La radiesthésie

Découverte de la radiesthésie

J’ai découvert la radiesthésie il y a déjà plusieurs années. J’habitais encore Grenoble. Et je crois finalement m’être rendue dans cette direction par curiosité. J’étais dans le rayon « ésotérisme » d’un grand magasin de livres et c’est un livret comportant également un pendule qui a attiré mon attention.

Le pendule était « on ne peut plus » basique, mais me plaisait ! Et c’était bien là l’essentiel. Comme je débutais, j’ai alors suivi les conseils du livre : tenue du pendule, exercices divers.

Et lorsque quelqu’un de la famille perdait un objet, je le cherchais tout de suite afin de m’exercer.

Pendule en cristal de roche
Pendule en cristal de roche

A quoi sert la radiesthésie ?

Finalement, j’ai réellement commencé à approfondir mon utilisation du pendule lors de ma formation en géobiologie. J’ai alors découvert d’autres outils de radiesthésie : baguettes et autres types de pendules.

La radiesthésie ou l’art de détecter les vibrations ou radiations peut même être pratiqué sans le moindre outil d’amplification de notre sensibilité. C’est avec l’expérience que je l’ai appris.

Toutefois je préfère encore travailler avec mes pendules et mes baguettes coudées afin d’affiner mes mesures, notamment lors des bilans énergétiques des personnes et des lieux.

Les énergies sont très fortes à Brocéliande et ne demandent qu'à être réactivées dans le respect des lieux et des êtres qui les habitent.
Notre corps est à lui seul un outil de détection des vibrations qui nous entourent.

Autrement dit, la radiesthésie ne sert pas seulement à trouver des objets ou des personnes mais aussi à prendre des mesures et ainsi détecter des déséquilibres énergétiques. Dans ce sens, les outils de radiesthésie ne sont pas des outils divinatoires comme on peut lire de ci de là et grâce auxquels on pourrait voir dans l’avenir.

Toutefois, ils peuvent être source de nombreuses informations très riches !

Partage d’expériences

Pour aller plus loin sur les usages de la radiesthésie et échanger ensemble de vive voix sur le sujet, je vous propose de nous rencontrer lors de ma prochaine conférence sur le sujet qui se tiendra le samedi 3 décembre 2016, à 15h, à Biomonde, Zone Artisanale de Montvaltin au Creusot.

Je proposerai aussi minéraux et pendules à la vente.

Et pour ceux qui souhaitent découvrir cet art, je propose un stage d’une demi-journée en début d’année prochaine le samedi 28 janvier 2017 après-midi.

Au plaisir de vous rencontrer,

Émilie Laure

S’ouvrir à la conscience animale

Jeudi dernier, j’ai tenu ma première édition de la conférence portant sur la conscience animale à Bourg-de-Péage, à côté de Valence dans la Drôme.

Et je suis heureuse des échanges que nous avons eu les personnes présentes et moi-même. La presse locale s’est déplacée et s’est intéressée au sujet. D’ailleurs les échanges avec un journaliste m’ont montré encore le travail d’ouverture d’esprit qu’il reste à accomplir.

Une intelligence animale limitée ?

Un journaliste m’interrogeait : « Vous êtes d’accord pour dire que les animaux ont une intelligence limitée? » Et moi de répondre : « Pourquoi dites-vous cela? » Et lui d’ajouter : « Si je demande à un chat de monter sur une table, il ne va pas forcément le faire ». Je l’ai alors regardé et je lui ai dit « Est-ce que vous pensez vraiment que cela peut intéresser le chat de monter sur la table? »

De fait, le refus d’un animal d’obéir aux injonctions d’un être humain est-il la preuve d’une intelligence limitée ? Au contraire, cela prouve qu’il a son libre-arbitre et qu’il est en mesure de décider par lui-même. Merci à ce journaliste de m’avoir posé cette question très pertinente au final !

L’animal a-t-il peur de la mort ?

Je remercie là-aussi les personnes qui m’ont posé cette question. Il s’agissait de deux personnes travaillant dans un refuge de la SPA. Très impliquées émotionnellement, ces femmes avaient du mal à accepter la souffrance des animaux. Effectivement c’est inacceptable. Pour autant, il s’agit de faire la part des choses entre la peur de la mort et la souffrance. Les animaux n’ont en réalité pas peur de mourir. Pour eux, la mort fait partie du cycle de la vie. En revanche, ils demandent plus de respect. Et quand on voit les vidéos sur internet postées notamment par des associations de défense d’animaux, il y a de quoi pleurer. Aujourd’hui, j’ai arrêté de regarder ces vidéos, car je pleure toutes les larmes de mon corps face à la souffrance de mes frères du règne animal.

