La Maison Dieu

La maison Dieu, un chemin vers une joie profonde

Dans cette période que nous vivons tous actuellement, les symboles prennent d’autant plus de sens si vous acceptez de les regarder, d’échanger avec eux. Le confinement vous invite à une véritable introspection au cours de laquelle le tarot peut vous éclairer sur ce que vous traversez individuellement. Je dis bien individuellement, même si vous portez tous une part collective.

Observez ce qui dans le collectif vous atteint, observez ce que vous vivez, ce que vous rêvez. Les symboles sont partout en vous et autour de vous.

Pour rappel sur la symbolique : https://emilie-m.net/le-soleil-et-la-lune-des-symboles/

Le tarot de Marseille, riche de symboles

Le tarot de Marseille est souvent perçu comme un outil de voyance vous permettant de vous dévoiler votre avenir. Et c’est à travers ses symboles qu’il vous parle. Pour ma part, je fais partie de ceux qui pensent que l’avenir vous appartient, que vous avez un libre arbitre et que tout peut changer. Autrement dit, j’utilise le tarot non pas pour vous dévoiler votre avenir mais pour vous aider à évoluer.

Sylvie Simon, dans son ouvrage Le Guide des tarots, le décrit sur le plan spirituel : « le tarot vous donnera une vision subtile de la vie, avec ses nuances, ses couleurs, ses joies et ses épreuves. »

Même si son ouvrage est centré sur une vision classique de la cartomancie, elle livre là un aspect important du tarot de Marseille : les nuances des symboles, l’ambivalence d’une carte et de tous ses symboles.

Je vous propose dans cet article de revenir sur une carte du Tarot de Marseille, à travers ses symboles, ce qu’elle peut vous rappeler de l’histoire collective et ce que Jodorowsky en propose.

La maison Dieu rappelle la tour de Babel

J’ai choisi cette fois-ci d’aborder la carte de la maison Dieu car elle m’est apparu il y a déjà plusieurs jours. Et j’ai perçu une nouvelle fois les rapprochements entre les significations de cette carte et les situations individuelles et collective que nous vivons actuellement.

La Maison Dieu, carte n°16 du tarot de Marseille de A. Jodorowsky et P. Camoin, représente une tour d’où deux personnages s’enfuient en se jetant par les fenêtres. La tour est frappée d’un feu venant du ciel. Et son sommet est en train de s’écrouler.

Notez aussi que le sommet a la forme d’une couronne.

Je dois rappeler que vraisemblablement, on estime l’origine du tarot de Marseille à l’époque du moyen-âge, époque où la culture chrétienne est très forte et où parfois ses symboles se sont imprégnés très fortement dans le quotidien. Ainsi la Maison Dieu me rappelle un épisode de l’ancien testament : la Tour de Babel. Pour un rappel succinct et de mémoire, les hommes étaient unifiés en ce temps-là. Et ils ont décidé de construire une tour pour atteindre Dieu.

Le mythe de Babel, de la puissance de l’effort collectif à l’orgueil humain

« Ce mythe d’une fécondité remarquable a inspiré des réflexions sur l’origine de la diversité des langues, la puissance de l’effort collectif, l’orgueil humain, la fonction civilisatrice de la ville et la totalisation du savoir. » (Wikipédia : https://fr.wikipedia.org/wiki/Tour_de_Babel#La_tradition_biblique)

Et l’article suivant ajoute : « Selon les traditions judéo-chrétiennes, Nemrod, le « roi-chasseur » régnant sur les descendants de Noé, est à l’origine du projet. Babel est souvent identifié à Babylone. L’unique langue parlée par les hommes est appelée la langue adamique. Pour certains, cette histoire qui explique la diversité des langues, illustre la nécessité de se comprendre pour réaliser de grands projets, et le risque d’échouer si chacun utilise son propre jargon.

On peut aussi y voir une illustration des dangers que représente la recherche de la connaissance, vue comme un défi lancé à Dieu : Quant aux Pères de l’Église et aux penseurs chrétiens, ils voient en Babel le péché, péché de la multiplicité détruisant l’unité, nouvelle chute puisque la Tour, comme la Chute de nos aïeux, résulte de l’orgueil.

Babel est aussi une ville, bâtie collectivement pour « se faire un nom » ; on pourrait comprendre « pour exister ». On peut en effet voir la Ville comme le lieu de la désobéissance des hommes envers Dieu. Mais le mot hébreu shem, souvent traduit par « nom », peut également vouloir dire « monument ». Ce sens est naturel dans ce passage, et résout le problème de l’interprétation de l’expression « se faire un nom » qui paraît à première vue hors de propos.

La ville et la tour sont construites sur une faille, Shinar, qui pour les Anciens, met en relation le monde des hommes avec celui des dieux : les Enfers. On peut comparer Babel à Hénoch (le commencement, en hébreu), première ville biblique construite par Caïn sur la terre de Nod (de l’errance, en hébreu), où sont nées les premières réalisations des hommes, par l’artisanat et les arts de Tubalcaïn et de Youbal ; mais cette ville est aussi le théâtre du crime de Lamech et Dieu la détruit par le Déluge ».

Voilà donc ce que le commun retient de la tour, plutôt de la peur et la séparation. La connexion avec le divin est mal comprise, comme le précise A.Jodorowsky.

La maison Dieu, ouverture, émergence de ce qui était enfermé

Pour l’instant, c’est vous qui êtes enfermés chez vous. Et pourtant quand vous sortirez quelque chose aura bien changé. C’est ce que tout le monde pressent.

A. Jodorowsky associe plusieurs mots-clés à cette carte de la Maison Dieu : temple, construction, joie, débordement, choc, expression, célébration, danse, déboucher, ouverture, déménager, éclater etc.

