans ma vie. C’est comme si en arrêtant de communiquer ainsi, on m’avait couper un bras. C’était très difficile à vivre. Il y a tout de même un être subtil avec lequel j’ai continué à échanger car je n’avais pas de doute sur son identité. Elle m’a été d’un grand secours. Et ma solution pour passer ce moment difficile ? Jardiner et travailler mon ancrage.

D’où venait le problème ? D’une partie de ma lignée familiale. Certains de mes ancêtres avaient passé des pactes pour être puissants. Et comme je ne respectais pas ce pacte, j’étais attaquée par ces énergies. Le travail a consisté à s’en libérer et briser les contrats passés par mes ancêtres.

Après cela, j’ai repris doucement et progressivement la médiumnité. Finalement j’étais en convalescence pendant quelques temps.

Aujourd’hui j’ai retrouvé ma confiance en moi, j’espère sans excès. Je fais de mon mieux pour être vigilante sur les êtres  avec lesquels j’échange, qu’ils soient incarnés ou non par ailleurs.

La médiumnité est un de nos sens qui ne devrait pas être oublié. Nous serions sans doute bien plus conscients de la vie et de son déroulement si nous étions mieux connectés à ce sens.

Je vous souhaite à tous une belle journée.

Émilie Laure

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.