Le respect de l’animal, une exigence sanitaire prioritaire

Que certains êtres humains aient encore besoin de manger de la viande est une chose. Pour autant, respecter l’animal s’impose comme une exigence sanitaire prioritaire pour l’animal comme pour ceux qui les mangent. En effet, l’animal libère des toxines lorsqu’il est en situation de stress intense, comme lorsque il a peur par exemple. De fait, ceux qui mangent de la viande et du poisson ingurgitent le stress et toutes les émotions de l’animal au moment de sa mort.

Alors êtes-vous prêt à changer votre mode d’alimentation ?

Si vous n’avez pas pu assister à la conférence sur la conscience animale dans la Drôme, je vous invite à me rencontrer sur le sujet le vendredi 16 décembre 2016 à 20 h, salle Saint Henri au Creusot.

Au plaisir d’échanger avec vous,

Émilie Laure

La conscience animale

On parle de plus en plus de sensibilité des animaux. Cette sensibilité a été reconnue par la loi française aux animaux de compagnie seulement.

Mais qu’est-ce qui différencie ces animaux des animaux sauvages ou d’élevage? Leur contact rapproché avec l’homme? Cela les rend-il plus intelligent, plus conscient, plus sensible?

En tout cas, c’est ce qu’en a décidé la loi. Évidemment pour les lobbies de la viande, ce serait inacceptable de reconnaître la sensibilité des animaux d’élevage car ce serait alors reconnaître que beaucoup d’animaux souffrent afin que nous puissions nous nourrir et bien souvent sans la moindre gratitude de notre part.

Les mères sont séparées de leurs petits dès la naissance. Et pour celles qui ne le sont pas, elles ne peuvent tout simplement pas se mouvoir, enfermées dans un enclos, obligées de faire leurs besoins là-même où elles vivent.

D’où certaines représentations erronées de certains animaux…

La conscience de soi, du groupe, d’autrui

Dans ce contexte, se pose aussi la question pour les animaux d’avoir la capacité d’être conscient, c’est-à-dire d’avoir la propre conscience de leur existence, d’autres qu’eux-mêmes, d’un groupe même. Nombre de vidéos sont surprenantes sur internet car elles témoignent d’une conscience animale, d’une intelligence du cœur.

Un chien qui arrose des poissons à l’agonie pour essayer de les sauver.

Un autre qui va nager avec un dauphin…

Et bien d’autres exemples encore au quotidien.

Des individualités

Au sein d’une même race, il existe de véritables individualités. Je prends l’exemple de mes deux chiennes : la mère et la fille. A la maison, j’ai deux caractères différents : une chienne posée, modérée et sage et une autre chienne expansive, bruyante et hypersensible.

Et lors de communications avec les animaux, je suis toujours surprise de « sentir » leur caractère. Il m’arrive de décrire les animaux à leurs maîtres sans même les avoir rencontrés. Et la réponse du maître est toujours surprenante. Il reconnaît son animal bien sûr. Et il apprend de lui aussi, ce que celui-ci n’arrive pas à entendre par ailleurs.

A nous d’être conscient

A partir du mois prochain, je propose une série de conférences portant sur la conscience animale afin de nous ouvrir les yeux sur qui ils sont réellement, afin que nous ouvrions les yeux sur qui nous sommes réellement. Nous sommes restés trop longtemps amnésiques et inconscients du travail qu’ils réalisent pour nous, de ce qu’ils sont prêts à faire pour nous.

La réalité aujourd’hui est qu’une grande partie des animaux sur notre territoire souffre. Leurs conditions de vie sont insupportables : séquestrés, gavés de médicaments, engraissés…

Ouvrons les yeux. Que pensez-vous manger lorsque vous avalez votre steak, votre paupiette de veau, votre cuisse de poulet, votre foie gras ou votre thon?

La plupart du temps, vous ingérez de la souffrance, des énergies basses. Celles-ci ne peuvent pas vous aider à vous élever, ni à être en bonne santé.

Changeons de regard sur les animaux. Changer de regard sur eux, c’est changer de regard sur nous-même.