En introduction de son propos sur cette carte, Jodorowsky précise : « Le message de cette carte est d’un grand réconfort spirituel. Cependant, jusqu’à la restauration du Tarot de Marseille, on voyait généralement dans l’Arcane XVI une référence à la tour de Babel. Les interprétations les plus courantes parlaient de châtiment de l’orgueil, de catastrophe, de divorce, de castration, de tremblement de terre et de ruine. Oswald Wirth, le créateur du Tarot des Imagiers du Moyen Âge, a imaginé un roi et une reine tombant d’une tour et ajouté une brique qui fracassait la tête de la femme. »

Et d’ajouter : « Si on lit avec attention le passage de la Bible qui évoque la tour de Babel, on s’aperçoit que sa signification est bien loin d’une catastrophe. Plutôt que d’un châtiment, la destruction de la tour est la solution à un problème : le déluge venant de se terminer, toute la planète, abondamment irriguée, est devenue fertile. Il reste très peu d’humains. […] En principe, cette construction se veut un acte d’amour, un désir de connaître le royaume du Créateur. Or, celui-ci, sachant que ce projet est irréalisable, ne foudroie pas la tour, ne fait chuter aucun de ses habitants. Il crée seulement la diversité des langues pour séparer ceux-ci. Les hommes repartent à la conquête de la terre et se mettent à labourer ».

Et de conclure sa présentation de la carte : « Le message principal de l’Arcane XVI pourrait être : cessons de chercher Dieu dans le ciel, trouvons-le sur la terre ».

A.Jodorowsky vous invite donc à vous détacher de la culture chrétienne culpabilisante et à redevenir acteur et responsable de votre vie sur Terre. Arrêtez de regarder en haut, soyez dans le présent, ici sur Terre. Et vous trouverez le divin en vous maintenant.

Ce que pourrait dire la Maison Dieu

Et le message de la Maison Dieu va dans ce sens et même au-delà. Il est magnifique.

« Je suis le Temple : le monde entier est un autel que je sacralise. Mon existence comme la vôtre prouve à chaque battement de cœur que le monde est divin, que la chair est une célébration vivante et la vie une construction incessante.

Avec moi vous connaîtrez la joie, qui est la clé du sacré. Je suis la vie même, la transformation et la reconstruction, la flamme et l’énergie du vivant, de toute la matière et de tout l’esprit. Si vous voulez entrer en moi, il faudra vous réjouir, jeter au feu les caprices enfantins de la tristesse et de la peur et vous demander à chaque réveil : quelle est la fête ? Je suis la joie cataclysmique du vivant, l’imprévu permanent, la merveilleuse catastrophe.

Une couronne défensive m’éloignait du monde. Un bouchon de vieilles paroles recouvrait mon esprit, et des nuages de sentiments cristallisés, momifiés, sclérosés empêchaient la lumière de surgir des battements de mon cœur. Un manteau épais de désirs transformait mon formidable appétit de vivre en geôlier. J’étais chair sans Dieu, se consumant dans les flammes de sa propre existence, mon moi converti en prison.

Me méprisant, m’isolant, croyant défendre un territoire intérieur qui n’appartienne qu’à moi, qui étais-je dans l’obscurité de cette tour ? Maître de quoi ? De quel paraître, de quelle fausse identité ? Je n’étais que l’air raréfié d’une obscurité égoïste.

Et soudain, de l’intérieur et de l’extérieur a surgi la force innommable, l’amour qui soutient la matière. Mon sommet s’est ouvert. Mes tréfonds aussi. Les énergies du ciel et de la matière, s’unissant, m’ont traversée comme un ouragan. J’ai connu la brûlure du centre de la Terre, la lumière du centre de l’univers. Je recevais l’axe universel, vibrant, je n’étais plus une tour, j’étais un canal.

Alors la joie de l’union a éclaté. Le haut était le bas, le bas était le haut. Comme une fourmi reine, j’ai commencé à engendrer des êtres joyeux. Dieu était en moi, et moi je n’étais que matière en adoration. Je savais que je pouvais éclater, que chacune de mes briques traverserait l’infini comme un oiseau. Je savais que tout ce qui avait été enfermé dans la matière jaillirait à travers moi. J’étais le pilier central d’une danse cosmique, j’étais tout simplement le corps humain en pleine réception de son énergie originelle. » A. Jodoroswky et M. Costa, La voie du Tarot, 2004.

Belle invitation que celle de la Maison Dieu que de laisser revenir à vous votre essence originelle en vous reconnectant à votre divinité dans votre incarnation et incarner ce divin sur Terre.

Et si vous voulez aller plus loin sur les apports du Tarot de Marseille ces derniers jours, je vous invite à relire les articles sur le Pendu et sur la trilogie sur l’œuf dans le Tarot.

Le Pendu : https://emilie-m.net/la-voie-du-pendu-ou-ce-que-son-symbole-nous-exprime/

L’œuf : https://emilie-m.net/loeuf-symbole-de-renaissance-et-de-regeneration/

En résumé, la Maison Dieu est une carte riche en symboles qui vous invite à vous ouvrir sur le monde, à être dans la joie et à faire rayonner cette joie sur Terre. Canaliser le divin pour l’incarner sur Terre est aussi le message de la Maison Dieu.

Arrêtez de regarder en haut et vivez maintenant car le divin est à la fois en vous et autour de vous, incarné sur Terre.

Vous voulez en savoir plus sur la Maison Dieu ? Posez vos questions en commentaire et j’y répondrai avec plaisir.

Prenez bien soin de vous,

Émilie Laure

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.