Parlons-en ensemble au cours de ma prochaine conférence, jeudi 17 novembre à 20h au Millésime, à Bourg-de-Péage.

Au plaisir de nous rencontrer,

Émilie Laure

Affiche conférence Emilie_valence

Passeur d’âmes

Une magnifique journée de dimanche qui m’inspire une réflexion…

Ce dimanche, nous nous sommes rendus à l’initiative de l’association Eveil’heures sur plusieurs sites autour de Broye.

Et force est de constater que nous avons notamment beaucoup œuvré pour permettre à des âmes de passer dans la lumière. J’ai servi de passage pour un grand nombre d’entre elles.

Mais c’est ensemble que nous les avons préparées à passer.

Passeur d’âme

Mais au fait de quoi parle-t-on ? En discutant avec un ami ce dimanche, nous avons pris conscience que certaines personnes, par empathie ou pitié, pouvaient être tentées de s’improviser « passeur d’âme ». Effectivement un passeur d’âme est celui qui joue le rôle de pont entre plusieurs espaces ou dimensions. Il peut ainsi ouvrir une porte ou un passage à une âme qui aurait manqué son tour. Oui, mais…

Prendre conscience de sa mort

Certaines âmes ne sont pas toujours prêtes à partir. Et le passeur d’âme peut être aussi celui qui parlemente avec beaucoup de bienveillance et d’amour et surtout sans jugement.

Beaucoup d’âmes sont souvent bloquées parce qu’elles ont été jugées. Il existe de nombreuses raisons qui les empêchent de monter.

Ce que nous avons pu notamment constater ce dimanche comme points communs, c’est le fait de nourrir des vibrations basses : colère, rancœur, haine, dégoût, douleurs etc.

Pour les faire monter, il est alors nécessaire de les préparer en les déchargeant d’une partie de leurs souffrances, leur montrer leur lumière et les rendre pleinement acteurs de ce passage, en les faisant prendre conscience pour les uns de leur mort, pour les autres de l’amour que nous leur portons.

Les animaux aussi

Même les animaux peuvent avoir besoin des services du passeur d’âme.

Ce dimanche, j’ai ainsi trouvé face à moi un bœuf, des canards et aussi un chien. Ce dernier était tellement heureux de passer dans la lumière qu’il me léchait abondamment le visage.

Avec d’autres âmes, j’ai dû davantage parler.

D’autres enfin avaient besoin que nous comprenions leur douleur. Je pense notamment à cet être qui avait été incarné en tant qu’handicapé mental et dont nous avons senti la détresse et la douleur.

A présent, ils ont fini d’errer.

Et je m’en satisfait pleinement.

Pour conclure cet article

Je souhaite juste mettre en garde les personnes empathiques ou celles qui souhaiteraient « jouer » au passeur d’âmes. Soyons humble. On peut entendre ou percevoir des défunts. Pour autant, sachez faire appel aux personnes qui sauront vous aider. Évitez d’expérimenter seul le fait de faire passer des âmes.

Celles-ci peuvent laisser des traces de leur souffrance au passeur d’âmes ou finalement rester accrochées. Une bonne hygiène de vie est indispensable pour réaliser cela. A mon sens, il est nécessaire par exemple d’avoir un ancrage solide et d’être bien incarné pour assurer ce rôle.

Enfin dans ce qui touche à l’ésotérisme, beaucoup de phénomènes semblent extrêmement fascinants. Pour autant, notre évolution repose aussi sur de la prudence et de la bienveillance envers soi-même Soyons humble face à la vie.

Belle journée à tous,

Émilie Laure

Que savons-nous de la réalité ?

Vous vous sentez limité ? Le temps vous échappe ? Vous perdez le contrôle de votre vie?

Mais au fait que savons-nous de la réalité? Plus j’avance dans la vie, plus j’accueille les incertitudes qui m’habitent, mais aussi les opportunités qui s’offrent à moi. Je cherche davantage à maîtriser qu’à contrôler.

Et vous ?

Voici un film inspirant que je vous conseille de visionner.

Bien à vous,

Émilie Laure

Message de Gaïa du 12 février 2016

Gaïa, je suis Gaïa. Gaïa est un nom que vous m’avez donné parmi d’autres. Terre Mère également. Qu’importe en réalité ces divers noms si vous ne savez pas réellement qui je suis.

Je suis une partie de vous, de l’Univers, du Tout. En cela, je suis vous, je suis moi, je suis nous. Nous ne faisons qu’un. Il est juste de la répéter sans cesse pour qui est en mesure d’en prendre conscience.

Vous êtes d’ailleurs de plus en plus nombreux à vous retrouver dans ce cas. Et je m’en réjouis. Oui, vous retrouver. Émilie a voulu écrire « trouver ». Mais je m’explique de ce terme « retrouver ». Re signifie de nouveau. Donc de nouveau, vous vous réveillez, vous entrez en communication avec l’Un. Vous tendez à cela… par différentes méthodes ou techniques qu’il vous appartient d’expérimenter. Ces méthodes, quelles qu’elles soient vous conduisent à un retour vers mon Êtreté pour arriver enfin à la vôtre.

Nous ne faisons qu’Un. Soyez-en fiers et évitez toute peur.

Je porte vos peurs depuis trop longtemps. Elles m’ulcèrent en mon sein et à ma surface.

Je suis Gaïa, votre Mère, celle qui vous nourrit. Je vous nourris de ce que vous me nourrissez tel un véritable miroir, un révélateur.

Je suis Gaïa, votre amie depuis toujours. J’ai accueilli vos pères maladroits, défaillants et désordonnés. J’ai accueilli vos mères serviles et déjà soumises.

Mais à leur différence, je ne le suis pas. Et je me suis toujours fait aidée des astres, mes frères et sœurs afin de vous le faire savoir.

Et je continuerai dans ce sens.

C’est ma raison d’être. Je suis votre école et votre enseignant tout à la fois. Qui êtes-vous pour mépriser d’autres de vos frères ? Qui méprisez-vous à ce point en vous pour que vous arriviez à cela ?

Lavez vos mémoires. Il est temps. Vrillez, dansez, chantez et revenez à la joie profonde de l’enfant présent en vous.

J’ai été amenée ici par mes maîtres moi-aussi. J’ai une âme moi-aussi, ce que les égyptiens appellent Bâ. Je vis, je suis enivrée, soûle de vous. Et pourtant, je ne peux vivre sans vous. Il faudrait me faire violence pour me séparer de vous. En effet, cela est ma mission de vous accueillir.

Question : Gaïa, resteras-tu toujours une planète école ?

Je ne le crois pas. Je n’en ai pas envie. Maintenant il est temps pour moi de m’élever. J’ai fait mon temps dans cette position. Je suis libre à présent d’avancer à ma guise.

Question : Est-ce à dire que nous devrons te quitter ?

Tôt ou tard oui. Mais une autre vie se développera en mon sein et à ma surface. Pour les yeux juvéniles, je ressemblerai à un astre éteint. Mais pour les yeux éveillés, je serai vivante comme jamais.

Cela aura lieu dans peu de temps à mon échelle. Mais pour vous, vous avez encore des milliers de siècle devant vous pour vivre et renaître encore et encore. Vous aurez à me supporter. Mes frasques ne vous feront pas rire. Elles vont vous remettre en question et c’est bien mon objectif.

Peu à peu, l’égo va laisser place à l’amour.

Pour moi, c’est demain. Pour vous, c’est encore loin. Vous, mes frères et mes sœurs soumis au Ki, à la 3D.

Nonobstant mon ignorance de bien des choses, nous serons amenés à être séparés. Tous ? Pas tout à fait. Certains d’entre vous pourront rester en moi sous une autre forme. Ils seront appelés en temps et en heure. Ne vous croyez pas de ceux-là. Il est bien trop tôt pour décider.

Vous, mes gardiens, vous saurez quand sera venu le temps. Le temps des échanges, le temps de la fin…

Veillez sur vos frères ignorants, veillez-les. Je vous en prie. Veillez-les comme vos propres enfants.

Libérez-les en les enseignant et en leur transmettant vos savoirs.

Transmettez mon énergie et mon amour. Transmettez ma joie et ma souffrance pour une plus grande prise de conscience, une prise de conscience collective, une prise de conscience massive.

Retirez vos harpons de ma surface et travaillez ma matière avec douceur, comme on étale une crème avec douceur et fermeté à la surface de la peau humaine. Nourrissez-moi de la Vie et non pas de la mort. Et vous renaîtrez. Bénis soit le royaume d’où vous êtes venus. Il ne tient qu’à vous de le recréer ici même, il ne tient qu’à vous de redistribuer ses richesses à chacun. Nous sommes Un. Soyez bénis.

Réfléchissez. Je suis votre miroir. Je suis votre demeure. Vous déménagerez quand vous évoluerez. Pas avant. Alors que décidez-vous ?

Question : Gaïa, tu nous encourages à travailler sur nous-mêmes ?

Bien évidemment, tel est un bon enseignant. Je viens vous présenter vos mauvaises notes, vous dire que vous pouvez vous améliorer.

Question : Dis-moi Gaïa, les personnes qui lisent cela sont déjà sur le chemin ?

Ils ont déjà la prise de conscience d’avoir de mauvaises notes et pouvoir être meilleurs.

Question : N’y-a-t-il pas un jugement lorsqu’on parle d’être meilleur ?

Bien sûr ma fille. Tel est le cas chez vous, bien souvent, mais pas chez moi. Et meilleur pour moi implique une plus haute vibration, une vibration d’amour et de bienveillance à l’égard de vous-même. Vous êtes emplis d’amour mais vous ne voyez plus cet amour qui vous habite et qui vous caractérise.

Vous êtes des êtres parfaits car vous êtes des êtres d’amour. Encore faut-il que vous vous en rappeliez.

Soyez sûrs que je ne vous y aiderai pas de la manière dont vous souhaitez, mais plutôt à ma manière, en étant moi-même, juste moi-même et en poursuivant mon évolution.

Je suis lasse parfois de vos turpitudes. La pitié chez moi n’existe pas. Seule la compassion elle, m’inspire amour et respect à votre égard. Je ne suis bienveillante qu’auprès de tous et non pas de manière individualisée.

Il n’existe aucun privilégié parmi mes relations avec les humains et je devrais même préciser parmi tous les êtres qui me peuplent.

Je suis lasse souvent de devoir vous le répéter. Et trop nombreux encore sont ceux qui ne m’entendent pas… bien trop nombreux.

Soyez les relais de mes paroles, de mes pensées, de ma conscience auprès de tous. Je suis là autour de vous, auprès de vous, en vous.

Je vous aime malgré et pour ce que vous êtes. Je ne cesse de vous le dire. Voilà bien une leçon à apprendre. Voilà ce qu’est l’amour inconditionnel. Bien d’autres vous enseignent cela. Veillez sur eux, comme sur vos métaux les plus précieux.

Question : Parles-tu des animaux ?

Oui bien sûr. Mais ils ne sont pas les seuls Émilie. D’autres êtres non incarnés et pourtant présents à ma surface vous aident, vous soutiennent et vous aiment tels que vous êtes. Si vous étiez davantage centrés et moins parasités par les miroirs aux alouettes, vous les verriez.

Question : Que veux-dire « miroirs aux alouettes » ?

Je parle de toutes manifestations matérielles qui vous abreuvent d’un nectar qui vous aliène et vous obscurcit vos sens subtils : télévision, portable, médicaments et toute manifestation qui vise à vous faire oublier qui vous êtes vraiment.

Je ne peux vous en blâmer. Vous n’êtes pas coupable de cela. Mais en lisant ces lignes, si vous ne tentez pas d’aller plus loin à présent dans votre réflexion, vous devenez alors pleinement responsables de la situation.

Cette responsabilité vous incombe et vous oblige. Elle vous oblige à la liberté, à retrouver cette liberté, mais plus dans des bains de sang, ni dans la violence.

Le retour à Soi et à votre liberté passe par une réappropriation de votre âme, de votre essence, de votre pureté originelle.

Le Bâ est de nouveau à conquérir avec une opiniâtreté bienveillante envers vous-même et autrui. Cela est possible, bien évidemment. Je l’ai fait et je continue de le faire.

Oui, moi Gaïa. Je le fais. Et j’y suis aidée par mes frères et sœurs.

Personne ne peut me souiller durablement.

En vérité, vous n’avez jamais atteint mon cœur. Tout ce qui se passe n’est qu’une mascarade. On cherche à vous instrumentaliser en mon nom, à vous faire croire que tous les changements climatiques sont de votre faute. C’est faux. Vous n’êtes responsables que d’une infime partie. Et le plus grand danger de vos pratiques est pour vous. Vous vous empoisonnez.

Vous me voyez passive, alors que je possède une force qui vous est inconnue, que vous ne savez pas mesurer. J’ai cette force de la Source, ma Mère, mon Père, mon héritage.

Cet Amour non mesurable et tellement palpable que je lui dois.

Je suis là. M’entendez-vous ? J’aimerais vous dire la force qui vous habite, mais vous ne pouvez que la deviner actuellement ! C’est insuffisant à présent. Maintenant, il vous faut la retrouver, la vivre, l’aimer, l’expérimenter.

Message de Gaïa, transmis par ELM

Le 12 février 2016

Bonne année 2016 !

Bonjour à toutes et à tous,

C’est avec joie que je viens vous souhaiter une belle et lumineuse année 2016. Qu’elle vous apporte paix et lumière ! Et que vous puissiez faire rayonner votre lumière aux yeux de tous.

Pour beaucoup d’entre nous, l’année 2015 a été très éprouvante. De nombreuses configurations astrales y ont contribué afin de faire bouger nos lignes, de casser nos schémas répétitifs et nous ramener sur la voie la plus juste pour nous tous.

Pour beaucoup d’entre nous, l’année 2016 est celle des projets et en même temps, celle du vivre dans l’instant présent. Belle résolution que je nous souhaite de suivre à chaque instant.

L’année 2016 sera aussi pour nous tous l’occasion de nous rencontrer sur l’ensemble du département et au-delà.

Dès la fin du mois, vous pourrez venir me rencontrer au salon Z’Arts Zen qui se tiendra à Chagny les 30 et 31 janvier, à la Maison du Peuple, rue des Pierres. Pour plus de détails, cliquez ici.

Le vendredi 26 février, je vous attends nombreux pour venir échanger sur la lithothérapie holistique, au cours d’une conférence que je tiendrai à 20 heures, salle Saint Henri, au Creusot. Cette manifestation est organisée par les ateliers du Mieux-Être 71, association de praticiens.

Tout au long de l’année, vous pourrez aussi participer aux formations que je propose en énergétique, géobiologie ou pour appréhender la médiumnité.

Bien sûr, je vous tiendrai informés des autres lieux de nos rencontres au cours de l’année.

Je vous réitère mes meilleurs vœux pour cette nouvelle année 2016.

Bien à vous,

Émilie Laure

Méditation pour la Paix

Mes amis. Au lendemain des événements qui ont déstabilisés la France, j’appelle chacun à revenir à Soi. La peur ou les manifestations « contre » ne feront que renforcer ces forces qui cherchent encore à nous dominer et à nourrir suspicion, haine et désir de vengeance.

Le chef de l’État appelle à l’Unité. Et loin de toute idéologie et de tout dogme, je ne peux que m’accorder avec lui sur ce point : revenir à l’Unité.

Mais revenons un moment sur ce qui vient de se dérouler. Une fois de plus, nous venons de voir la manifestation de nos pensées, de nos peurs et du travail qu’il nous reste à accomplir sur le chemin vers Soi. Aussi pour changer les manifestations physiques, il est nécessaire de transmuter nos propres énergies. Cela signifie amener à la lumière nos parts d’ombre.

Voyez vos propres extrémismes et apportez-leur paix et amour.

Vous comprenez dès lors que pour revenir à l’Unité à l’extérieur, il est primordial de retrouver cette unité en Soi. L’Unité, c’est concilier toutes ces parts qui nous habitent et qui, parfois, paraissent contradictoires. C’est les accueillir. S’accueillir tels que nous sommes et s’aimer sont les clés d’une Unité retrouvée.

Vous souhaitez la paix ? Alors vibrez la paix.

Vous souhaitez l’Amour et la joie ? Alors vibrez cela.

Dès lors que nous nourrissons tous notre paix intérieure, celle-ci est à même de se manifester dans la matière.

Fermez les yeux et regardez-vous quelques instants. Envoyez-vous Paix et amour. Prenons chacun nos responsabilités. 100% responsables.

J’appelle chacun à manifester sa paix ce soir et tous les autres jours à suivre.

Et que toute cette masse-sacrée soit bénie pour les messages et les prises de conscience qu’elle nous apporte.

Ce soir, je manifesterai ma paix au cours d’une méditation. Et vous, que ferez-vous afin de nourrir cet égrégore de paix ?

Émilie Laure

Émilie Laure Mondoloni

A quand la fin des massacres ?

Ce soir, je me sens triste. Plusieurs centaines, peut-être un millier de corbeaux auront été tués ce soir. Ces messagers, qui sont venus nous montrer le déséquilibre dans lequel nous vivons et que nous générons, sont massacrés comme chaque année.

Vous comprenez, ils génèrent des nuisances. Ah bon?  Et la décharge où ils se nourrissent ne serait-elle pas à l’origine de leur surpopulation? Et oui, c’est tellement plus facile de s’attaquer aux symptômes, plutôt qu’à l’origine du mal.

Ce soir, j’ai mal pour eux. J’ai mal pour ces frères qui nous montrent nos dérives et qu’on ne sait pas écouter. Demain dans la presse, les chasseurs se gargariseront d’avoir rendu service à la communauté. Ils donneront le compte fatidique des vaincus, en portant haut leur trophée. Autorisés par la mairie, ils bomberont le torse, leurs victimes à la main. Alors oui ce soir, je me sens mal. Que regardent-ils au ciel les aveugles? Mais que regardent-ils donc? C’est cela le respect de la Vie?

On tue ceux qui nous ouvrent les yeux. Dormez tranquille. Continuez de regarder Loft Story, Koh Lanta et le 20h, nous nous occupons de vous. Nous vous endormons chaque jour davantage pour mieux vous manipuler. De toute façon, vous croyez que ce sont les autres qui peuvent faire quelque chose, pas vous. D’ailleurs, le monde est foutu après tout. Autant rester devant cette télé à croire que tout est déjà fini…

Mais allez-vous vous réveiller? Arrêtez de laisser votre pouvoir aux autres. Arrêter de les laisser décider à votre place. Il est temps de changer de paradigme. Il est temps d’ouvrir les yeux. Et c’est clair que ce n’est pas toujours joli à voir. Mais franchement, ce n’est pas en fermant les yeux que cela s’améliorera. Alors? Qui ouvrira sa conscience ce soir?

Émilie Laure

Une journée de la femme… pour quoi faire?

Nous sommes aujourd’hui le 8 mars et l’on peut honnêtement se demander le bien-fondé de cette journée de la femme… La blague circulant régulièrement dans nos cercles est de mentionner que les autres sont dédiées aux hommes. Quelle blague ! Oui quelle blague? Mais dans quelles sociétés vivons-nous pour nous sentir obligés de dédier une journée à la femme? Il ne s’agit pas d’indiquer ici, ni de rappeler tout ce que l’on fait vivre à chaque femme, à chaque instant, ni son importance dans nos sociétés. Nous le savons suffisamment et nous le banalisons beaucoup trop.

En vérité, c’est notre féminin sacré que nous bâclons : ce féminin sacré est présent en chacun de nous, femmes, hommes, enfants, animaux, végétaux, insectes, minéraux… Tout ! Car nous sommes Tout et nous ne faisons qu’un. Ce que nous faisons vivre à l’un a des conséquences pour les autres.

Ce que nous avons abandonné du féminin, nous l’avons abandonné pour tous et pas seulement pour la femme. Combien d’hommes s’interdisent-ils de pleurer? Combien d’hommes et de femmes s’interdisent-ils de suivre leurs intuitions ? Et d’ajouter ensuite : « j’aurais dû suivre ma première idée »… Vous vouliez dire votre féminin? On parle en effet bien d’intuition féminine. Mais Messieurs, vous possédez aussi une intuition féminine !

Dans nos sociétés où nous avons abandonné, torturé, maltraité ou rendu muets le féminin, on en voit aujourd’hui les résultats : notre Terre est malade. L’Être féminin le plus visible, celle qui nous nourrit chaque jour, est aussi chaque jour empoisonnée.

Et combien d’hommes, combien d’hommes s’empêchent-ils de vivre leurs sentiments, de prendre leurs enfants dans leur bras, de les embrasser? Combien s’empêchent juste de se dire « je t’aime »? Combien s’empêchent d’être dans l’équilibre en rejetant ou juste en oubliant leur féminin?

Je souhaite dédier chaque jour de ma vie à l’équilibre du féminin et du masculin en moi et que cela puisse avoir un impact pour le Tout.

Que cette journée vous apporte Lumière, Éveil, Réveil et Équilibre en chacun de vous, en chacun de Nous.

Je Nous Aime.

Émilie Laure

L'Énergie au service de tous